Consoles-Fan
23/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3015 articles en ligne

 
King Of Fighters : Maximum Impact
King Of Fighters et 3D
Pacte avec le diable ?

La sortie d’un nouveau King Of Fighters est toujours un

Mais cette fois-ci, rassurez-vous, il n’y a plus de méfiance à avoir. Certes, les fans extrémistes viendront certainement chipoter, je les vois venir de loin avec leurs grands sabots, mais je trouve que ce jeu est objectivement très réussi. Jeu que vous découvrirez une fois que vous vous serez lassé de l’intro en images de synthèse des plus sympathiques.

Tout d’abord, le gameplay est assez fidèle à la série. On retrouve les coups classiques, les spéciales à exécuter de la même manière et d’ailleurs exécutables vraiment tout aussi facilement. Même les sensations de vitesse et la pêche des enchaînements du jeu original ont pu être conservées. Pour un jeu en 3D, venir rivaliser avec un jeu en 2D, c’est tout de même pas mal.

Mais pour arriver à ce niveau de rapidité, il a certainement fallu faire des concessions, et cela se ressent essentiellement au niveau des décors qui sont bien moins polygonés que les jeux concurrents sur la même machine. D’un autre côté, le jeu de texture et les couleurs très acidulées donnent un certain charme au jeu. Même si les effets d’éclairage sont bien présents, je regrette que certains effets soient juste dignes d’une 32 bits. Par exemple, dans le stage de la discothèque, les spots sont représentés par des effets de transparence. C’est très cheap !

Mais le degré d’animation est excellente, avec du bouncing breast plus réaliste que celui de Dead Or Alive (si, si, c’est important). Certains déplacements sont un peu raides et certains angles de caméra un peu extrêmes offrent un visuel étrange.

Impact dans 30 secondes

Les personnages plutôt classieux sont au nombre de 20 si on compte le boss final. C’est peu pour un King Of Fighters mais c’est tout à fait honorable pour un jeu en 3D. Et finalement, cette limitation est contrebalancée par le fait qu’il y a pas mal de personnages inédits bien que certains font en fait figure de remplacement. Kim Kaphwan, mon personnage fétiche, se fait ainsi remplacer au pied levé par Chae Lim qui possède les mêmes techniques de combat.

Chaque personnage possède différents costumes de différentes couleurs dont certains sont à débloquer. Mais bien plus qu’un simple costume, c’est tout le look du personnage qui est modifié : coupe et couleur de cheveux... Bref, si sur le papier, le gameplay ne change pas, cela donne néanmoins l’illusion d’un grand nombre de personnages sélectionnables. Je peux vous assurer que voir Mai Shiranui en garcon manqué, ça fait un choc ! Mis à part ça, les filles ont des costumes bien évidemment sexy. Je ne sais pas pourquoi, mais le jeu me fait penser à Bloody Roar sur cet aspect.

En bref, ce King Of Fighters Impact est pour moi une belle surprise que tout amateur de jeu de baston se doit de posséder dans sa ludothèque mais je prierai tout de même SNK Playmore d’essayer de faire un petit peu mieux car si le côté très coloré et donc pas vraiment photoréaliste des décors permet de fermer les yeux sur certains manques de détail, il ne faudrait pas voir l’écart se creuser avec le haut du podium si jamais ils décident un jour de remettre le couvert.

Graphismes : 72%
Quand l’esthétique sauve la face à la réalisation.

Animation : 90%
Rapide, pêchu, quelques ralentissements sont à signaler mais tout porte à croire qu’ils sont volontaires pour mettre en évidence certains coups.

Jouabilité : 95%
Irréprochable : les coups sortent rien qu’en soufflant sur la manette.

Bande Son : 71%
elle ne m’a pas vraiment frappée sauf le morceau classique avec des choeurs dans un des stages.

Intérêt : 83%
Un bon achat pour beaucoup de fun en perspective.

Note Globale : 80%
Cette fois-ci, SNK Playmore n’a pas fait de faux pas dans la 3D. Ce qu’il faut retenir ? Moins joli, mais plus amusant que Tekken 5 !


NOTE : 08/10