Consoles-Fan
17/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Abenobashi Magical Street
Fond dans la bouche
Pas dans la main !

La Gainax nous revient avec un titre plut

Sasshi et Arumi vivent des jours heureux dans leur quartier commerçant d’Abenobashi dans les fauxbourgs d’Osaka. Mais la famille d’Arumi a l’intention de déménager à Hokkaido afin d’y mener un projet commercial et ambitieux. Il faut dire que le quartier d’Abenobashi est sur le point de péricliter. En se penchant sur les origines d’Abenobashi, les deux enfants découvrent que les points cardinaux du quartier sont gardés par 4 représentations divines. Par accident, l’une d’entre elles se casse et nos deux amis se retrouvent dans un monde différent du leur et pourtant si familier. Pas de doute, le quartier est le même, mais le monde est bien parralèle. Que l’époque ou le lieu soit différent, les personnages secondaires reviennent systématiquement. Sasshi et Arumi sont prisonniers et aimeraient revenir mais finalement, Sasshi comment à trouver ça amusant et les deux enfants entre en conflit. Sasshi voit en effet en ce bug de vie un moyen de rester avec son amie qui ne peut plus partir à Hokkaido. Mais une lourde vérité se cache derrière ce phénomène... Bon, je ne peux pas vous en dire plus là ;)

Quitte à faire n’importe quoi, autant le faire bien, me disait mon grand-père ! Et sur ce point, on peut dire que la Gainax s’est bien appliqué à parodier les jeux vidéo, les animes, les sentai les séries TV, les films hollywoodiens... La quantité de référence est tout simplement hallucinante, je vous livre ici en vrac et dans le désordre une liste non exhaustive : Star wars, Transformers, Albator, 2001 odyssée de l’Espace, la guerre du feu, Dragon Ball, les RPG, Virtua Fighter, Rocky, Hokotu No ken, Bruce Lee, Great Teacher Onizuka, Ah Megami Sama, Toki Meki Memorial, Cendrillon, Sakura Card Captor, Spectroman, Ultraman, K 2000, Vendredi 13, Terminator, Jason VS Freddy, The Shining, Titanic, Robocop...

Comment faire tenir tout ça ensemble ? Eh bien, le mieux que vous ayez à faire c’est le découvrir par vous-même. Mais outre l’aspect des références, cet anime surfe sur les gags classiques qu’on trouve dans la plupart des animes. Mais ici, on sert non-stop ! Il faut enfin noter et sans doute admirer le travail conséquent des dessinateurs qui ont su insuffler à chaque fois à un lieu identique une ambiance totalement différente jusqu’au coup de crayon. Abenobashi se positionne sans complexe comme référence et rejoint le groupe très réservé de mes animes cultes.