Consoles-Fan
17/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Astal
Avista
Baby

Astal a l’honneur et l’avantage de figurer

L’intro du jeu est un splendide dessin animé avec des scènes de combat à la DBZ. Il est chanté et ce générique est un pur bonheur que je regarde encore aujourd’hui en boucle avec délice. La fiancée d’Astal vient de se faire enlever par le vilain du jeu. Ce dernier se fiche pas mal de la demoiselle, il veut juste récupérer la rançon : un cristal magique qui donne à Astal une force incroyable comme créer de petits tremblements de terre capables d’immobiliser des ennemis pendant quelques secondes. Astal peut ainsi plus facilement approcher ses adversaires pour les saisir violemment et les projeter de plus belle. Plus original et féérique, Astal peut gonfler sa cage thoracique (en appuyant simplement vers le haut) et souffler sur ses ennemis afin de s’en débarrasser. Souffler sur certains ennemis avaient aussi comme conséquence de les faire tournoyer. Mais désarçonnés, il sera plus facile de les aborder. Astal peut aussi soulever des objets très lourds comme d’énormes rochers ou déraciner des plantes très hautes. L’interaction avec les décors est déjà très grande. Et cette immersion fait vraiment plaisir à voir. On est littéralement happé par l’ambiance du jeu.

Une des forces d’Astal est de proposer un mode deux joueurs. A partir du moment ou vous avez libéré votre fiancée que le méchanpabo a transformé en oiseau, vous allez pouvoir jouer à deux. Rassurez-vous, cela arrive au cours du premier stage ! L’oiseau n’est pas aussi fort qu’Astal au corps à corps mais il peut voler ! Enfin, il est capable d’exécuter des coups spéciaux dont lui seul à le secret mais plus ou moins coûteux en magie. Celle-ci se recharge automatiquement. Une barre de vie représentée par des fruits peut-être réalimentées en récupérant ces pressieurs fruits au passage. Un des coups spéciaux de l’oiseau est d’ailleurs de vous ramener un fruit. Si vous jouez seul, vous pouvez donner des ordres à ce dernier. C’est là où on remercie la manette 6 boutons de la Saturn, qui officie avec merveille afin de séparer clairement les différents ordres accessibles.

Une caractéristique intéressante du jeu est la possibilité de déclencher le mode deux joueurs ou de l’abandonner quand bon vous semble. Imaginons que vous jouiez seul. Un ami est de passage juste pour une heure. Il prend le contrôle de l’oiseau simplement en prenant la deuxième manette en main. Attention cependant car la jauge de vie devient commune aux deux joueurs, l’oiseau n’est plus intouchable comme lorsque vous jouez seul ! Puis, l’heure de partir arrive : quelques secondes après avoir lâché la manette, l’ordinateur reprend le contrôle de l’oiseau qui vous suit calmement tout en attendant qu’Astal lui lance un nouvel ordre en sifflant avec ses doigts.

Jouer à Astal est une expérience que je souhaite à chaque gamer. Si vous ne possédez pas ce jeu mais que vous avez encore votre Saturn, sachez que vous pouvez le trouver quand même assez facilement. J’ai eu la chance de le croiser en boutique à 10 euros il y a quelques années. Aujourd’hui, il doit sans doute être un peu plus cher mais devrait rester abordable. C’est en tout cas un jeu à posséder dans sa ludothèque : je pense avoir terminé ce jeu une dizaine de fois. Alors si certains, dont moi, prient pour avoir un jour une suite pour Nights Into Dream, je n’oublie pas les heureux moments passés sur ce jeu et ma foi, si cette merveille devait revenir au devant de la scène, je serais le premier à hurler ma joie afin de retrouver ce jeu dont les boss ont un esprit "Treasurien". Si avec ça vous n’êtes pas encore convaincus !

Graphismes : 97%
La réalisation est époustouflante, les boss vraiment impressionnants.

Animation : 95%
La quantité d’animation à l’écran est tout simplement incroyable.

Jouabilité : 90%
Parfois un peu juste mais jamais rebutante.

Bande Son : 92%
Quelle classe, les personnages dialogues et les musiques sont envoûtantes. La musique du deuxième stage dans la grotte : quelle merveille !

Intérêt : 91%
Vers la fin du jeu, le niveau de difficulté est vraiment très poussé. Qu’importe, je suis maso.

Note Globale : 92%
Astal vous tend les bras, comment pouvez-vous y résister !


NOTE : 09/10