Consoles-Fan
21/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2900 articles en ligne

 
Fifa Street
une licence ...
un jeu

La fameuse firme EA, qui a connu un grand succ

Fifa arrive donc dans le monde de l’arcade, le jeu nous offre une jaquette ultra stylisée avec l’un des meilleurs joueurs au monde, l’homme aux dents plus longues que Bugs Bunny ... Ronaldhino (il est à remarquer que plus les brésiliens sont laids, plus ils sont bons au futchébùll).

Le jeu bénéficie de toute l’expérience graphique des autres jeux de foot d’EA Sport, les joueurs sont très bien modélisés, on reconnaît facilement les têtes les plus connues comme Henry, Barthez et toutes les grandes stars du ballon rond. Le jeu atteint un niveau de réalisme en terme de modélisation assez époustouflant, c’est vraiment magnifique. Par contre, en ce qui concerne les décors ... bah les gars de chez EA ne se sont pas foulés, c’est beau mais souvent très sobre. Bon certes ça ne gène pas trop, mais c’est dommage.

Parlons du principe de jeu, vous dirigez une équipe de quatre joueurs, gardien de but inclus (dirigé par le jeu) et devez affronter vos adversaires dans un terrain qui rappelle souvent la pub Nike "La cage", la seule différence, c’est que les buts sont beaucoup plus grands. Les règles sont simples, pas de fautes sifflées, pas de touches, pas de corner ... que des buts et de l’action. On passe d’un bout du terrain à l’autre très rapidement enchaînant les tricks, les passes et les tirs. L’action est rapide est très rythmée, pas le temps de s’ennuyer, on reste constamment concentré sur le ballon.

La maniabilité du jeu est simple, et à l’image de Fight Night round 2, on utilise le stick droit pour réaliser des tricks, il y a donc 8 tricks de base (les directions du stick) plus encore 8 tricks avec le stick droit et la gâchette R enfoncée. Originalité, le bouton Y sert pour faire des enchaînements aléatoires. Bref, on est bien servi sur ce niveau, le joueur enchaînera les tricks avec classe et habileté, utilisant les murs s’il est à coté ou pas, déroutant l’adversaire qui, si l’enchaînement est bien fait, aura tendance à rester sur place, hébété. De la même façon, amener le ballon au fond des filets ne se fait pas avec un pointu tout moche mais avec un ciseau, un retourné, une volée ou encore une tête. Bref, c’est toujours très jouissif de finir une série d’enchaînement et de passes par un somptueux retourné dans la lucarne.

Par contre, contrairement à son homologue du basket, NBA Street, les enchaînements de tricks sont identique pour chaque joueur, ce qui enlève un peu de personnalité à chacun. Bien sûr, chaque joueur est accompagné de statistiques le rendant plus propice à réussir un tir, un tâcle ou un trick, mais même ça ne nous fait pas ressentir de grandes différences entre jouer Henry ou Trezeguet ... dommage.

Pour revenir sur les tricks, plus vous en réussissez et en enchaînez plus vous remplissez votre barre de Gamebreaker, terme déjà connu dans NBA Street (NFL Street ?). Une fois la barre remplie, vous allez pouvoir à tout moment déclencher un super mega ultra tir. Par contre, à la différence de la version de basket, le but ne rentre pas forcément, il arrive que le gardien l’arrête, surtout quand on lui tire en pleine figure, ou qu’un joueur contre le ballon. Oui, même si c’est un de vos coéquipiers qui est sur la trajectoire, bah il se prend le ballon et ... pas de but. Il faut donc déclencher ce tir au bon moment et bien viser un coin du but assez éloigné du gardien. Autre chose à propos du Gamebreaker, quand il est réussi, il compte pour un but et ne retire aucun point à l’adversaire, il semble qu’EA est retenu le fait que ce ne soit pas apprécié (par moi en tout cas) dans la version basket.

Le jeu nous invite à suivre un mode carrière, dans lequel vous jouez un personnage créé de toutes pièces par vous même qui est, au début pas très bon, et qui au final doit devenir la grande star du foot de rue. On affrontera donc les meilleures équipes d’une dizaine de ville. Dans un premier temps, vous affronterez des joueurs assez, comment dire, nuls (noté 20) pour finir par les meilleurs (Henri, Ronaldhino ...note 95). Dans chaque ville, vous pouvez participer à un tournoi, affronter une équipe locale ou encore recruter des joueurs du coin. Plus vous faites des matchs, plus vous gagnez des points, après, à vous de les dépenser pour participer au tournoi, engager des joueurs ou encore améliorer les stats de votre avatar. Pour compléter une ville, il faut avoir gagné 10 matchs contre les équipes locales, chaque match ayant comme règle la première équipe arrivé à 5. Le problème est qu’à chaque fois, on affronte la même équipe, et ça c’est obligatoire si on veut débloquer les villes suivantes. Le jeu en devient beaucoup trop répétitif et lassant, c’est beaucoup plus sympa de participer à un tournoi ou d’affronter des stars pour les recruter que d’affronter dix fois la même équipe.

Ce mode carrière est le seul petit point du jeu qui pourra vous faire jouer en solo quelques heures mais n’empêchera pas FIFA Street de finir sur l’étagère à prendre la poussière.

Graphisme : Comme dit plus haut, les personnages sont réalistes et reconnaissables, pourvu que l’on connaisse leur tête en vrai. Les décors sont beaux, mais très (trop ?) sobres.

Animation : l’enchaînement de tricks se fait très facilement et ne choque pas à l’œil, les positions des joueurs sont, certes originales, mais réalistes et leurs mouvements sont fluides.

Bande son : Bah comme dans tous les jeux EA, une bande son signée par des chanteurs de Hip Hop ... on aime ou on aime pas.

Durée de vie : Le jeu souffre d’un coté répétitif que je n’avais jamais ressenti dans un jeu de foot, on se lasse d’affronter toujours la même équipe, pour au finale ... débloquer un terrain, ou encore récupérer quelques deniers qui ne servent plus à grand chose car on a déjà tout acheté ...

Global : On sent qu’EA s’est appliqué sur la partie graphique et animation du jeu, mais même si le coté fun des tricks nous emporte au début, le jeu devient très lassant, on ne ressent pas l’intérêt d’enchainer match sur match ... Dommage, le jeu aurait pu être vraiment un grand hit. J’attends quand même le volume 2 car cette fois, peut-être qu’EA aura améliorer ce point.

Archer Hawke


NOTE : 06/10