Consoles-Fan
24/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3018 articles en ligne

 
God of War
En faisant appel aux Dieux
Il est devenu leur marionette

Il est parfois bien frustrant de se rendre compte que ce sont parfois les jeux qu’on attend le moins qui se r

Va te faire voir chez les grecs

Sony USA a choisi pour son beat-them-all une ambiance mythologique. Attendez-vous donc à une succession de décors grandioses remplis d’histoire et dont la structure a bénéficié d’un travail vraiment impressionnant. Je n’hésite vraiment pas à placer ce titre aux côtés de l’excellent Rygar de Tecmo tant il a des airs de ressemblance dans le gameplay. Vous possédez une sorte de double fouet munis de lames enflammées qui se manipulent splendidement. Plus tard, vous pourrez aussi utiliser un gros sabre, plus puissant mais à portée réduite. De toute manière, il vous est possible de booster vos armes grâce aux orbs rouges que vous ramasserez. Elles augmenteront alors de level et vous accéderez à de nouveaux combos encore plus dévastateurs et visuellement impressionnants. D’autres orbs de couleur verte vous redonneront de la vie alors que les bleues augmenteront votre magie. Celle-ci existe sous plusieurs sorts qui possèdent également leur level. Vous pouvez donc aussi choisir de booster vos magies grâce à vos orbs rouges et ce à tout moment de la partie via le menu de la pause. Les ennemis laissent généralement derrière eux des orbs de différentes couleurs mais si vous parvenez à les tuer en enchaînant divers combos, vous serez d’autant plus récompensé. Des coffres renfermant des orbs des 3 couleurs vous permettent de faire le plein et répondent assez bien à vos besoins : il faut noter la présence d’un coffre dont la couleur varie entre le bleu et le vert, vous laissant ainsi le choix de régénérer vos jauges en fonction de l’urgence. D’autres coffres non brillants renferment des objets spéciaux qui cumulés vous permettent de faire une offrande afin d’augmenter la capacité de votre jauge de magie ou de vie. Une jauge sur le bas-côté, à droite, indique votre niveau de furie. Lorsqu’elle est au maximum, cliquez sur les deux analogiques et vos ennemis s’en souviendront toute leur vie (à savoir deux ou trois secondes puisque c’est ce qu’il leur reste de temps à vivre). Attention, cependant, point de furie automatique, vous devez continuer à distribuer les gnons : leur force est simplement multipliée.

Lorsque certains ennemis sont bien affaiblis, les boutons de la manette de la Playstation 2 lui apparaissent au-dessus de la tête. Approchez-vous de lui et exécutez tel un quick time event les commandes demandées. Demi-cercles, triangle, croix et tutti quanti et vous voilà embarqué dans un visuel somptueux montrant la mise à mort et l’agonie de votre victime. L’idée s’apparente assez bien à ce qu’on a pu voir dernièrement dans Bio Hazard 4 mais ces combos servent ici uniquement au combat. Il est d’ailleurs aussi possible que l’on vous demande d’appuyer like a crazy sur un bouton pour forcer votre adversaire à recevoir un joli coutelas au fond de sa gorge. C’est Decathlete en version gore !

Appuyer sur certains boutons vous servira aussi à ouvrir diverses portes pour progresser dans votre quête, ouvrir divers raccourcis ou découvrir des chambres secrètes et leurs trésors. Si vous ne trouvez pas tout, ce n’est pas bien grave, cela ne gênera aucunement à votre progression mais si vous prenez un peu le temps de chercher, vous récupèrerez quand même quelques items rendant le déroulement du jeu plus confortable.

Dante may cry

Les combats se déroulent de manière assez classiques : une succession de bouton vous permet d’effectuer des mouvements très diversifiés. Vous vous battez vraiment comme un Dieu, même Dante n’en revient pas.

Les situations rencontrées sont très nombreuses : énigmes, escalade de cordes ou de versants abruptes, tir à l’arbalète géante, natation. Tout est fait pour ne jamais laisser le joueur qui prendra plaisir à avancer assez rapidement dans de vastes décors, toujours à la découverte de nouveaux environnements.

D’ailleurs, techniquement, God Of War est très abouti et s’affirme comme un des plus beaux jeux de la PS3. Non seulement les textures magnifient les décors mais en plus, les différents ennemis inspirés de la mythologie tels les minotaures, les sirènes, les méduses, les cerbères et autres hydres apportent une ambiance fantastique. Seul le personnage principal, Kratos, ressemble à Hitman qui serait tombé dans un pot de peinture grise. Autant vous dire que je n’ai pas apprécié du tout le character design. Pour moi, ce personnage tombe vraiment comme un cheveu dans la soupe.

Il y a un peu de sang hein ?

Cependant, je ne veux pas trop me moquer de lui car lorsque je vois ce qu’il fait à ses ennemis, je préfère me taire : courageux mais pas téméraire ! Au programme, vous assisterez donc à de nombreuses décapitations, meurtres infâmes, sacrifices humains. On aura même droit à des scènes de suicide. Soupoudrez le soft d’une bonne dose de sexe et vous comprendrez pourquoi ce titre est interdit à la vente aux moins de 18 ans. Sony a d’ailleurs même décidé de ne pas soutenir ce titre en Europe. Ce n’est pas l’image qu’ils désirent montrer. Dommage, car ce titre n’a pas besoin de tout cet aspect bien gore pour s’élever parmi les meilleurs jeux de la PS2 mais sans en parler, il ne risque pas fort de se vendre. J’espère avoir fait ainsi ma B.A de la journée.

Les caméras sont installées sur des rails. Elles sont toujours vraiment très bien placées et créent souvent de belles mises en abîme. Il est donc très simple de franchir les parties de plate-forme, d’équilibre, de sauter de murs en murs à la Prince Of Persia ou encore de s’agripper à des filins. Evidemment, les programmeurs ont bien profité de cet avantage pour créer ces décors aussi incroyables. Il y a même une gestion des ombres parfaite ainsi qu’une gestion des reflets, ce que Bio Hazard 4 sur Gamecube, pourtant largement reconnu comme prouesse technique ne gère même pas. La gestion d’eau et de particules est très réussie. Les programmeurs ont vraiment abusé de ce genre d’effet. Par exemple, lorsqu’on pousse un objet lourd, on déclenchera toujours de petites étincelles sur le sol. Vous pouvez aussi décider de jouer avec ou sans filtre et d’activer le progressive scan si votre moniteur est compatible.

Les thèmes musicaux collent à ce soft comme une seconde peau. Il y a beaucoup de chœurs et de luth et cela sied vraiment bien à l’ambiance. On peut cependant regretter une mauvaise gestion géographique des bulles sonores. Comprenez par là que lorsqu’on s’éloigne de certains environnements sonores pour s’en rapprocher d’autres, la césure est un peu nette voire maladroite. A part ça, le jeu est présenté en surround.

Graphismes : 96%
A part le character design du héros, tout est vraiment parfait dans ce jeu, les décors sont énormes et les textures sont fines, comme quoi, ce n’est pas si incompatible que cela. Les chargements se font en plus très peu ressentir !

Animation : 95%
Oui, ok, y’a quelques freezes, et alors. T’as vu la réalisation de ce titre ? Ca déchire le slip !

Jouabilité : 97%
Un bijou de jouabilité tant on peut faire une multitude d’actions sans pour autant se casser la tête avec des milliers de combinaisons de bouton. Les combos sont logiques et le personnage s’adapte en fonction des décors. Par exemple, pour longer un mur, il suffit qu’il s’en approche et il se positionne tout seul : pas la peine d’appuyer sur un bouton !

Bande Son : 95%
Là aussi du travail d’orfèvre même si on peut ressentir quelques fois un manque de finition.

Intérêt : 97%
Un jeu aussi bon que ça, ça doit sûrement être court ! Eh bien même pas, il m’a fallu un peu plus de 8 heures pour en voir le bout, ce qui est franchement honnête pour ce type de jeu. C’est vrai que plus long, ça n’aurait pas été plus mal mais quand c’est bon, on en a forcément jamais assez.

Note Globale : 97%
Le jeu du moment sur PS2, j’ai même envie de dire, un des meilleurs titres de la console : à posséder dans sa ludothèque sans la moindre hésitation.


NOTE : 09/10