Consoles-Fan
18/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Project Rub
Girs in love, girls in love
She’ll give you everything when...

Aaah, mon premier test de jeu DS. Un jeu Sega ! Ca fait plaisir. Et en plus, ce n’est pas n’importe quelle

J’avoue avoir tout de suite été emballé par l’aspect graphique du titre. Alors que la plupart des titres DS vont surfer sur l’aspect « nouveau gameplay », Sega va déjà plus loin en présentant un jeu avec des graphismes très originaux. On dirait du vectoriel. La 3D n’est pas mappée ou presque. Ainsi, les personnages du jeu passent pour de véritables anonymes. On met pour une fois de côté l’aspect héros et on se concentre sur nous, les joueurs, je me suis même laissé pousser une barbe bleue ! Mais non, je n’ai encore tué personne...

Je vous avoue que je m’attendais à trouver un jeu assez court à cause de l’aspect minigames, mais Sega a su scénariser tout ça en tirant bien en longueur et surtout du côté du burlesque afin de créer toute une série de petites histoires à jouer. Il y a vraiment une quantité de minigames non négligeables dont certains sont divisés en plusieurs rounds alors que d’autres sont plus immédiats ou d’autres bien plus longs lorsqu’il s’agit d’un affrontement de boss où il faut effectuer un processus en plusieurs étapes afin de l’annihiler.

Arrête, tu m’chatouilles

Au début, j’ai été un peu déçu. Je trouvais que les minigames demandaient de faire toujours la même chose, en changeant un peu les règles et en présentant les choses de manière différente scénaristiquement parlant mais pour en venir finalement toujours à la même méthode : cliquer sur l’écran tactile un peu partout. J’étais impatient de m’essayer aux autres possibilité offertes par ce fabuleux écran et juste cliquer un peu partout me paraissait déjà comme trop limité. Heureusement, par la suite, Sega proposera des jeux où il faudra effectuer des tracés. Il ne faut pas encore dessiner. Ce n’est pas encore pour cette fois-ci, mais les minigames proposés m’ont finalement comblé : ils sont drôles et variés ! Imaginez que vous allez devoir marcher main dans la main avec votre compagne tout en chassant les guêpes qui l’attaquent, que vous effectuerez des danses devant un feu de joie sur la plage en répétant des mouvements exactement comme dans Space Channel 5 : le clin d’oeil est évident ! Il faudra aussi déshabiller délicatement votre partenaire dont les vêtements ont été trempés suite à toutes vos péripéties. Mais peut-être préfèrerez-vous chercher des objets qu’elle a égarés dans le sable. Il faudra trouver l’objet exact qu’elle demande parmi des objets qui se ressemblent par leur forme ou par leur couleur ! Mais pourquoi ne pas jouer au bowling avec, en guise de quille, des personnes qui attendent l’autobus. Peut-être serez-vous plus intéressé par un parcours d’équilibriste sur monocycle ! Ou serez-vous tout simplement bien trop occupé à crier votre amour pour votre belle dans le micro de la DS. Sur ce dernier point, je vous déconseille quand même d’y jouer dans le métro sous peine de passer pour un kéké ! En tous cas je vais m’arrêter là du point de vue du listing mais sachez que c’est bien débile et c’est surtout très fun à jouer ! Dans quelques années, on reparlera encore de ce jeu à coup sûr !

Je n’ai fini le jeu qu’une fois mais je sais déjà que j’y reviendrai, pas vraiment pour collectionner les différents vêtements du personnage féminin que vous pouvez habiller comme une poupée (je ne suis pas si fétichiste), mais rien que pour refaire les minigames qui m’ont beaucoup plus et qui sont sélectionnables une fois que vous les avez réussis.

Graphismes : 90%
J’adore : c’est vraiment original !

Animation : 86%
Parfois un peu trop calme mais cela dépend des stages. En tous cas, tout bouge parfaitement bien !

Jouabilité : 93%
Même si on sent bien que ce sont les débuts et qu’il y a moyen de mieux faire, Sega a quand même su tirer parti des nombreuses particularités spécifiques de la DS.

Bande Son : 92%
Très japanisant et niais : parfait pour ce type de soft !

Intérêt : 90%
Un ovni qui peut tout de même être répertorié dans la catégorie "jeux débiles".

Note Globale : 90%
Le premier killer app de la DS s’appelle Project Rub. On peut y rejouer encore et encore.


NOTE : 09/10