Consoles-Fan
24/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2901 articles en ligne

 
Fight Night Round 2
Jeu de main ...
... Jeu de vilain !

Avec Fight Night 2004 EA avait d

Avant de parler de ce deuxième volet, on va d’abord s’intéresser aux principes de jeu de cette série qui à fait son succès, la maniabilité et la jouabilité. Fight Night est plus orienté simulation, chose étonnante pour un jeu EA Sport, il ne suffit donc pas de rentrer dans le tas en enchaînant crochets et uppercuts, mais la prudence, le jeu de jambes, esquives et autres parades sont de la partie. On préfèrera donc s’approcher de l’adversaire pour enchaîner deux ou trois coups pour ensuite reculer si c’est possible ou juste esquiver ou parer.

Autre façon de voir les choses, les coups ne se donnent plus à l’aide des boutons mais à l’aide du stick droit de la manette. Pour envoyer un directe du droit ou du gauche il suffira donc de pousser le stick vers une des diagonales hautes. Le crochet est un peu plus complexe à mettre en place, il faut orienter le stick vers la gauche ou la droite (selon le poing que vous voulez) puis faire un quart de cercle vers l’avant. Les uppercuts se font de la même manière, sauf qu’il faut d’abord orienter le stick vers une diagonale du bas puis remonter d’un quart de cercle vers le haut.

La maniabilité devient moins intuitive et les enchaînements plus complexe à mettre en place mais avec un peu d’entraînement le plaisir de jouer devient de plus en plus fort. On a vraiment l’impression de diriger les bras du joueur, même si parfois on pestera contre notre avatar car il aura exécuté un crochet au lieu d’un uppercut... Round 2 offres de nouvelles possibilités de coups par rapport à son prédécesseur, comme le coup fatal, capable d’envoyer son adversaire directement au tapis s’il est bien placé. Mais sa puissance n’a d’égale que la difficulté de le placer, une direction (comme pour les crochets et les uppercuts), un quart de cercle vers le bas pour prendre de l’élan et de la puissance puis un quart de cercle vers l’avant pour envoyer son gant s’écraser sur l’adversaire.

On retrouve d’autres coups, s’utilisant cette fois à l’aide des boutons comme le coup irrégulier, qui comme son nom l’indique peut vous faire perdre par forfait si l’arbitre le voit ou si vous en abusez. (Pour les fans de Mike Tyson, je suis navré mais il semble que EA n’est pas pris la peine d’ajouter le « mordage » d’oreille dans la liste de ces coups).

Il existe aussi le coup spécial, pouvant être activé grâce à un simple bouton (bah oui c’est simple par rapport aux autres coups) correspondant à un enchaînement préenregistré (je me baisse, j’évite et pof crochet du droit dans la tête).

Pour frapper au niveau du ventre, il suffit de faire exactement les mêmes mouvements mais en laissant la gâchette gauche enclencher. Ainsi on peut très bien imaginer un enchaînement du type direct du droit dans la tête, crochet du gauche dans les côtes puis finir sur un bel uppercut du droit en coup fatal...enfin avec un peu d’entraînement bien sûr.

Mis à part du match simple permettant d’affronter l’IA ou un ami, deux autres modes existent. Le mode grosse frappe qui est un combat avec des règles plus simplistes, les rounds sont au nombre de quinze, non chronométré et s’arrête des qu’un adversaire est Knock Down (envoyé au tapis). Celui ayant gagné le plus de round remporte le combat.

Le mode carrière vous permettra de jouer dans la peau d’un des joueurs licenciés ou de votre propre avatar une carrière de boxeur. De l’état d’amateur à l’état de grand champion. En amateur, des adversaires de faible niveau vous affronterons dans des petites salles miteuses pour trois euros six sous ( ça sonne moins bien qu’avec les francs ^^). Ces combats sont idéals pour vous préparer aux brutes professionnelles, bien prendre en main le système de jeu, gagné quelques kopeck pour acheter des bottes, shorts et gants ou des feux d’artifices et danseuses pour accompagner votre entrée... Vous apprendrez à bien porter vos coups, exécuter les parades et esquives et profiter des erreurs des adversaires pour placer vos coups.

Autre nouveauté, entre chaque round, votre boxeur retourne dans son coin pour se faire soigner, vous avez la possibilité de prendre le rôle du soigneur pour apaiser les enflures ou les coupures de votre boxeur, ce qui influe bien évidemment sur ses capacités lors du prochain round, sa réactivité et sa capacité à encaisser.

Lorsque vous vous retrouverez professionnel, vous pourrez, avant chaque match faire un entraînement pouvant booster les attributs de votre boxeur, force, vitesse ou encore l’endurance. Ces entraînements sont sous formes de mini jeux comme le sac de frappe où il faut enchaîner le plus rapidement possible plusieurs coups dans le haut ou bas du sac, le mannequin ou il faut frapper des endroits précis ou encore augmenter votre musculature en levant les poids.

Autre point original de Fight Night est le KO, inutile de taper comme un malade sur A. Il est encore question de stick, mais cette fois, il faut utiliser les deux pour ramener les deux images sur l’image originale, et oui quand on est KO on voit triple donc pour se relever il faut au moins rétablir sa vision.

Graphisme : Les décors, assez nombreux sont graphiquement très sympas graphiquement, les boxeurs sont magnifiquement représentés et les détails tel que les blessures, les muscles sont merveilleusement réalisés donnant à votre boxeur un aspect des plus réel.

Animation : Les boxeurs bougent vraiment bien, les coups de poings ne traversent pas le visage de l’adversaire, le jeu souffre de très peu de bug de collision, juste lorsque l’adversaire tombe KO sur vous, et pas toujours ... Les visages se déforme en temps réel sous la puissance des coups. Très bien fait.

Bande son : Les musiques du jeu sont comme dans toutes les productions EA, un tripoté d’artistes de hip hop égayent les combats et les menus... on aime ou on aime pas.

Durée de vie : Elle plus qu’honorable pour un jeu de boxe, il vous faudra pas loin de 50 combats pour devenir le roi du ring en mode carrière... Comme tous les jeux de sport, l’enchaînement de combat peut vous paraître répétitif mais la diversité des styles des adversaires permet d’éviter la monotonie.

Global : Avec Fight Night Round 2, EA nous ressort un jeu de boxe excellent, n’ayant aucune concurrence. Le jeu apporte suffisamment de nouveauté pour attirer les joueurs de la première version, quant au néophyte, n’hésitait pas, c’est celui là qu’il vous faut.

Archer Hawke


NOTE : 08/10