Consoles-Fan
19/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Constantine
Ils m’entra
Les d

En allumant ce jeu, la premi

Par contre, le doublage est un des pires que j’ai pu entendre depuis longtemps. Tout porte à croire que ceux-ci ont été exécuté à l’aveuglette, sans voir la moindre image du jeu. Les dialogues sont froids, non accentués et ne collent du coup pas du tout à l’action ! Les dialogues déjà pas très très intelligents en anglais comme « Constantine, John Constantine... Asshole » ont été traduits par « Constantine, John Constantine... Débile » Ils se sont données les moyens pour avoir l’air ridicule quand même... Et le pire c’est qu’au fil du jeu, ça empire encore et encore jusqu’à décrédibiliser totalement l’ambiance. A mon avis, l’équipe qui s’est chargé du texte de Spiderman 2 n’est pas loin !

Heureusement, quand le jeu démarre, il se dégage une ambiance apocalyptique intéressante avec une vision de l’enfer assez proche d’une terre désolée en train de brûler, fidèle au film. Il y a beaucoup d’events qui appuient bien l’aspect scénaristique. Le gameplay picore du côté des grands classiques : le saut s’apparente à celui de Zelda en N64 : lorsque vous vous approchez d’un trou, vous sauterez automatiquement par au-dessus. L’absence de visée automatique mais la présence d’une croix de visée orange qui devient verte lorsque vous avez la possibilité de toucher un ennemi rappelle un certain Kill Switch.

Dans l’ensemble, le framerate pourrait être meilleur mais ça va, et puis le jeu est assez joli, cela compense. Quelques chutes importantes sont quand même à noter lorsqu’il y a trop de monde à l’écran. Pour tuer des démons, il y a plusieurs méthodes, plusieurs armes, plusieurs magies et chacune agit avec plus ou moins d’efficacité. Les plus ennuyeux sont les démons qui prennent possession d’un humain. Pour les déloger, il faut les chasser avec une magie adéquate ou faire quelques headshots avant d’achever le démon déchu de son enveloppe qui va tout faire pour en parasiter une autre.

Et là, je vois que vous ne tiquez pas. Pourtant j’ai dit « démon » ! Des démons sur terre ! Ca ne vous étonne pas plus que ça ? Pourtant c’est contre toute règle et toute déonthologie ! C’est pour ça que Constantine est là ! Il fait respecter cette règle élémentaire. Mais là, tout porte à croire que les règles ont été baffouées !

Ni plus ni moins que la normale

Le gameplay de Constantine est correct, pas super innovant, mais on peut très bien y jouer et s’amuser immédiatement. Il est assez riche et pourtant on a souvent l’impression de progresser dans le jeu en utilisant pas le quart de ce qu’on a disposition. Dans certains passages, ce sera obligatoire ! Par exemple pour passer de notre monde aux enfers, réciter la formule magique en appuyant sur des boutons sera nécessaire. On se retrouve en réalité dans un monde parallèle, légèrement modifié où l’on peut interagir sur certaines choses afin de pouvoir progresser dans sa quête en rebasculant de monde. Qui a dit Prince Of Persia : Warior Within ? L’idée est la même mais elle reste sous-exploitée. Après tout, Constantine n’a pas vraiment d’autre prétention que d’être un beat-them-up légèrement évolué, avec des énigmes simples et des items à usage immédiat. Tout est linéaire à souhait même si les programmeurs donnent l’illusion que ça n’est pas vrai. Mais il est inutile de nous mentir, d’autant que ce n’est pas ce qu’on attend d’un tel jeu. Il y a déjà suffisamment de possibilité pour s’amuser. Par exemple, une vision spéciale vous permettra de voir la nuit, de bien identifier où il y a des armes à ramasser et pourquoi pas révéler de nombreux secrets dans les décors.

Ceux-ci sont d’ailleurs plutôt réussi et les programmeurs n’ont pas été avares en petits effets qui surprennent, qui saisissent. Il se passe décidemment des choses pas très nettes, on nage parfois en plein Poltergeist ! Constantine est un jeu plaisant mais il vaut mieux être bon client de jeux diaboliques, vampiriques à la Buffy ou à la Bloodrayne. Celui-ci s’inscrit dans la même catégorie avec quand même un petit peu moins de réussite. Si par contre vous êtes insensible à ce genre d’ambiance, Constantine risquera tout simplement de vous décevoir.

Graphismes : 76%
Une indéniable ambiance et des graphismes assez fins mais parfois un peu toujours dans le même style. Des couloirs, des murs, des couloirs, des portes, encore des couloirs...

Animation : 54%
Trop de baisses de framerate, trop de ralentissements, trop de motion capture foireuse.

Jouabilité : 73%
Ni originale, ni très ergonomique, on s’y adapte quand même très bien.

Bande Son : 71%
Une bonne ambiance qui se base quand même assez explicitement sur un jeu de percussion.

Intérêt : 63%
J’ai vraiment apprécié ce jeu mais comment le défendre mieux que ça alors qu’il existe bien mieux sur le marché ? Si vous êtiez attiré par ce jeu, laissez-vous tenter, il y a de forte chance qu’il vous offrira ce que vous recherchez. Sinon, si vous n’y jouez pas, vous n’en mourrez pas !

Note Globale : 66%
Il est dommage de voir un jeu comme Constantine s’élever juste à la hauteur des jeux moyens. On sent bien que les programmeurs sont passés à côté d’un concept qui présentait pourtant bien !


NOTE : 06/10