Consoles-Fan
21/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2958 articles en ligne

 
Dead To Rights 2
Poussi
tu retourneras poussi

Peut-

D’un point de vue de la réalisation, le jeu est à la hauteur. D’ailleurs, l’intro en images de synthèse indique tout de suite que les moyens sont là. La déception arrive cependant devant l’incroyable répétitivité des décors. Dommage car les textures sont très fines et les effets d’éclairage troublants. Le jeu tourne en 60 images par seconde. Jusque-là, le bilan est plutôt positif.

Bordel intégral

Le problème, c’est que les beaux jeux ne font pas les bons jeux. Et lorsqu’on se méprend aussi fortement sur le gameplay que dans ce cas-ci, on ne peut vraiment plus prétendre au titre de champion du monde, sauf si c’est celui des bras cassés. Prenez un gameplay à peu près similaire au premier opus mais enlevez tout ce qui était inné, rajoutez un aspect brouillon omniprésent avec un nouveau système de visée que j’appellerai le picazar, soupoudrez d’un système de caméra qui choisit les angles les plus inconfortables possibles et vous obtenez une soupe absolument lamentable. Vous voir tirer de face, c’est sympa visuellement parlant mais c’est surtout injouable. Ne pas décider de l’ennemi qu’on vise (en appuyant sur la gachette de droite) mais devoir seulement zapper par après c’est plutôt risqué. Le seul point positif de cette suite, finalement, c’est d’avoir développé un peu plus le rapport maître et chien qui, bien que très pratique dans le premier jeu, restait quand même plus un gadget sauf lorsqu’on était à court de munition. Ici, vous pouvez aussi envoyer votre chien pour tuer un ennemi. Il vous rapportera même son arme. Le chien peut intervenir beaucoup plus souvent mais ses actions restent limitées. Il n’empêche que rester caché et envoyer son chien au casse-pipe est très payant et permet déjà de bien nettoyer la salle tout en faisant le plein d’armes, de vie... Il ne vous reste plus qu’à terminer le boulot par après. Cet aspect du jeu à d’ailleurs un peu tendance à gommer les défauts que je précitais puisqu’il y aura bien moins de choses à gérer à l’écran. Mais vous avouerez que là, j’essaie un peu de sauver le jeu comme je peux.

Les ¾ du jeu sont des séquences de tir répétitives, le quart restant est dédié au beat-them-up à main nue. Quelques armes comme des battes ou des tessons de bouteille pourront néanmoins être ramassées : classique ! Ces passages sont sans doute aussi les plus jouables du jeu, dommage qu’ils soient minoritaires, on arriverait presque à s’amuser autant que dans SpikeOut Battlestreet.

Dead et fier de l’être

Franchement, je ne suis vraiment pas tenté de vous conseiller ce titre, même à ceux qui ont aimé le premier du nom. Cette suite de toute manière si différente perd vraiment son aspect aventure et le scénario est de la taille d’une spin card coupée en trois. Par contre, j’ai envie de dire à ceux qui n’ont toujours pas essayé Dead To Rights : ruez-vous sans hésiter sur le premier opus et faites comme si celui-ci n’existait pas. Pour ma part, il est déjà dans le placard.

Graphismes : 70%
C’est sûr que c’est beau, mais on est sur XBox !

Animation : 73%
Très fluide mais mal motion capturé (s’il y a eu motion capture, rien n’est moins sûr !).

Jouabilité : 23%
Brouillonne, frustrante, pas amusante !

Bande Son : 58%
Boum tchi tchac boum, on a rêvé mieux !

Intérêt : 32%
Gardez vos sous, ce Dead To Rigts ne les mérite pas, allez donc acheter plutôt l’autre, trop souvent décrié, vous m’en direz des nouvelles !

Note Globale : 40%
Et encore, j’ai le sentiment d’avoir surnoté, je ne sais pas, c’est cette licence qui m’est sympathique, j’arrive pas à mettre moins, sans doute que je devrais pourtant...


NOTE : 04/10