Consoles-Fan
26/04/2018

Auteur
  

2930 articles en ligne

 
Interlude
Apr
Cfan reprendra son cours normal.

D

Les filles ont l’air assez matures et leurs décolletés laissent apparaître des formes généreuses. Surtout celui de Maru... Les autres demoiselles sont l’espiègle Mai et la très mystérieuse Aya. Le tout est arrosé de couleurs châtoyantes pour une mise en scène assez classique, avec quelques choix à définir. Visuellement, Interlude reste quand même assez répétitif et la musique me fait penser aux musiques soundchip des digital comics de la pc engine et de la saturne. Certes, cela rappelle de bien bons souvenirs mais aujourd’hui, la qualité sonore est tout de même importante dans un jeu de ce type.

Comme pour se faire pardonner, Interlude est vendu en package avec un CD musical qui par bonheur, nous présente les différents thèmes du jeu avec une meilleure qualité. Auraient-ils baisser celles du jeu pour souligner quel excellent cadeau ils nous offrent avec ce CD audio ? Je n’en sais rien mais ce que je remarque, c’est que la plupart des musiques sont vraiment très basiques et que si elles suffisent amplement pour un jeu, on ne prend pas beaucoup de plaisir à les écouter dans son balladeur. Entre quelques musiques au piano et du Jean-Michel Jarre du pauvre, pas de quoi en faire tout un plat. Sur les 20 morceaux, je n’en retiendrai pas plus de 5, malgré leurs styles très différents en allant du blues au hard-rock mais qui s’approchent plus de l’imitation que de la performance musicale. A certains moments, on a même l’impression que c’est la série de l’été de TF1 qui démarre...

Interlude est un digital comics très classique qui risque de plaire aux amateurs du genre alors que les autres finiront d’écrire leur thèse de toute une vie : comment peut-on jouer à un jeu japonais sans en comprendre la langue, appuyer sur un bouton pour faire apparaître des images. Qu’ils continuent leurs recherches, qui sait, le coup de foudre arrivera peut-être un jour.

Graphismes : 78%
De beaux écrans fixes, colorés, très détaillés.

Animation : —%
Je ne souhaite pas m’exprimmer sur ce point : le genre s’y prête peu.

Jouabilité : —%
Juste appuyer sur un bouton et parfois effectuer un choix entre 2 ou 3 propositions.

Bande Son : 58%
Des morceaux pas vraiment exceptionnels, le tout dans un bruit assez sourd.

Intérêt : 70%
Plutôt classique, Interlude est finalement un digital comics comme on a l’habitude d’en d’en voir à profusion. Seuls les collectionneurs devraient donc s’y intéresser.

Note Globale : 68%
J’attendais quand même un peu mieux de cet Interlude : la pochette était en effet le présage d’un jeu un peu plus original qu’il n’est vraiment.


NOTE : 06/10