Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
  

3012 articles en ligne

 
Meiwaku Seijin Panic Maker
Les martiens d
et cr

Quand Capcom cr

Le joueur isolé risque en effet de se retrouver un peu dépité face à un titre qui fait fortement appel à l’aspect multijoueurs. Pas de bol, on se contentera de deux joueurs. Sur cet aspect, Capcom est clairement passé à côté de quelque chose.

Le principe du jeu est assez simple. Vous jouez le rôle d’un extra-terrestre bleu à la tête en forme de goutte d’eau. Du moins, ça y ressemble un peu. Votre arme secrète est constituée d’une sorte de laser qui permet d’emprisonner une innocente victime qui passait dans le coin. Dès que vous rejoignez votre vaisseau spatial qui se déplace de temps en temps sur la carte, vous prenez l’apparence de la personne que vous avez capturé et vous récupérer les objets qu’elle avait sur elle afin d’en faire votre armement. Vos victimes possèdent plus ou moins d’objets et il est possible de savoir ce qu’ils ont sur eux avant de les capturer mais il faut bien avouer que dans le feu de l’action, on prend ce qui nous tombe sous la main : pas le temps de faire le difficile !

Car il faut se dépêcher ! En effet, lorsque vous allez utiliser les objets en question, sélectionnables via un menu circulaire qui défile grâce aux boutons L et R, vous allez pouvoir récupérer les pièces des passants qui tombent dans vos pièges ou qui se font directement frapper. Vous pouvez bien entendu vous en prendre directement à votre adversaire. Celui-ci perdra des pièces de son propre stock : il ne pourra d’ailleurs pas les récupérer, vous seul pourrez en profiter ! Vous l’avez sans doute compris, le but du jeu est de ramasser un maximum de pièces en 10 minutes. Le premier arrivé à 500 ou celui qui a le plus de pièces en fin de temps réglementaire ou si vous arriver à abattre une cible désignée (par exemple le Némésis dans le stage qui parodie Resident Evil où vous croiserez zombies et membres des STARS), vous remportez la partie ! La règle en vigueur dépend du stage que vous choisissez !

Mais tout n’est pas aussi simple que cela. Si vous vous faites frapper par votre adversaire ou un des ennemis dirigés par l’ordinateur mais qui ne participent pas à la course aux pièces (ils sont juste là pour rajouter du piment et vous courent après généralement après de s’être remis du sale tour que vous leur avez joué), vous vous retrouverez en sous-vêtement et devrez au plus vite retourner à votre vaisseau pour changer de peau, à condition d’avoir stocké un humain dans votre pistolet laser ! A ce moment précis de la transformation, les poursuites contre vous cesseront vu que vous vous aurez donné l’impression de vous être volatilisé dans les airs.

Si vous êtes déjà en slip et que vous vous faites retoucher, vous reprendrez votre forme initiale d’alien sautillant et tout le monde vous poursuivra sans exception. Sous la forme d’un alien, vous ne pouvez plus non plus ramasser de pièces. Seul votre pistolet laser vous donne la possibilité de capturer un humain. N’oubliez pas qu’à chaque fois que vous vous faites frapper, vous perdez des pièces au grand bonheur de votre adversaire qui profitera très certainement de votre déroute !

C’est la panique !

Avec son panic mode créateur d’évènements extraordinaires au sein d’un stage, avec ses armes délirantes comme les punaises, l’hamburger géant, le micro et la stereo qui vous permettent de chanter horriblement une petite chanson à votre public appeuré, l’aspirateur qui raffle toutes les pièces qui traînent dans son passage, la charge des éléphants, les coups de poing extensibles, les boules de bowling, les explosifs et j’en passe et des meilleurs, avec ses décors variés et thématisés et malgré son gameplay un peu confus à cause d’un système de caméra parfois boîteux, Panic Maker aurait était un jeu incontournable s’il était jouable à 4.

Il vous faudra donc regretter son cell-shading chaleureux, ses personnages pitoresques en SD animés de manière drôlatique et leurs mimiques grimaçantes à moins que vous ne le trouviez à moins de 20 euros !

Graphismes : 72%
Du cell-shading agréable bien comme il faut.

Animation : 72%
C’est débile et on adore ça !

Jouabilité : 70%
Un peu confus mais toujours jouable.

Bande Son : 70%
Les bruitages suivent bien l’action et la musique est rigolote.

Intérêt : 52%
Une idée sympa mais qui n’aboutit pas à cause de l’absence d’un mode 4 joueurs qui paraissait pourtant si évident ! Une note malgré tout si basse s’explique par la très très faible durée de vie du jeu !

Note Globale : 63%
Un bon petit jeu mais trop court et qui manque d’ambition du côté multijoueurs. A vous de voir donc mais n’allez pas dépenser des fortunes là-dedans !


NOTE : 06/10