Consoles-Fan
23/08/2019

Auteur
A Lire Egalement

  

3112 articles en ligne

 
Marilyn Manson : concert de Douai le 13 Juin 2005
Le plus irr
des r

C’est un r

Quelle longue route que celle de Lille vers Douai ! Je suis arrivé sur Douai abattu par une route qui fut fort mauvaise soit près d’une heure de bouchons légérement avant les heures dites de pointes. Tout ça sous un soleil battant...
Ce vilain soleil a d’ailleurs cru bon de nous persécuter jusqu’à l’entrée de la salle du Gayant Expo (celle ci fut presque pleine soit quelques milliers de personnes) alors qu’on étaient tous vêtus de noir. Mais pourquoi tant de haine : le noir ça prend trop la chaleur !

Après un petit tour d’horizon du paysage (immense façade du Gayant Expo, parking-car service assuré avec efficacité et surveillance de la sécurité de la salle ainsi que de la police autour du bâtiment), j’ai pu me faire rapidement une opinion sur les fans de notre bon vieux Charles. Concrètement le public était fort jeune : plus que pour un Rammstein ou un Iron Maiden show par exemple. On est loin d’un par terre de blackeux faisant tous la tronche (mais c’est normal c’est le tripe comme ça en Black parfois), l’ambiance était donc de toute évidence bonne enfant. Public calme, constitué globalement de jeunes donc. Ca fait quelques années que je n’avais pas vu tant de personnes maquillées avant un concert, de même je n’avais jamais vu autant de femmes venir pour un show metal : tout cela vient confirmer l’attirance vers l’aspect visuel que Manson distille et qui courtise un public avide d’images fortes et de sensationnelle. Pourtant Manson c’est fort calmé et la plupart des pitreries déféquantes (backstage) et ses petites bastons avec les autres musiciens sur scène ont fait place à une sorte de visuel BCBG froid et sans âme, mais reste le travail des années qui est toujours présent.

Bref on a souffert sous le soleil de Douai, les blagues fusaient ("Ici on a un mec qui vient à son deuxième concert voir Manson. Il a 18 ans et son premier concert c’était Garou : c’est le petit blond là !"), tandis que les autres faisaient des concours en présentant leurs cicatrices d’anciennes automutilations : celui qui a l’entaille la plus longue sur l’avant bras à gagner. Nen, nen, nen, nen... Même notre bon vieux révérend Charles ne joue plus à ça.

Complètement à l’Ouest le mec...

Arrivé enfin dans les couloirs de la salle après une attente interminable passablement énervante, on découvre un ptit 200 personnes déjà amassé devant la scène alors que des agents de sécurité sont postés tous les 50 m un peu partout. On s’avance le plus près possible des rambardes d’avant scène pour découvrir quelques trous dans la foule. Le hic c’est qu’on ne peut s’y placer : quelques coquins visiteurs ont semble-t-il forcé sur de mauvaises substances et le tout a rejailli vers l’extérieur en quelques flaques orangées... ça promet de glisser pour les pogos. L’attente continue, l’affluence commence lentement à se faire ressentir et déjà quelques fans sont indisposés à rester debout avec quelques dormeurs sur place. Et voilà une de mes interrogations qui se résoud grâce à l’arrivée des Guests.
Et en première partie : Queen Adreena :
Welcome to the alcoholic show.

Surprise, c’est une femme qui vient chanter presque acapella. On découvre une chanteuse habillée d’une simple serpière trouée à la mode sauvageonne, qui rattrape bien vite et régulièrement la bouteille de blanc qu’elle a apporté sur scène. Le reste du groupe est formé d’un costau en chemise cheveux court à la batterie, d’un NGN (et sa touffe de cheveux) mal luné concentré et non chalent à la basse ainsi que d’un excellent gothic-indus man à la gratte (marrant le coup de peigne dans les cheveux pour affiner le look anorexique drogué). Le public a fait un accueil mitigé au groupe : sur les premiers morceaux les poses lassives et dégringolantes de cette chanteuse fatiguée et à demie dénudée n’ont pas fait l’unanimité. Peu à peu la confiance c’est installée grâce à des morceaux qui ont fini par convaincre la plupart de l’auditoire. Pour situer un peu les choses, on pourrait faire un parallèle entre la musique de Queen Adreena et celle de Christian Death.

site officiel de Queen Adreena

Quelques photos de sa serpière qui lui sert d’habit ici et ici.

Y a pas comme une petite ressemblance avec une certaine Lara Fa... ?
On retiendra aussi une remarque intelligente (répétée et criée maintes fois) d’un fan de Manson : "Hey, vieille folle, t’es bourrée, tu vas tomber !!!". La chanteuse a eu en effet la folle idée de grimper sur une chaise la bouteille à la main pour faire ses exercices de gym tout en chantant... ne parlons même pas du moment où elle est tombée sur le guitariste, ce qui a détruit une partie mineur de la batterie. Quelle folie ! Franchement je ne cracherai pas sur cette première partie même si j’ai vu mieux et qu’un groupe comme Manson pourrait faire 2 premières parties avec un groupe espoir et un groupe ayant déjà une renommée : "Un ptit Nashvill Pussy ça l’aurait pas fait les gars ?" Bref la chanteuse était assez délirante quand même : une bombe de déchéance complétement dingue.
Après ce petit interlude passons aux choses sérieuse : hum... Manson se déplace... à Douai OoO
Voici la liste des morceaux joués
pour ce concert à Douai

1 Antichrist Superstar speciale version
2 The Love Song
3 Irresponsable Hate Anthem
4 Disposable Teens
5 mOBSCENE
6 Tourniquet
7 Personal Jesus
8 Get Your Gunn
9 Great Big White World
10 Tainted Love
11 The Fight Song
12 The Nobodies
13 The Dope Show
14 Rock Is Dead
15 The Golden Age Of Grotesque
16 Sweet Dreams (Are Made Of This)
17 The Beautiful People
18 Antichrist Superstar

Par terre debout ?
Ils marquent vraiment n’importe quoi
de nos jours sur les tickets.
Pauvre billet,... lui aussi a souffert.
Bouge ta tête je vois pas la scène !
Après une nouvelle attente des plus rageantes, le show de Manson va enfin commencer. Pour intriguer le public on a un rideaux noir qui bouge grâce à des effets de souflerie, puis une fois que la salle est plongée dans le noir par transparence avec une lointaine lumière (un chandelier ou quelque chose comme ça qui tournoie légérement) sur une musique de présentation. Puis ça commence : le setlist est bien tassé malgré qu’il s’étende sur 18 morceaux. Le set est dense, serré et s’avale cu sec. On enchaine directos 3-4 morceaux sans pause ni présentation. Pas de doute le son est d’une excellente qualité, le volume surpuissant va jusqu’à raisonner jusque dans notre coeur et nos boyaux... par contre ça chante tellement bien qu’on dirait qu’il y a un peu de playback (lamentable si c’est le cas !!!!!!). L’arrière fond est illustré par un drapeau américain en mauvais état, puis par l’îcone chrétienne et l’immense tableau pouvant s’illuminé fait de gros points de lumières orangés (DRUGS s’affichant dessus). Pour ce qui est du show à proprement parler nous avons également eu droit à Manson monté sur ses échasses ou proclamant sa dernière chanson (Antichrist Superstar) du haut de son présentoir (j’ai bien cru qu’il allait également tomber, décidément après Queen Adreena... ). Ce qui m’a assez désolé également c’est qu’il n’y a pas eu d’effet pyrotechnique, par contre on a eu des papiers qui sont tombés sur notre tronche... mais ce n’était pas non plus l’euphorie d’AC/DC au stade de France avec des petits carrés dorés mis en valeur par des lights fort bien choisis.
J’aurai tant aimé voir Madonna avec ses cheveux longs...
Alors après quelques minutes on s’habitue bien vite à faire face à Manson... Il a perdu de sa superbe avec ses cheveux mi-courts. La qualité du son est grande... c’est assez puissant mais c’est fort froid. Bon c’est leur musique comme ça... Manson était peut être concentré sur ses chansons, mais ce n’est pas une raison pour oublier de comuniquer avec le public, pour essayer de le faire participer encore plus. On a juste eu un salut la France alors qu’il portait une veste militaire française de la seconde guerre. Sinon Manson se différencie de ce que j’ai déjà vu sur scène par le fait qu’il ne peut s’empêcher de cracher partout et de jouer à touche kiki. C’est également un grand fan des doigts d’honneur. Aussi je n’aime pas les habits qu’il porte (en rapport avec ses tous derniers albums).

Pour le reste du groupe nous avons un clavier (l’instrument) suspendu à des cordes qui tiennent elles même sur une grosse potence comme dans le clip de Personal Jesus. Le musicien Madonna ne s’est pas assez montré à mon goût. Aussi il y avait un batteur (Chris Venna apparemment) et un guitariste (Marc Chaussee) qui n’ont pas bougé d’un pouce (joli face mending à la black metal pour l’occasion)... reste le bassiste Tim Skold que j’ai fortement apprécié pour sa prestation (même si elle était également peu chaleureuse) et son look extra. Par contre c’est dommage qu’ils n’aient pas mieux occupé l’espace qui leur était attribué : et croyait moi, il y avait de la place sur scène.

Bon et pour résumer c’était comment ?

C’était comme sur la photo ci dessous... on s’est ennuyé à crever entre les groupes et avant le concert. Et puis on sort du concert en répétant ce qu’on disait en soufflant dans la file d’attente à l’entrée : "ah la la, la la...". Le show s’est fini en mauvaise troncature sur Antichrist Superstar. Le souci c’est qu’à la fin du morceau les lumières de la salle se sont allumées de suite (voir si ma mémoire flanche : ne se sont pas éteintes depuis les dernières secondes du morceau). Pas d’au revoir, pas de salut, pas de second retour du groupe. La fin était vraiment décevante avec un seul petit retour que j’ai jugé trop rapide. Vraiment une mauvaise surprise alors que quelques mois avant je suis ressorti du Zénith de Lille en disant que j’avais vu mon meilleur concert avec Rammstein...
Pour Manson finalement ses clips me semblent plus intéressants que ses concerts actuels. Je n’irai pas le revoir bien que je puisse comprendre la joie de la clic de fans absolus qui étaient présents dans la salle pour son côté rock star très médiatisé... (ce qui n’impressionnera pas la plupart des personnes plus âgées comme moi qui côtoient le monde du Metal depuis un certain temps).