Consoles-Fan
19/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Mr. Driller : DrillLand
Drill ! Drill ! Drill !
Plus vite que son ombre

Mr Driller, c’est un peu comme Puzzle Bobble : un syst

Vous allez devoir creuser tout en évitant que les pièces restées par-dessus vous ne vous écrasent pas. Lorsque les cubes de couleur tombent, il arrive fréquemment qu’ils se réarrangent. Lorsque 4 cubes de couleur se mettent en contact, ils disparaissent. De même, lorsque vous percez une forme de couleur composée de plusieurs cubes, elle disparaîtra intégralement de votre écran. Un chronomètre indique en fait votre réserve d’oxygène. Pensez à récupérer les capsules au passage et évitez de percez les caisses brunes qui nécessitent quelques coups de pioche (tant mieux, cela évite de les briser par erreur) , qui vous font donc perdre du temps, mais qui se permettent en plus de vous pomper votre réserve d’oxygène. Chaque stage est divisé en parcours dont le principal intérêt est de changer le type de disposition des blocs. Cela va du mélange de petits blocs de couleur aux grandes surfaces, du nombre limité de couleurs de bloc à une grande diversité. Bien évidemment, on aborde pas ces sections avec la même stratégie.

Welcome To Drillland

Dans ce Mr Driller, vous allez visiter Drillland, un parc d’attraction dont les attractions et leur agencement ont la furieuse tendance à ressembler à Disneyland. Les jeux qui utilisent ce concept sont assez nombreux : Bomberman Land, Universal Studios Theme Park Adventure, Disney No Magical Park, Disney World Magical Racing Tour... Et leur intérêt est très variable. Aujourd’hui, sans le dire, Namco nous invite à parcourir un parc typé Disney, j’en veux pour preuve : la disposition des attractions autour d’un rond central et son château que l’on rejoint grâce de l’entrée du parc grâce à Main Street (Drill Town) et la présence d’une parade, un simple bonus qui ne sert absolument à rien et qui est donc définitivement totalement indispensable. Chaque attraction représente les différents jeux « Mr Driller » dont les règles et le design sont modifiés à chaque fois. Dans Drill town, chaque boutique constitue les options, bonus, et tutti quanti qui vont booster la durée de vie de ce titre au-delà des cimes du plaisir alors que le jeu tout simple aurait déjà largement suffi à lui-même. Vous pouvez ainsi accéder au juke-box, à de nouveaux items qui vous aideront lors des jeux, interagir avec votre GBA... Bref, que de goodies à découvrir.

Mr Driller est constitué de 5 attractions, plus la Dreamin Parade que j’ai déjà abordé plus haut et qui se limite à appuyer sur le stick analogique pour la faire avancer plus ou moins rapidement et le bouton A qui vous sert de sifflet. Hum ! A chaque fois que vous choisissez une attraction, un écran-titre se charge comme s’il y avait un jeu dans le jeu. Il faut dire que vous allez à chaque fois jouer à Mr Driller, certes, mais que les règles, interactions avec le décor et designs seront considérablement modifiés. Mais ça je l’ai déjà dit. Que voulez-vous, c’est l’âge !

Les attractions

Drindy Adventure est inspiré d’une attraction de chez Disney elle-même basée sur Indiana Jones. L’ambiance de cette version de Mr Driller y est fort mystique, plein de rochers et de passages truffés de pièges. Cette fois-ci, vous risquez beaucoup plus que de vous faire simplement écraser par des blocs de couleur. Picots, flammes tentent de vous transformer en brochette carbonisée alors que les boules en pierre tentent de vous poursuivre comme dans le film. Ce mode de jeu est plus axé action.

Horror Night House est le pendant du Phantom Manor de chez Disney. Cette fois-ci, vous visitez un monde angoissant mais toujours coloré, rempli d’ennemis qui parcourent les blocs. Récupérer de l’eau bénite et déversez-là sur les blocs et détruisez-les. Par la même occasion, vous serez débarrassé des monstres récupérerez le rubis qu’ils laissent derrière eux.

The Hole Of Druaga est inspiré du RPG du même éditeur : The Tower Of Druaga sur Famicom, dont la suite, The Nightmare Of Druaga a fini par débarquer sur PS2. Cette fois-ci, le timing n’a plus rien avoir avec votre réserve d’oxygène. A chaque fois que vous creusez, elle diminue d’un point. Cela vous enlève donc le stress du temps, mais en contrepartie, votre jauge descend bien plus rapidement. Cela permet de se poser et de réfléchir à la manière la moins « coûteuse » de creuser. Des potions permettent de restaurer votre jauge. Mais, RPG, oblige, vous allez rencontrer quelques ennemis sur votre parcours, qu’il faudra combattre. Si ces derniers vous touchent, votre jauge descendra en conséquence. Le tableau ne se présente pas comme une longue colonne verticale : il est possible d’explorer d’autres colonnes parralèle grâce à des portes que vous pouvez emprunter sur les côtés. Des magies sont aussi à votre disposition et bien entendu, sous-boss et boss vous attendent avec impatience pour faire votre connaissance et plus si affinité. Ce mode de jeu est vraiment très complet et riche, je ne peux que trop vous le conseiller.

World Drill Tour est un simple Mr Driller, sans le moindre changement ou le moindre bonus, après tout, on ne pouvait tout de même pas se passer du jeu classique. La customisation est cette fois-ci inspirée de l’attraction de chez Disney : It’s A Small World, qui vous fait visiter diverses régions du monde ou des animatronics - enfants vous accueillent.

Star Driller est le jeu inspiré de Star Tour, un simulateur que l’on peut trouver dans les parcs Disney, basés sur l’univers de Star Wars. Point de Davy1 Kenobi ici mais l’inspiration ne fait aucun doute puisque vous vous retrouvez dans un univers futuriste et spatial. Par contre, le mode de jeu est vraiment très classique puisqu’il s’agit du Mr Driller de base que tous les fans connaissent par cœur, enrichi par quelques évènements comme des pluies de météorite

La force de ce Mr Driller est sans doute aussi, Gamecube oblige, de proposer un mode multijoueur intéressant. Il y a en vérité deux modes de jeu. L’un d’eux est basé sur une course au trésor. Une pièce est cachée parmi des blocs. Le premier des joueurs qui la retrouve a gagné. Autant vous dire tout de suite que celui qui la découvre a 99.9999% des chances de la ramasser. Un petit combat acharné pour s’en emparer aurait été plus intéressant. Il y avait moyen puisque vous pouvez frapper votre adversaire avec votre pioche. Malheureusement, point d’idées dans ce sens. Ce mode de jeu repose donc exclusivement sur le hasard. Je n’ai pas trop apprécié.

Par contre, le second mode de jeu, certes largement plus classique, est fun au boute comme disent nos amis québecois. L’écran est divisé en 4 et c’est parti pour une course effrénée avec la possibilité d’envoyer des crasses à ses adversaires qui vont les freiner comme par exemple durcir les blocs qui nécessitent alors plusieurs coups de pioche avant d’être percés. D’autres items vous seront très utile, par exemple pour éliminer d’un coup toute une série verticale de blocs ou augmenter votre vitesse de déplacement et votre fréquence de coup. Ce mode de jeu est plutôt rigolo car il faut vraiment essayer de prendre le chemin le plus court, c’est à dire celui qui demande le moins de coups de pioche. Vos adversaires au même niveau que vous apparaissent en transparence alors que ceux qui ont trop d’avance ou trop de retard sont visualisés par une flèche en haut ou en bas de votre cadre. A tout moment, vous savez où vous en êtes et pouvez décider de prendre plus ou moins de risque.

Techniquement, Mr Driller ne fait pas vraiment soufrir la Gamecube mais il est très esthétique et ces intros et interfaces en flash sont vraiment très réussies. Un petit côté Seventies que l’on avait déjà pu voir dans Fantavision apporte une touche des plus sympathiques. De plus, les musiques sont vraiment incroyables, orchestrales, très diversifiées et le doublage est de très grande qualité. Il est tellement rare qu’un jeu à petit budget aie bénéficié d’un tel soin qu’il me fallait vous le signaler. En mode multijoueurs, c’est une musique frénétique et rigolote, façon country, qui rythmera vos parties. Bref, en quelques mots, Mr Driller, c’est de la balle : foncez !

Graphismes : 78%
Des couleurs pastelles en veux-tu, en voilà !

Animation : 72%
La Gamecube prend ses aises vu la réalisation simpliste.

Jouabilité : 88%
Un concept tout simple et complètement jouissif.

Bande Son : 97%
La bande-son est d’exception tant dans la variété, la qualité des compositions et la cristallinité du rendu sonore.

Intérêt : 92%
Un excellent épisode qui positionne une fois de plus la gamecube comme la machine multijoueurs du moment !

Note Globale : 88%
L’excellence de Mr Driller n’est plus à démontrer. Les idées nouvelles de cet épisode et l’aspect parc d’attraction font de ce jeu un must buy, pour autant qu’on aime ne fut-ce qu’un petit peu les jeux vidéo.


NOTE : 08/10