Consoles-Fan
24/09/2018

Auteur
  

3018 articles en ligne

 
Chessmaster
Je suis fou de la reine r
Ne le dites pas au roi ou il m’enverra ses cavaliers

A chaque fois que je me lance dans un jeu d’

Ubisoft a fait les choses sobrement en ouvrant sur une démo en image de synthèse très classe, très design, très high-tech, sur fond de musique classique mais un peu trop courte, il ne faut tout de même pas faire exploser le budget pour un simple jeu d’échec. Simple ? Pas tant que ça, il est vraiment ultra complet. Tout d’abord, il va permettre à ceux qui ne savent pas jouer d’apprendre les déplacements de base à la Chess Academy ( si vous voulez que le fou parte, tapez 1, si vous voulez que la tour parte, tapez 2), les plus expérimentés pourront se rappeler des attaques classiques, en découvrir d’autres et assister carrément à des matchs célèbres et passionnants. Quand on aime les échecs, je vous assure qu’il y a de quoi y passer des heures. A côté de ça, vous aurez toute une série d’énigmes qui consistent à mettre mat en un coup ou effectuer des fourchettes (menacer simultanément le roi et une autre pièce simultanément). Si ce mode de jeu est sympa, il n’est pas parfait, certaines situations vous forcent en effet d’accomplir des déplacements que vous n’auriez jamais effectué lors d’un match sous peine de vous mettre en grave danger. Mais dans ce cas-ci, on considère que vous jouez votre coup et c’est terminé. Si les joueurs expérimentés découvriront tout de suite le pot aux roses, les apprentis risquent d’apprendre de mauvais coups. Enfin, vous pourrez aussi débuter des parties à partir d’une position de départ que vous pouvez déterminer.

Mais l’intérêt certain de la sortie de ce jeu sur Xbox est bien évidemment la présence du Xbox-Live. Vous allez enfin pouvoir jouer aux échecs quand vous le souhaitez, contre de véritables joueurs en quête également d’une élite de joueurs. Il n’est pas toujours simple de trouver dans son entourage de très bons joueurs d’échec. Si vous n’avez pas le live, il vous restera la possibilité d’affronter via divers tournois des joueurs virtuels. Les premiers participants seront vraiment très (trop) simples à battre. Ils feront des erreurs vraiment trop grossières et vous risquez de ne pas vraiment beaucoup vous amuser. N’hésitez pas à choisir des adversaires à votre taille ou plus fort que vous afin de vous améliorer.

Graphiquement, le jeu d’échec est représenté en 3D, vous pouvez l’incliner, le positionner en vue de dessus... Il y a vraiment moyen d’y voir clair. Si les graphismes ne sont certes pas poussés à l’extrême, c’est pour faire place à une intelligence artificielle à 180 niveaux. De quoi passer vos longues soirées au coin du feu, un verre de Danao à la main. Le gameplay est on ne peut plus simple. A l’aide du stick analogique, vous vous positionner sur la pièce que vous désirez déplacé. Vous appuyez sur A. Vous choisissez alors la case où vous désirez vous arrêter. Vous appuyez à nouveau sur A et c’est à votre adversaire de jouer. Si vous débutez, vous remarquerez que vous pourrez demander de l’aide à l’ordinateur qui vous conseillera le coup idéal à jouer. Evidemment, cela fausse un peu la donne, mais on peut mettre ce genre de tips sur le compte de l’apprentissage. Aussi bon que vous soyez, vous serez étonné d’apprendre de nouvelles techniques grâce à ce jeu.

Chessmaster est certes un jeu qui va faire un peu tache dans votre collection de shoot-them-up et de beat-them-up, mais de temps en temps, un peu de douceur dans ce monde de brut, ça fait beaucoup de bien.

Graphismes : 53%
Sobre, la XBox est loin d’être mise à contribution.

Animation : 60%
Evidemment, ça bouge pas énormément...

Jouabilité : 72%
Un gameplay simple et une bonne lisibilité.

Bande Son : 62%
Les coups vous sont joliment comptés par une voix artificielle. Les musiques varient entre techno et hard-rock. Mais noooooon ! Je vous ai bien eu !

Intérêt : 96%
Les échecs quoi !

Note Globale : 90%
Une excellente référence pour joueurs confirmés et débutants !


NOTE : 09/10