Consoles-Fan
16/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Bio Hazard 4
All
Agarr

Il s’en est pass

Don’t worry Ashley, I’m comin’ for ya !

On retrouve donc notre bon vieux Leon S. Kennedy dans cet épisode, 5 ans après l’incident de Racoon City. Leon est envoyé en mission en Europe (en Espagne apparemment) pour retrouver la fille du président US, qui s’est faite enlevée : Ashley. Mais ce qui devait être une mission plus ou moins tranquille se transforme en cauchemar. La première cinématique du jeu nous met tout de suite dans le bain, Leon est accompagné par les autorités locales en jeep vers le lieu de sa mission, ils vous laissent un peu en galère dans la forêt, genre : "nous n’irons pas plus loin" ^^ et à partir de là, c’est à vous de jouer ! On fait très vite connaissance avec les habitants de la région qui vous réservent un accueil très chaleureux, une vraie fête de village ! Ce n’est qu’après avoir bien fait la fiesta que le logo du jeu apparaît avec la caméra qui s’éloigne et là on se dit « oulà ce n’était que l’intro ! , ça promet ! ». Le tout début en met donc plein la vue, on remarque tout de suite que la difficulté sera quelque peu plus élevée qu’avant et que tous ces paysans en rut n’ont plus rien à voir avec les pauvres zombis décérébrés d’antan.

Detrás de ti, imbécil !

Tout d’abord on va parler de cette nouvelle caméra « vue par dessus l’épaule de Leon ». On a presque l’impression d’avoir à faire à un FPS avec cette vue quasi-subjective, l’avantage par rapport aux autres épisodes c’est que l’on peut viser très précisément, chacune des armes incluant une guidée laser. On est aussi beaucoup plus libre vu que l’on peut regarder partout, le jeu est désormais en full 3D et l’impression d’immersion incomparable aux anciens épisodes.

On en vient ensuite au gameplay. La disposition des boutons et le gameplay de base sont très proches des autres épisodes. On peut donc courir, se retourner rapidement, tirer, recharger son arme, utiliser un couteau, accéder à l’équipement, cartes ... Le système de tir est toujours le même : maintenir la gâchette R, le personnage se bloque, on dirige la visée avec le stick analogique, puis A pour tirer. On ne peut toujours pas reculer lorsque l’on tient un ennemi en joue, dommage ceci aurait pu être amélioré car on est toujours forcé de lâcher la gâchette, se retourner, courir, se retourner à nouveau, dégainer son arme, re-viser ... mouai, passons ... Là où le jeu innove c’est par toutes les petites actions que l’on peut exécuter à proximité d’objets ou dans certaines situations. Par exemple on peut ouvrir les portes de 2 façons différentes : une simple pression sur A Leon ouvre la porte tout doucement ... alors qu’avec une double pression Leon ouvre les portes avec un gros kick ! Lorsqu’un ennemi se prend une balle au visage par exemple, il est sonné un moment, on peut donc aller au corps à corps et lui placer un méchant coup de pied retourné ! On peut aussi se défenestrer à proximité de certaines fenêtres, faire tomber les échelles quand les ennemis sont en train de monter ^^ On peut souvent sauter d’assez haut. Toutes ces actions s’exécutent avec le bouton A, lorsque l’action apparaît en bas de l’écran il suffit d’appuyer.

Le jeu comporte aussi de nombreuses cinématiques interactives (un peu à la Shenmue). Par exemple il faut un moment courir pour échapper à un gros rocher en tapotant le plus vite possible sur A puis au dernier moment "dodger" avec A+B ou L+R. Certains boss également feront appel aux réflexes du joueur par le même procédé, éviter les attaques en appuyant sur les bons boutons dès qu’ils apparaissent à l’écran !

JPEG - 47.7 ko
Ashley :"oh ! you pervert !"

Lorsque Ashley est présente, il faut veiller sur elle ! Elle peut se faire toucher par les différentes attaques, tout comme Léon, mais la plupart du temps elle se fait attraper. Elle hurle alors au secours et vous devez vite tirer sur son ravisseur avant qu’il ne sorte de la zone et bien entendu en faisant attention de ne pas plomber Ashley ... lorsque vous dégainez votre arme, elle s’accroupit automatiquement, on peut également lui dire de ne pas bouger à l’aide d’un bouton ("wait"/"follow me") ... lorsque vous descendez une échelle il faut la réceptionner dans vos bras une fois en bas -__- c’est bien la fille du président ... on peut aussi exécuter avec elle la technique du "piggyback" ou "courte-échelle" ... à certains moments Ashley vient en aide à Leon en allant donner des coups de manivelle ou autre, il faut alors la protéger à distance à l’aide du Rifle-Sniper tout en calmant les autres ennemis qui viennent vous embêter en même temps, j’ai beaucoup aimé ces situations ... il faut aussi veiller à sa jauge de vie et la guérir de la même façon que Leon.

En parlant de guérison, on retrouve les mêmes items qu’avant, à savoir le 1st aid spray, les plantes. Petite nouveauté en fumant le petit mélange d’herbes vertes, rouges, jaunes, la limite de la jauge de vie s’agrandit ! On peut également récupérer des œufs de poule ou de serpent qui restaurent un peu de vie ou alors qui peuvent servir d’arme menaçante, ce n’est pas une blague on peut vraiment équiper les œufs ! ^^ A de rares moments, on peut aussi récupérer des poissons !

Il n’est plus possible de poser d’objets au sol comme dans l’épisode Zero mais la mallette de transport de Leon peut évoluer, il existe différentes tailles M / L / XL, il faudra les acheter !
L’argent (pesetas) fait son entrée dans la série, on en récupère en tuant les ennemis, en fouillant le décor ou en revendant certains objets au marchand. En passant, les stupides rubans encreurs ont disparu !! A proximité des machines à écrire pour sauvegarder, on trouve donc souvent un marchand, on peut vendre, acheter de nouvelles armes mais aussi upgrader ses armes !! en puissance de feu, capacité du chargeur, vitesse de rechargement, vitesse de feu.

Ce nouvel opus propose aussi bien plus d’action. C’est la première fois où l’on a droit à des salles où une véritable armée vient vous attaquer de tous les cotés, le mot "survival" prend alors ici toute sa signification ... certaines de ces batailles sont bien plus difficiles que certains boss si vous voulez vous en sortir sans trop utiliser de munitions et médicaments. (à noter que désormais les ennemis vaincus relâchent parfois des items). Dans de nombreux endroits on peut surprendre les ennemis qui ne vous ont pas encore vu ni donné l’alerte, il suffit de dégainer le fusil Rifle et hop on en snipe quelques-uns.
L’arsenal que l’on peut se procurer est conséquent : automatiques, fusils à pompe, uzis, magnums, rifles, lance-mines, lance-roquettes, grenades ...

Morir es vivir

Graphiquement le jeu impressionne, surtout au début on ne se lasse pas d’admirer la forêt sous toutes ses coutures, chaque arbre, chaque herbe sous ses pieds, c’est tout simplement incroyable le nombre d’éléments qui sont affichés à l’écran et la facilité avec laquelle le jeu bouge ! Des ralentissements se font ressentir lorsque l’écran devient trop chargé mais c’est surtout présent au début du jeu en raison des décors de forêt alliés à un FX de brume animée qui fait baisser le frame-rate et même floute et pixellise l’image. Ce n’est pas très gênant puis ce problème disparaît assez vite lorsque l’on avance dans le jeu.
D’autres décors proposent d’impressionnantes textures, il n’est pas rare de faire une petite pause rien que pour admirer certains décors de temps à autre tellement on a la mâchoire qui tombe devant sa TV.

Fini les cinématiques en images de synthèse, elles utilisent toutes le même moteur 3D que le jeu. Le design des personnages est très réussi avec un style un peu « réalistico-crado » comme dans Silent Hill pour la représentation de la peau par exemple. Les personnages sont assez charismatiques, Leon a la classe, Ashley la petite femme faible qu’on a envie de défendre, Ada la femme fatale, sexay laday !, bon Luis est pas terrible... du côté des méchants c’est très réussi, les villageois du début sont très impressionnants puisque encore tout à fait humains finalement, puis une fois arrivé dans le château on en découvre d’autres (mes préférés) habillés de toges noires ou rouges, ils chuchotent "cojelo, cojelo, cojelo ... " ("choppez-le" en espagnol). Le château est certainement le passage que j’ai le plus apprécié, vraiment excellent. Les boss sont eux aussi tous réussis et assez sympas à affronter.

Niveau animation on a encore cette impression de "balai dans le cul" lors de certains déplacements mais je crois que le genre n’est pas encore prêt pour une fluidité totale dans la maniabilité du personnage. A part ça l’animation des personnages est très bonne, motion capture oblige, ce n’est pas le jeu le plus fluide que l’on ai vu mais étant donné la complexité des graphismes on ne pouvait pas trop en demander, cela reste tout de même très correct.

L’environnement sonore est, tout comme les graphismes, incroyable, et joue un rôle tout aussi important que le visuel afin de retranscrire une atmosphère oppressante au plus au point.
Les affrontements sont parfaitement rythmés pour vous stresser un maximum à coups de percussions aux sonorités quelque peu tribales. La musique s’arrête lorsque la zone est vide d’ennemis ou lorsque l’on veut vous faire croire qu’il n’y a plus personne ...
Les différents bruits des armes à feu sont très efficaces également, la détonation du fusil Rifle Semi-Auto est jouissive !
Les voix digits des ennemis qui parlent en espagnol sont excellentes, ils crient, vous insultent, se parlent entre eux, vraiment réussi ! Les personnages principaux parlent anglais. Le jeu est présenté en Dolby Digital 5.1. Rien à dire c’est la perfection.

Le scénario : incroyable j’ai réussi à écrire un test sans en parler ! On rencontre de vieilles connaissances, je pense que c’est pas trop un spoiler vu toutes les images et vidéos qui ont tourné, les habitués de la série ont certainement reconnu des personnages. Sinon sans casser des briques l’histoire est sympa à suivre, tout s’éclaircit, se révèle lentement par les différentes cut-scenes et habituelles lettres et notes que l’on collecte.
Enfin voilà il faut y jouer pour découvrir tout ça !!

Graphismes : 95%
Capcom s’est lâché et la gamecube nous montre ce qu’elle a dans le bide ... Le petit hic c’est qu’il est préférable d’être équipé d’un écran 16:9 pour profiter pleinement du jeu .

Animation : 89%
Quelques petits problèmes en début de jeu qui se gomment très vite un peu plus loin ...
Les cinématiques utilisent le même moteur 3D que le jeu mais on y voit une meilleure fluidité que dans le jeu.

Bande-son : 97%
J’ai peur ! O.O

Gameplay/Maniabilité : 85%
La maniabilité est rigide, fidèle à la série ... mais le gameplay a été énormément enrichi !

Durée de vie : 89%
15 heures de jeu au final, sans compter toutes les fois où j’ai repris la partie à la sauvegarde, en fait j’ai bien du faire plus de 20 heures donc très correct je pense personnellement.
Une fois le jeu fini on recommence la partie avec des costumes "spéciaux", toutes les armes de la 1e partie et la possibilité d’acheter très cher un Rocket Launcher infini. Egalement d’autres divers modes de jeu et la possibilité de jouer avec d’autres personnages du jeu !

Global : 92%
L’attente fut longue mais on l’a eu. La première claque graphique passée, c’est avec peu d’entrain que j’ai débuté l’aventure pour découvrir au bout de quelques heures combien ce jeu était beau, prenant, stressant et très bien ficelé ! Bravo et merci à Capcom, à Mr Mikami et à je ne sais qui pour cette expérience vidéo-ludique mémorable.

Sets, Member of S.T.A.R.S.


NOTE : 09/10