Consoles-Fan
20/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2926 articles en ligne

 
Yu Yu Hakusho Dark Tournament
Yu Yu ? Popo !
n’est pas une marque d

Le dernier Yu Yu Hakusho auquel j’ai jou

Si le choix du cell shading est pertinent pour ce genre de licence, son emploi est nettement moins maîtrisé. Les personnages ressemblent à des cancrelats et sont animés n’importe comment, les décors peu nombreux sont laids à mourir, tout est vide, ça manque de couleurs, bref, c’est vraiment hideux et on en profite bien vu qu’on les revisite inlassablement au cours du dark tournament. Quand on pense que sur cette même console tourne des jeux comme Virtua Fighter 4, Tekken 5 ou Soulcalibur 2, on se demande si on a pas raté un épisode quelquepart.

Ce tournoi auquel participent bon nombre de démons sera entrecoupé de nombreux dessins animés et de phase vous permettant de vous entraîner, sorte de tutorial, ou de stages vraiment très courts qui consistent à exécuter le coup spécial de la mort qui tue qui renvoie en 3 secondes et demie votre adversaire d’où il vient. On peut saluer cet effort qui permet de varier un peu le concept au cours des 31 stages qui vous sont proposés. Mais cette variété était quasiment un passage obligé car on sent vraiment bien que les développeurs ont voulu se calquer sur la série. Par exemple, vous perdrez le premier combat d’office, juste par respect de l’animé. Il s’en suivra alors un long apprentissage avant de pouvoir affronter à nouveau l’adversaire qui était bien plus fort que vous au début du jeu, mais en une heure et demie, vous en avez appris des trucs !

Oui, à partir d’ici, je m’énerve !

Pour le reste, il y a de quoi s’énerver. Tout d’abord, le gameplay possède des temps de latence insupportable. Il y a beau y avoir de nombreux coups, ils ne sont guère innés pour la plupart dans leur utilisation. Seuls les enchaînements simples et donc courts reviendront sur le tapis. Des règles différentes à chaque combat vous foreront à adapter votre comportement. Epuisé par le combat précédent, vous devrez démarrer le combat suivant avec une demi-barre d’énergie. Pour vous préserver d’un autre combat dangereux en approche, vous devrez vous passer de vos pouvoirs magiques pour vous préserver. Dans d’autres cas, il faudra vous mettre un peu à l’écart pour regonfler à l’aide de la magie votre jauge de vie dont le niveau est bas en début de combat. D’un combat à l’autre, vous incarnerez Yusuke, Kasuma, Kuruma, Hiei ou Genkai. Parfois, vous aurez la possibilité de passer le relais à un de vos amis. Ce relais s’accompagne d’un temps de chargement assez court mais suffisamment long que pour casser le rythme du combat. L’ennemi peut aussi passer la main à son tour et les microchargements finissent par se multiplier un peu rapidement...

Une fois le dark tournament terminé, avec des stages assez inégaux en difficulté, vous pourrez vous retourner sur le mode Arcade qui comme son nom l’indique, vous propose de combattre plusieurs adversaires sans cohérence scénaristique. Le mode Skirmish n’est autre qu’un mode versus. Parmi les classiques, on retrouve aussi un mode Survival et parmi les originaux, un Token Game, une sorte de jeu de plateau qui utilise des cartes que vous aurez récupérées dans le jeu. Des décors et des personnages cachés seront aussi à récupérer. Vous pourrez, une fois débloqués, les sélectionner dans les autres modes de jeu.

Franchement, Yu Yu Hakusho Dark Tournament arrivera peut-être à contenter des fans aveuglés par leur série chérie mais le fan de jeu de baston n’y trouvera son compte à aucun prix. Passez votre chemin, il n’y a rien à voir.

Graphismes : 37%
C’est vraiment "trop" laid, pour ne pas dire "incroyablement"...

Animation : 43%
La fluidité est correcte mais l’animation des personnages...

Jouabilité : 38%
Des temps de latence impardonnables brisent la rythmique du jeu.

Bande Son : 41%
La qualité fait très années 80

Intérêt : 17%
C’est plutôt long mais on s’ennuie du début jusqu’à la fin !

Note Globale : 23%
Yu Yu Kakusho Dark Tournament n’a rien de plus à vous offrir que sa licence : beurk !


NOTE : 02/10