Consoles-Fan
18/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Polarium
Cic
C’est Poincar

Presque enti

Mais laissons-nous guider par l’interface du jeu afin de bien découvrir tout ce qu’il renferme. Le jeu est divisé en 4 parties. Le mode défi, le mode puzzle, le mode duel qui vous permet de jouer contre un autre joueur muni d’une DS et le mode Salon un peu fourre-tout puisqu’il renferme entre autres options et didacticiel. Comme ça, si vous n’avez pas compris tout ce que je vais vous raconter dans ce test, vous pouvez être déjà rassuré, car les concepteurs de Polarium ont présenté la chose de manière fort limpide. Je ne sais pas si je ferai aussi bien ;)

Un jeu intelligent !

Il est temps d’expliquer le concept de Polarium. Polarium est un ensemble de carreaux disposés comme un carrelage. Il y a des carreaux noirs et des carreaux blancs. Lorsque vous tracez un chemin et que vous le validez, les carreaux sélectionnés changent de couleur. En gros, les noirs deviennent blancs et les blancs deviennent noirs. Vous n’avez pas la possibilité de vous déplacer en diagonale ! En revanche, vous pouvez utiliser une série de carreaux d’une unité d’épaisseur, placée en bordure. Cela n’aura aucune influence sur le jeu mais cela vous permettra de ne pas devoir lever votre stylet.

Cette bordure vous permet bien évidemment d’aborder un dessin différemment et donc de résoudre les puzzles qui vous sont présentés. En effet, vous devez à chaque fois en un seul trait éliminer tous les carreaux blancs présents à l’écran ! S’il suffit finalement de suivre un chemin prédéfini, cela ne devrait pas être trop compliqué. Les premiers puzzles ne vous proposent d’ailleurs que ce genre d’énigmes pour vous habituer au concept. Mais par après, les choses se compliquent puisque des groupes de carrés blancs se retrouvent isolés sur votre tableau. S’ils sont en bordure, pas de problèmes, il suffira d’utiliser la bordure pour relier chaque groupe. Vous ne lèverez ainsi pas votre stylet. S’ils n’ont aucun contact avec la bordure, ça se complique et là, le jeu devient très technique. Car je ne vous ai pas tout dit, si vous constituez une ligne horizontale de carreaux blancs, elle disparaîtra. Polarium vous laisse donc le choix d’enlever toute une ligne de carreaux blancs ou au contraire d’en reconstituer une entière. Si à l’arrivée vous avez un mix de lignes blanches et de lignes noires, vous aurez réussi le puzzle ! A partir d’un certain moment, les tracés deviennent alambiqué et il faut une bonne dose de maîtrise et de concentration pour imaginer dans votre tête le résultat de votre tracé.

Le mode défi consiste à une descente continuelle de pièces dans votre tableau. Vous devez les éliminer le plus rapidement possible car le rythme est assez soutenu. Cette fois-ci, vous disposez d’autant de traits que vous le désirez. Polarium se mue alors en véritable jeu d’action.

Suivant votre humeur, Polarium est donc toujours une bonne option, il mérite donc sa place dans votre ludothèque tant le concept est génial. L’idée de base est toute simple. En l’agrémentant de quelques petites nuances, les développeurs ont su apporter un véritable challenge. Il faut vraiment jouer pour comprendre toutes les finesses, un peu comme au jeu d’échec, mais croyez-moi, Polarium vaut largement plus le détour que Meteos qui était pourtant beaucoup plus attendu !

Graphismes : 50%
Sobre, mais ce n’est clairement pas danc cette rubrique qu’il faut attendre un jeu comme Polarium au tournant.

Animation : 70%
Correcte, mais ici aussi, on s’en fout un peu.

Jouabilité : 95%
Un jeu qui prend tout son sens au stylet. Une version GBA est cependant prévue mais on devine déjà que la réactivité sera nettement moins bonne !

Bande Son : 77%
Envoûtante, planante, répétitive...

Intérêt : 97%
J’ai vraiment été emballé par ce titre qui vous scotche pendant des heures à votre DS. J’ai même carrément usé toute la batterie d’une traite !

Note Globale : 90%
Polarium est un incontournable de la DS. En plus, le puzzle game est un genre idéal sur portable. Je ne vois aucune raison d’hésiter à moins d’avoir le QI d’un boys band réuni.


NOTE : 09/10