Consoles-Fan
25/05/2018

Auteur
  

2943 articles en ligne

 
Amazing Island
Le petit cousin de Billy Hatcher
qui s’occupe, non des oeufs, mais des monstres !

Qui ne conna

Cousin de Billy Hatcher avec une coupe de cheveux à la Sonic... c’est Andy !

Tout commence avec le choix entre deux personnages : un petit garçon ou une petite fille. Dans ce test, le petit garçon qui se prénomme Andy sera la vedette.

Un beau jour, Andy découvre dans son grenier un vieux livre dont le titre est "Les secrets d’Amazing Island". Un soir, quand Andy s’est endormi, une voix lui crie : "aide-nous", "sauve-nous de notre destin" et c’est alors qu’Andy une fois réveillé, se retrouve dans une île ancienne.

Après avoir accepté d’aider le peuple Maboo, Andy se retrouve dans le "Hall of Life" et peut à partir du "Water Mirror" concevoir un monstre. Andy a un coeur pur et seuls ces derniers peuvent battre le maléfique Black Evil.

Avec une telle histoire niaise, il est évident qu’Ancient a voulu créer un jeu destiné à un public très jeune.

Nous voilà donc dans le "Hall of Life" pour réaliser notre premier monstre. Pour la première création, Folu va nous donner un petit coup de main en nous posant cinq questions assez rigolottes. Folu va alors créer un monstre à l’image de nos réponses. Par après, on pourra réaliser un monstre selon nos envies.

Plus tard, Chinto entre en action et à l’instar de Folu, il va mettre des éléments sur notre première création suivant les réponses données plus haut. Une fois le monstre fini, on peut lui faire une belle photo... inutile !

A quoi servent les monstres ?!

En fait, une fois le monstre en notre compagnie, on se dirige vers un téléporteur. Le gardien du téléporteur nous explique quelques régles de base et tout de suite on entre en fusion avec notre création. On ira donc diriger notre monstre dans les épreuves (parfois des mini-games) auxquelles on sera soumis ; Des épreuves, une fois finies, et le "eviling" (mini boss de la fin des épreuves) battu, on récupère une "vision orb". Avec toutes les visons orbs en notre possession, le dernier boss, Black Evil sera accessible afin de le combattre.

En quoi consistent les épreuves ?!

Après avoir fusionné avec le monstre, on contôle donc notre monstre aux épreuves du type Athlete Kings. Basiquement, pour toutes les épreuves il faut appuyer uniquement sur une touche du pad (la touche A). Parfois, on doit appuyer sur le boutton B ou le stick analogique gauche, mais 90% des épreuves se font uniquement avec une seule touche. Les épreuves varient assez souvent. Il y a bien évidemment une épreuve de sprint, où il faut appuyer comme un malade sur la touche A pour faire courrir notre bestiole le plus vite possible. Bref, il y a pleins de petits challenges a faire. Selon notre classification à la fin de chaque épreuve, si on fini dans les 3 premiers, on reçoit des articles et le restant en potions que l’on pourra utiliser juste avant chaque épreuve pour augmenter les capacités du monstre.

Une fois que la première série d’épreuves terminées, on peut alors créer un monstre de A à Z. Il faut donc retourner chez Folu pour qu’il puisse nous permettre de réaliser un monstre selon nos choix. En fait, grâce à un outil très simple à utiliser, on peut créer les formes de chaque partie du corps. Une fois la création achevé, Chinto nous donne un tas d’objets que l’on a pu gagner aux épreuves ou acheter dans les shops. Ce qui permet de décorer le monstre avec par exemple des lunettes, des griffes, des ailes... mais aussi lui donner une couleur, une voix... il doit y avoir une bonne centaine d’articles à découvrir. Fraîchement customisée, la bestiole que l’on dirige voit ses capacités augmenter.

Graphiquement, Amazing Island ressemble à Billy Hatcher avec des graphismes très colorés et simplistes. Cela dit, le titre de la Sonic Team reste quand même un cran au-dessus. Petite déception pour les musiques : elles collent parfaitement au type de jeu, mais ne sont pas aussi sympas que celles que Yuzo Koshiro nous a déjà habitués. Elles restent tout de même agréables.

Finalement, le projet de Yuzo Koshiro reste assez satisfaisant à jouer. On se balade dans la petite île de Maboo avec son monstre en réalisant des épreuves sommaires avec un seul objectif, réaliser des monstres (puissants, gracieux, vilains... ) selon notre imagination.

Graphismes : Les graphismes sont très enfantins, qui me font souvenir de Billy Hatcher mais qui sont quand même inférieurs. Quelques ralentissements quand on est sur l’île sont à signaler, par contre il n’y a aucun soucis pendant les mini-games ou les épreuves !

Bande son : Yuzo Koshiro est aux commandes de la musique intégrale du jeu : on peut donc s’attendre à de belles mélodies... Eh bien il y en a, mais elles sont inférieures à ce que Maître Koshiro nous a déjà habituées. (Peut-être parce que c’est un jeu destiné aux petits et que les musiques restent dans un esprit enfantin ;) )

Jouabilité : Dommage qu’on ne puisse pas courir sur l’île. En ce qui concerne les épreuves, c’est très basique, on utilise le plus souvant la touche A.

Durée de vie : Assez court si on fait uniquement la quête principale. Néanmoins, il y en a pour un moment à obtenir tous les articles pour nos monstres et il y a toujours la possibilité de refaire les mini-jeux !

Conclusion : Clairement déstiné aux plus jeunes, Amazing Island est un agréable petit jeu que Yuzo Koshiro nous fait divertir pour quelques heures.

Spin-dash


Amazing Island

NOTE : 07/10