Consoles-Fan
19/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
OZ
Qu’ils Oz
nous sortir une suite...

OZ ou Over Zenith si vous pr

A un moment, j’ai vraiment cru qu’ils y étaient arrivés car OZ possède une ambiance magnifique avec une intro originale, très stylée, sépia, dont la mise en scène est purement magnifique et dont la musique n’est autre qu’une reprise en japonais des danses polovtsiennes de l’opéra « Le Prince Igor » d’Alexandre Borodine : superbe !

Mais après ce moment rare de délice intense et suprême, le jeu révèle bien vite sa triste monotonie. Le gameplay est assez mou et on s’ennuie vraiment très rapidement. Il faut dire que la répétitivité des décors aux textures navrantes y est quand même pour quelquechose. C’est d’autant plus dommage car nos amis de chez Konami ont eu la bonne idée d’animer divinement le ciel qui est soit dit en passant, un des plus beaux ciels de jeu vidéo que j’ai pu voir jusqu’à ce jour. Le problème, c’est qu’il n’y a que ça de beau, et le clipping trop présent ainsi qu’un effet de brouillard pas très joli et des effets de transparence foireux ne sont pas là pour me contredire. Et en plus, ça se paye le luxe de ralentir parfois...

Lorsque vous dirigez votre personnage fidèlement suivi à la trace par ses deux fidèles compagnons, vous serez freiné dès que des ennemis apparaissent. Sans doute, fallait-il éviter une action trop rapide par souci de clarté mais cela donne une vraie impression de lenteur et je n’ai pas trouvé pour autant la visibilité très agréable. Il faut dire que le système de caméra n’est pas très entreprenant et qu’il faut bien souvent corriger les angles manuellement.

L’originalité du jeu repose sur la possibilité de jouer au tennis avec les ennemis. Comprenez par là que vous pouvez effectuer un combo et élever un ennemi dans les airs tout en l’envoyant vers un de vos compagnons (Léon ou Almira) qui se fera un plaisir de l’envoyer à vous ou au troisième compère. Une jauge de combo augmente ainsi, atteint différents levels, et vous donne droit à effectuer un coup dévastateur. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Pour ma part, j’ai pas trop accroché. D’ailleurs, vos amis démolissent aussi la tronche des ennemis rencontrés si bien que vous ne savez finalement jamais bien gérer votre environnement. Ou en est-on exactement, vous ne le savez que rarement. Alors que dans un beat-them-up classique, vous visualisez le nombre d’ennemis et savez normalement à peu près où vous en êtes dans votre extermination.

Si vous êtes en difficulté après avoir reçu une bonne torgnole, vous serez affaibli et à peine capable de vous déplacer. Appuyez de manière répétée sur « x » pour retrouver votre état normal. Pour ma part, je trouve que cette phrase de recouvrement est trop longue. Mais heureusement, l’intelligence des ennemis est tellement faible qu’ils vous laisseront normalement en paix. Mais en temps normal, n’importe quel ennemi serait venu m’achever sans hésiter. La situation est donc assez peu crédible.

J’ai trouvé Over Zenith assez fatigant. Feel, que vous incarnez, doit en fait aller libérer sa sœur en franchissant des stages qui se succèdent froidement. A aucun moment je ne me suis réellement amusé avec ce titre même si je plaçais en ce dernier énormément d’espoir : l’ambiance et les musiques y sont sans doute pour quelque chose. En tous cas, ne vous laissez pas prendre au piège et rabattez-vous sur d’autres beat-them-up qui pullulent sur PS2.

Graphismes : 53%
Vraiment trop répétitifs et trop spartiates.

Animation : 68%
Ok mais quelques petits ralentissements sont quand même à signaler.

Jouabilité : 65%
Il arrive que l’originalité ne paye pas.

Bande Son : 90%
Clairement le point fort du jeu. Elle fait d’ailleurs parfois assez oldschool mais reste toujours bien travaillée.

Intérêt : 53%
Vivement que ce soit fini, voilà sans doute ce que vous vous direz en y jouant...

Note Globale : 58%
Je me suis quand même assez bien ennuyé avec ce titre, et du coup, devinez quoi, je ne vous le conseille pas ;)


NOTE : 05/10