Consoles-Fan
14/10/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3123 articles en ligne

 
Mario Party 5
Ou : du Wario Ware 3D,
en quelques sortes...

A la vision des photos du jeu dans vos sites web et magazines pr

Touche pas à ma Peach !
...enfin : à ma manette...

Les enfants réclament régulièrement des jeux vidéos. En réponse à leur demande, les parents leur achètent ce qu’ils veulent dans la limite du possible. Les enfants jouent un moment à leur nouveau jeu Game Cube et puis lâchent la manette pour aller goûter et c’est là que le père intervient. Caché, accroupi furtivement derrière le canapé (vous voyez que ça sert de jouer à Metal Gear Solid) le père passe à l’offensive. S’approchant de la Cube tel un serpent avec la vitesse de la lumière et avec une agilité de ninja (ne renions pas notre glorieux passé de Shinobi fan !), il parvient enfin à interférer dans la partie et à s’approprier la manette. Le point de non retour est déjà franchi : les enfants ne pourront plus jouer à la Cube de la journée. Cette fois, ça a été très très dur de s’infiltration afin de s’octroyer le droit de jouer. La garde était montée avec une organisation d’horloger et une efficacité de tout premier ordre : chaque enfant goûtait tour à tour :o . C’était sans compter sur l’intelligence diabolique du père ! Muha ah ah ah ah ! Papa a mené à bien le plan B : pendant que l’un des enfants préparait ses devoirs, le père prépara un DVD Walt Disney pour dans la chambre du petit. Le tour était joué ! Ben, oui, ça se passe comme ça dans la Teiseken’s Family.

* New* : Mini Bousé, Wario, Toad, Bou :
pour vous servir et vous faire marrer !

Vous pouvez croire ce qui vous arrange : les 2 paragraphes si dessus ont leur utilité et explique de façon imagée une réalité ! Mario Party 5 est un jeu qui sera aisément apprécié des plus jeunes, ce qui n’est pas forcément évident avec une cible d’âge plus élevé. Les enfants n’ont toujours pas décroché ! Ils sont accrocs de chez accroc au syndrome des Parties de Mario. C’est assez logique. A la base si les héros de Nintendo plaisent au plus grand nombre, on peut dire que c’est chez les plus jeunes qu’on trouvera le moins d’à priori négatifs sur le design naïf des enfants de Big N (exception faite d’une poignée de Segamaniaques comme moi qui n’avaient qu’une foie inébranlable dans l’Arcade à la base de tout). Bref le jeu peut plaire à tous mais un pourcentage quasi total des enfants sera aux anges alors que les ados et les adultes tireront souvent la moue avec certains modes de jeux qui laisseront dubitatifs.

Hey, Toad, tu me prends pour un Goomba ?

Parce qu’au final, j’ai bien aimé ce Mario Party 5. J’ai eu 3 étapes, 3 grandes interprétations par rapport aux différentes facettes du jeu. Tout d’abord en prenant le temps de découvrir les modes Fête et Aventure, ma première impression fut une sorte d’euphorie. J’ai trouvé de l’intérêt à évoluer sur les plateaux du jeu. C’est agréable de voir un jeu allier le positionnement sur un plateau et des phases d’action s’éloignant d’un RPG-tactic. De plus la réalisation est globalement à la hauteur : le point fort de celle ci étant de beaux graphismes colorés et des décors aux univers ensoleillés, sucrés ou festifs. Ma perception du jeu s’est transformé promptement en désarroi quand je me suis aperçu que les ¾ du temps on se croisait les bras à regarder les autres players évoluer. Alors là 2 solutions : ou vous faites autre chose en même temps de beaucoup plus fun (caliner le chien sur le divan, changer de chaîne, attaquer un burger, ouvrir le courrier j’en passe et des... pires) et là vous perdez le fil conducteur, ce qui vous rend hors jeu quant au feeling des aventures et au challenge abordé ; ou alors vous tentez de suivre avec attention ce jeu de société à l’échelle de la télé : là patience et à moins d’être en pleine osmose avec la Mario Party touch’, votre esprit risque aussi de dévier : finalement vous perdez le fil conducteur de l’histoire (si ça c’est pas du Proust : vous avez remarqué la longueur de cette phrase à rallonge ?).

Les parties en mode Fête et Aventure sont abordables et les parties se gagnent à force de pratiquer les mini-jeux. Mais ces modes sont longs car ils se jouent en un nombre de tours assez important où il faut toujours patienter pour jouer. En équipe c’est un peu mieux car on prend plus de plaisir à voir évoluer 1 CPU qui vous aide. Ou alors il faut jouer en multi : et là c’est une toute autre histoire. Je le conçois bien !

Y a comme une imitation de Mario Kart,
qui s’est glissé dans un mini-jeu.

Ma dernière interprétation des faits conclura un test qui a évité le pire (énoncer et lister de façon quasi exhaustive l’ensemble des modes, des éléments et bonus qui remplissent ze game).
Au final Mario Party 5 est un choix intéressant grâce aux mini-jeux accessibles directement par le biais du mode Mini-Jeu (un nom de mode comme ça, ça ne s’invente pas...) bourré à craquer avec jusque 70 défis délirants. 2 autres modes requièrent votre attention :
- le mode Bonus avec le Neo Beach-Volley et la partie de cartes style jeu de l’oie
- et le mode Super Duel qui donne accès à de folles courses fléchées. Dans ce mode vous aurez la chance de gagner de la monnaie et de customiser vos bolides faits maison. Il suffisait de déjouer la supercherie si taquine de Nintendo que sont les modes Fête et Aventure pour prendre plaisir avec ce jeu qui rappelons le à voix haute est dans la gamme petit prix : "Le choix des joueurs". C’est un argument de plus pour l’acheter et surtout il est à conseiller aux enfants et aux fans de modes multijoueurs. Tout cela mérite bien un gentils 7 sur 10. Les plus :
- des couleurs hot, hot, hot !
- la présence d’explications nécessaires avant chaque mini jeu et la possibilité de s’offrir quelques séances de chauffe en guise d’entraînement avant d’attaquer la compéte !
- 2 tonnes d’options, voir 3 tonnes, voir trop peut être pour certaines personnes
- de nombreuses parties abordant divers styles de jeux
- 3 étoiles pour la présentation du jeu, les explications, l’interface,...

Les moins :
- beaucoup de bons mini-jeux qui s’accompagnent d’une tripotée de flops
- la qualité de la maniabilité n’est pas la même d’un mini jeu à l’autre :/
- les modes fête et aventure nous font languir devant la console (l’arrivée de notre tour ou d’un peu d’action se laisse désirer). Graphismes : 7,5 /10
Les graphismes sont plaisants à voir. Aussi mignons que colorés, on a affaire à de vrais graphismes de type console ! Les couleurs vives ultra contrastées : j’adore !

Animation : 7 /10
On n’est pas dans le grandiose. Nintendo ne prend pas de risques.

Environnement sonore : 7 /10
C’est pas mal. Il reste quelques ziques ultra guillerettes à la limite des productions musicales accompagnant des films érotiques débiles.

Maniabilité : 6,5 /10
Je l’ai trouvée un peu à la traîne pour un jeu signé Nintendo. Alors que l’éditeur est habituellement un des champions de la maniabilité certains mini-jeux ou certaines manipes demandent un temps de réponse longuet même si à la base c’est un choix de Big N (c’est leur choix et il ne me plait pas).

Fun/Durée de Vie : 7 /10
Le Mario Party 6 atteindra peut être une limite satisfaisante pour tout le monde, mais là c’est un peu juste. C’est rapé pour que je leur délivre la norme ISO 9005.

Intérêt : 7 /10
Avec ce jeu plus qu’avec tout autre, les avis divergeront. Quoiqu’il en soit on n’atteint pas un niveau daubique. Sans friser le zéro, certains modes trop lents m’ont laissé sur ma faim par rapport à mes exigences.


Sortie le 5 D
NOTE : 07/10