Consoles-Fan
19/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Tekken 5 : The King Of Iron Fist Tournament
Toute ressemblance avec le titre d’un autre jeu de baston
c

Apr

Au niveau de la réalisation, il n’y a pas grand chose à dire. C’est beau, les décors sont plus rapprochés que dans le 4 mais quelques stages offrent quand même une impression d’étendue. Mais il est vrai qu’après avoir joué à Dead Or Alive sur Xbox, on a presque l’impression de suffoquer quand on joue à un Tekken.

T’es Ok, Tekken, t’es in !

Visiblement, la grande idée de cette épisode c’est de visualiser des impacts occasionnés au sol. Chaque stage propose son propre effet avec plus ou moins de réussite, et là, je suis gentil quand je dis ça car je considère qu’il n’y a que les stages fleuris où l’effet est bien intégré. Les pétales s’envolent au passage des personnages. Pour le reste, Namco aurait mieux fait de s’abstenir, cela m’aurait évité d’écrire ce paragraphe. Dans le stage de la station orbitale, il y a une plate-forme en verre qui se craquelle dès qu’un personnage tombe à la renverse. Jusque là, l’idée est bonne, mais Namco a simplement appliqué une texture qui disparaît dès qu’une autre chute est effectuée. Une craquelure en remplace donc une autre, c’est plutôt ridicule. Dans d’autres stages, ce sont carrément des espèces de polygones qui sortent du sol, sensés représentés des brisures et qui disparaissent instantanément. Mais au-delà de ce ratage purement technique, arrive l’aspect kitch qui fait qu’à chaque fois que l’on est projeté au sol, on abîme un peu plus le décor... Sans l’abîmer. Cette exagération est vraiment lourdingue à la longue.

Du côté de la gestion des éclairages, le constat est nettement plus positif. Chaque décor illumine d’une façon bien différente les personnages du jeu et proposent parfois de très beaux effets éblouissants, de lens ou de pénombre.

Les décors sont assez variés et ressemblent rarement à ce qu’on a pu voir dans le passé. La station orbitale ou la banquise sont deux exemples assez parlant. De ce point de vue-là, je pense qu’il faut vraiment être très difficile pour être déçu. On peut éventuellement chipoter sur le manque de vie de certains décors !

Mais au-delà de ces considérations purement esthétique, Tekken 5 est typiquement le soft de fin de vie d’une console. On a quelque chose de très abouti mais on ne ressent pas vraiment l’innovation. C’est la politique du moindre effort ! On rajoute quelques petits bonus pour que le consommateur soit heureux. Le loading du départ propose un extrait jouable de Starblade. Le mode arcade History propose les versions Arcade s’il-vous-plait de Tekken, tekken 2 et Tekken 3. Si pour les deux premiers opus, il n’y a pas vraiment d’intérêt par rapport à la version PSone, le troisième vous est proposé avec ces décors en 3D contrairement à la version Psone qui proposait juste un décor 2D fisheye. Le geste est en tous cas le bienvenu même si le message qu’ils ont voulu vraisemblablement nous passer est : vous avez vu comment la série a vraiment bien évolué ! Il est vrai qu’en se remettant sur le premier opus, on se rend compte que le jeu n’a pas que vieilli graphiquement ! La vitesse en a aussi pris un sacré coup !

La série évolue donc, on a bien compris ! Mais pour ma part, j’estime que cette évolution est un nouveau pas de plus vers la kitcherie : regardez-moi ce design character de foire... Par rapport au 4eme opus, je le trouve aussi moins pêchu. Il semble que Tekken essaie de trouver d’autres marques et entre dans une période de transition qui me déstabilise un peu. Ce n’est pas que Tekken 5 est un mauvais jeu, non, il remplit très bien son rôle et le fan de Tekken devrait être comblé, mais l’écart avec le jeu de combat de Sega et celui de Tecmo se creuse. J’aurais quand même imaginé que l’arrivée d’un nouveau Tekken aurait permis a Namco de rattraper son retard !

Du contenu riche

Nous l’avons vu, Tekken 5 offre au joueur pas mal de petits bonus sympathiques mais si on se cantonne au jeu principal, on peut constater que l’offre est très satisfaisante : Story battle, Arcade Battle, Time Attack, VS Battle, Team Battle, Survival, Practice, Option, Customize, Theatre, Tekken : Devil Within et Arcade History que j’ai déjà développé. Si la plupart de ces modes vous parlent sans doute rien que par leur intitulé, derrière le mode Devil Within se cache en fait un beat-them-up. Ce n’est pas une première, certes, mais c’est toujours un cadeau Bonux sympa à prendre. Les personnages cachés sont au nombre de douze qu’il faut donc additionner aux 20 débloqués par défaut. Tekken ne faillit donc pas à sa réputation ! Mais malgré cette horde de personnages alignés, ce Tekken 5 ne propose que 3 nouveaux personnages. Parmi ceux-ci, vous retrouverez même le frère jumeau de Blade : Raven. Chaque personnage possède une fin qui lui est propre et entièrement réalisée en images de synthèse s’il vous plait. Il y a même parfois un peu d’humour ecchi soft. Faites la fin avec Asuka, vous verrez bien ;)

Mais dans l’ensemble, je reste quand même sur ma faim car j’aurais aimé être un peu plus étonné par ce Tekken qui ne fait que concorder avec ce qu’on attendait de lui. Même le boss qui offre pourtant un visuel intéressant m’a un peu déçu tant il a été facile de le battre. Je le bats d’ailleurs à chaque fois du premier coup... Tout cela est fort dommage car finalement ce Tekken m’a semblé un peu plus technique, en particulier lors de l’exécution de combos. Il est très simple de projeter un ennemi dans les airs pour lui asséner quelques coups supplémentaires et prendre ainsi une solide avance. Mais le problème est justement que, dès lors, cela devient trop simple. Afin de bien profiter de toute la quintessence du jeu, jouez en hard !

Graphismes : 86%
Tekken 5 est très beau mais pas impressionnant, plus aujourd’hui.

Animation : 90%
Les mouvements de caméra sont fluides, irréprochables, je déplorerai juste que l’action ne soit pas plus rapide.

Jouabilité : 80%
La série se cherche, elle tâtonne mais ne trouve pas encore ses marques.

Bande Son : 91%
Clairement le point fort du jeu : les musiques sont très énergique et collent vraiment bien !

Intérêt : 74%
Décevant même si les fans de la série clameront haut et fort qu’il est génial et tout et tout. Mais pour le joueur impartial, il n’est qu’une simple suite qui fait tout de même honneur à la série. Ce Tekken est en tous cas beaucoup trop facile !

Note Globale : 78%
La série s’enlise malgré un remaniement. Se pourrait-il que Tekken ouvre le bal des jeux de combat autrefois très populaires mais aujourd’hui sans grand intérêt ? Qui sait ? Mais en attendance, ce nouvel opus s’inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs, ne propose donc rien de vraiment excitant, mais il reste sans doute encore aujourd’hui un des meilleurs jeux de baston 3D du marché.


NOTE : 07/10