Consoles-Fan
17/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Super Monkey Ball Deluxe
300 stages, 12 minigames, 4 joueurs
1 seul jeu de l’ann

Comme Bomberman a pu marquer le jeu multijoueurs, Super Monkey Ball a su s’imposer comme la nouvelle r

Raconte moi une histoire, banane !

Resté jusqu’alors exclusif à la Gamecube sur console de salon, Super Monkey Ball est allé faire un tour sur GBA et sur N-Gage. Il était vraiment plus que temps que les possesseurs de PS2 et de Xbox goûtent à ce titre extraordinaire. Bon samaritain dans l’âme, Sega a néanmoins voulu se faire pardonner le temps d’attente en sortant les deux épisodes sur Gamecube dans une compilation encore enrichie et sans passer par un système ô combien facile du copié-collé. Vous n’aurez donc pas droit à un menu vous permettant de choisir entre les deux jeux. Un menu spécialement prévu vous a donc été concocté, en suivant néanmoins la présentation du deuxième opus. Mais tout est bien là, disponible, pour vous public !

Si séparés, les deux Monkey Ball se suffisent amplement, vous pouvez imaginer ce que va peser un telle compilation. C’est tellement énorme que ça en donne le vertige lorsqu’on découvre le menu pour la première fois. Décortiquons donc cela ensemble si vous le voulez bien !

Ok, ok, qu’est-ce qui est jaune et qui va vite ?

Pour ceux qui l’ignoreraient, le principe de Monkey Ball est de parcourir dans le temps imparti et à la manière d’un Marble Madness un plateau fait de dédales, méandres et moultes pièges à l’aide d’une boule dans laquelle un singe est enfermé. Il faut tenir compte de l’environnement en 3D comme par exemple des pentes puisque la boule n’offre aucune résistance particulière, au contraire, vous devrez même gérer l’inertie. Seul le stick analogique sert afin d’accélérer, de freiner ou encore de tourner. Si le gameplay est simple, le jeu ne l’est pas forcément pour autant : certains stages sont machiavéliques !

Un mode story vraiment très riche vous proposera de vivre une aventure très niaise au long de 10 mondes comprenant chacuns 20 stages. En vérité, ce mode était déjà présent dans Super Monkey Ball 2, l’histoire est rigoureusement la même, par contre, les mondes n’étaient composés que de 10 stages. Il fallait alors tous les réussir afin de découvrir le monde suivant. Dans ce cas, vous devez toujours en réussir 10 mais comme vous avez à présent un choix plus large, vous pouvez éviter certains stages sur lesquels vous butez. D’un côté, cela rend le jeu plus facile mais d’un autre, il est à présent nécessaire de terminer deux fois le mode Story pour tout voir ! Et puis, il faut dire que certains stages relèvent parfois du miracle !

Une banane qui fait son jogging

A cela viennent se greffer 3 modes de jeux. Le premier consiste à un mode challenge, jouable à 4. 3 modes de difficultés sont à parcourir si possible sans perdre de vie ! Le mode Competition vous permettra de faire la course dans les divers stages : deux joueurs minimum sont requis. Le mode practice, enfin, vous permet de réessayer à souhait les stages que vous avez réussi et tenter ainsi d’exploser votre score et votre temps. Certains stages qui semblent compliqués peuvent se boucler en quelques secondes, à vous de découvrir comment ! En bref, Super Monkey Ball Deluxe, c’est 114 stages du premier opus + 140 stages du second + 46 stages bonus, soit 300 stages en tout ! De la pure folie !

A côté du jeu principal, de l’univers de Super Monkey Ball, vinrent se greffer lors du premier opus 6 minigames, une véritable manne pour ceux qui aiment jouer à plusieurs. Sega créa alors la surprise en annonçant 12 minigames pour la seconde version du jeu, soit les 6 premiers complètement remaniés et 6 flambants neufs ! Tous ces minigames sont en réalité des jeux à part entière, et c’est d’autant plus vrai aujourd’hui que même si les 6 nouveaux du second opus sont présents tels quels puisque absents du premier opus (ça va ? tout le monde suit ?) , les 6 autres se retrouvent largement enrichis puisque les deux versions ont chaque fois été rassemblées. On se retrouve par exemple avec un Monkey Race qui n’a rien à envier à un Mario Kart avec 12 circuits disponibles. Non, vous ne rêvez pas, beaucoup d’éditeurs se seraient limités à ces ingrédients uniquement pour nous pondre un titre ! Monkey Fight possède dorénavant 5 arènes, Monkey Golf vous propose le jeu classique ou le mini-golf, Monkey Bowling ainsi que Monkey Billiards se présentent sous leurs différentes variantes et Monkey Target vous permet donc cette fois-ci de jouer au tour par tour, plein écran, ou à 4 en même temps en écran splitté, à votre propre convenance !

Qu’est-ce qui est brun et qui va vite ?

Lorsque vous en avez assez, vous pouvez vous faire un petit foot, un petit tennis, un petit baseball ou une petite course en canoë. Et si vous n’aimez pas le sport mais que vous préférez les jeux d’action purs et durs, repliez-vous sur le dogfight, comparable au mode multijoueurs de Starfox ou encore un shoot à la Starblade mais dans l’univers de Monkey Ball. Ce dernier est loin d’être limité car il faudra penser à recharger et récupérer les nombreux bonus qui vous permettent de faire de solides score-attack à 4 simultanément.

Finalement, Monkey Ball n’a qu’un défaut, c’est l’absence de compatibilité avec le Xbox-Live. Comment un jeu aussi fun a-t-il pu être amputé de cette évidence ?

La même banane qui repasse 15 jours plus tard !

Il n’empêche qu’une Xbox sans Super Monkey Ball Deluxe n’est que ruine de l’âme. Si vous aviez raté ce jeu formidable à l’époque, Sega vous offre une seconde chance pour vous rattrapez. Sachez saisir la balle avec un singe à l’intérieur au bond.

Graphismes : 90%
Très colorés, bourrés d’effets de particule, d’eau...

Animation : 99%
Monkey Ball sera sans doute la référence quand il faudra parler de fluidité sur cette génération de console. Ce jeu est très rapide et le framerate est impeccable ! Les décors sont bourrés d’animations. Seul F-Zero GX pourrait rivaliser ! Oh, tiens ! Un autre jeu Sega !

Jouabilité : 99%
Un stick analogique pour diriger le singe dans la boule, à moins que ça ne soit le plateau qu’on incline. Bon, récapitulons, qui est arrivé en premier, le singe ou la banane ?

Bande Son : 90%
Un mélange très gamin pendant les cut-scènes renforcées en monki monkiki monkiki et très agréable. Appaisante pendant le jeu (sauf les dernières secondes qui sont très stressantes).

Intérêt : 99%
Ah vous vouliez du fun !

Note Globale : 99%
Super Monkey Ball Deluxe est devenu un party game de référence. Je peux même vous le dire aujourd’hui avec encore plus d’assurance, j’ai pu prendre du recul par rapport aux version Gamecube. Aujourd’hui, c’est le jeu qui resort à chaque fois qu’on se retrouve pour jouer à plusieurs.


NOTE : 09/10