Consoles-Fan
22/04/2018

Auteur
  

2928 articles en ligne

 
Puyo Puyo Da !
Pupu ? Yoyo !
Copyrighted Gregg-Cfan

Compile a d

Déjà, je peux vous dire que la bande-son de ce jeu me fait totalement délirer ! C’est la totale éclate. Elle est tout bonnement hystérique avec des musiques issues du Act Against Aids, concert organisé avec Sega, Compile et Hudson Soft puisque le jeu sortait aussi en PC Engine où des milliers de fans se sont pressés pour voir un chanteur en costume rose sur scène. C’était totalement culte et vous pouvez même voir des vidéos de très mauvaise qualité cachées dans la version Segasaturn en chipotant dans les menus. Bref, couvrez vos puyos avant de sortir ! Ce genre de message fait un peu penser au winner don’t use drugs qu’on a beaucoup vu fleurir dans les luna park américains dans des temps éloignés. Mais revenons-en au jeu puisque vous avez eu le temps de vous couvrir le temps de cet intermède.

Le choix des personnages est assez exotique : vous avez droit au poisson habillé en tutu, à un taureau rappeur mais aussi à des enfants comme Arle ou Ellena System. Mais cette fois-ci, il n’est point question de jouer à un puzzle game. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que cela arrive puisque Compile a tout de même lancé deux RPG sur cette série. Mais cette fois-ci, c’est au tour d’un rythm’n game endiablé de faire son entrée.

Après, c’est à vous de jouer : vous allez devoir appuyer en rythme sur des boutons et plutôt rapidement ! Si vous jouez bien, vous allez envoyer des lignes chez votre adversaire qui seront beaucoup plus difficiles à effectuer. Et comme ce n’est pas simple et qu’on a toujours l’œil rivé sur la ligne de commande, on ne profite finalement pas beaucoup de tous ces décors si colorés. Quel gâchis ! En tous cas, Puyo Puyo Da ! occupe dans ma ludothèque une place de choix, il faut dire que je suis plutôt accroc à cette série toute kawaii

Graphismes : 90%

L’intro du jeu est assez simpliste. Elle est accompagnée de jolis effets visuels mais il n’y a pas de quoi se rouler par terre. Personnellement, j’ai tendance à ranger ce jeu dans la famille des des PenPen, Cotton et autres jeu kawaii qui ont innondé la Dreamcast ! Les couleurs sont absolument fantastiques : quel choix ! La gestion des polygones est vraiment très marrante. Les décors sont plein de vie ! Tous les éléments du décor dansent ! Il faut chercher des endroits qui ne sont pas animés ! Le décor bitmap de fond n’est pas en reste : il est géré en distorsion et même parfois plusieurs effets de distorsion et de plasma s’entrecroisent. Je ne vous parle même pas des bouttons gérés en transparence.

Animation : 90%

Le jeu tourne clairement en 60 images/seconde mais c’ est un petit peu facile : après tout, la console gère les caméras et les mouvements des personnages. Notre interaction à l’écran est tout compte fait limitée. Le trémoussement des personnages est vraiment excellent. En particulier le poisson en tutu qui est tordant.

Bande-son : 92%

Les fan de Pop japonnaises seront ravis. Pour ceux qui se rapellent encore de Puyo Puyo 2 en Saturne et des vidéos cachées, sachez que ’on retrouve ces chansons dans le soft. La plupart des musiques proposées sont d’aileurs chantées. Par contre, les bruitages plop ne sont pas ratés. Ils plop sont tout simplement plop trop présents, cela plop gâche tout le plaisir plop des belles musiques plop. (c’est énervant hein ?)

Maniabilité : 73%

Evidemment, appuyer sur des bouttons en rythme à la façon du jeu "Simon", ça ne demande pas une maniabilité très complexe mais il faut noter que le jeu répond parfaitement aux impulsions désirées.

Intérêt : 81%

Quel dommage que les programmeurs aient choisi ce système de barre qui nous fait rater toutes les mimiques comiques et les détails qui tuent. Il est quasi plus amusant de regarder quelqu’un jouer. Ca pour sûr, on est à des millions de kilomètres d’un Space Channel 5 tellement plus visuel !

Note Globale : 82%

Puyo Puyo Da ! est vraiment très chouette, les musiques sont joviales. J’aurais tellement aimé pouvoir vous dire qu’il est parfait.


NOTE : 08/10