Consoles-Fan
25/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2930 articles en ligne

 
Gigawing Generation
La honte de la famille
Il va falloir nous donner quelques explications !

Eh ben dites donc, si on m’avait dit un jour qu’il aurait fallu attendre quelques ann

Il était une fois un shoot-them-up bien pêchu qui décida de troquer des graphismes en 2D pour s’offrir de beaux polygones pour frimer sur la plage en été. Cette cure de jouvence vraiment magnifique a fait baver une génération de dreamcasteurs en herbe. Pendant ce temps, les playstationneux qui en avaient assez de voir tous les bons shoots leur passer sous le nez entamèrent une grève de la faim. Heureusement, le sieur Taito les entendit et leur proposa d’adapter sur leur console la toute dernière mouture de Gigawing : Gigawing Generations. Les shootix attendirent alors avec impatience leur messie, mais le réveil fut bien dur quand ils découvrirent que le sieur Taito les avait berné.

Bon, je ne suis pas près de faire carrière dans les comptes de fée, mais arrêtez un peu de rêver deux minutes et ouvrez un peu les yeux. Ce Gigawing Generation est digne d’une Psone lissée. Vos tirs sont gérés à l’ancienne et donnent un aspect clignotant désagréable que je ne pensais plus jamais voir sur une console aussi moderne. Les textures sont floues et les couleurs sont ternes. La 3D est vide et ne sert presqu’à rien puisque les mouvements de caméra sont discrets et peu nombreux. Dans le genre, remarquez, on a fait pire avec Psyvariar ! Mais ce n’est pas une excuse !

Mais pensez-vous seulement que ce nouvel opus soit aussi amusant que ses prédécesseurs, eh bien même pas ! C’est mou, c’est beaucoup trop fouilli. C’est bien beau de se prendre pour Cave en balançant une maximum de boulettes à l’écran, encore faut-il que cela reste lisible ! Et du coup, on subit plus le jeu qu’on ne le maîtrise. On s’ennuie au début, à la fin, mais aussi au milieu du jeu. Au moins, ils sont constants dans la médiocrité !

Il n’y a donc pas de mauvaise surprise pour celui qui essayera le jeu dans une boutique spécialisée. Le jeu est mauvais, il ne s’en cache pas et le fait même savoir dès les premières secondes. Les seuls moments agréables (et encore je suis gentil) c’est lorsqu’on lance une bombe destructrice puisqu’un effets spécial sympa mais pas très impressionnant a au moins l’avantage de camoufler l’intégralité du décor un bref instant. Rien que pour ça, ça me donne envie de choisir les bombes infinies dans les options !

Le reflect force des anciens épisodes est toujours présent. En gros il s’agit d’une bannière que vous pouvez activer afin d’absorber des tirs ennemis et leur renvoyer une attaque fracassante en relachant le bouton. L’idée est toujours aussi efficace mais plus très fraîche.

N’allez pas gaspiller tout votre bel argent dans un jeu aussi décevant. C’est sans doute une erreur de parcours mais une chose est sûre, il faudra dorénavant se méfier de la licence Gigawing !

Graphismes : 54%
Vaseux

Animation : 53%
Incroyable, le scrolling n’est même pas parfaitement fluide.

Jouabilité : 70%
Gigawing s’aligne sur les autres jeux de la série mais n’innove pas. L’action n’est cependant pas très claire.

Bande Son : 53%
J’ai connu mieux...

Intérêt : 36%
Franchement pas génial, à terminer une fois, et encore...

Note Globale : 42%
Vraiment très décevant, Gigawing Generation ne fait pas honneur à ses prédécesseurs. Espérons qu’ils ne clôturent pas la série sur une aussi mauvaise note.


NOTE : 04/10