Consoles-Fan
21/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2889 articles en ligne

 
Twinkle Star Sprites : La Petite Princesse
Princes et Princesses
Mmmm, une figue : schluuuurp

Twinkle Star Sprites est un de mes jeux f

Une jauge à 3 niveaux vous permet d’exécuter diverses attaques. Il faut maintenir le bouton afin de concentrer votre tir. Si la jauge est pleine, vous avez accès à tous les niveaux. Le niveau de base toujours accessible vous permet d’envoyer un tir concentré. Le niveau intermédiaire consiste à effectuer une attaque en envoyant quelques sprites gênants. Enfin, le niveau ultime consiste à envoyer un boss à votre adversaire qui aura fort à faire pour en découdre.

Lorsqu’un ennemi est enfermé dans une sorte de bulle bleue et que vous parvenez à le détruire indirectement en éclatant les ennemis environnants, vous déclenchez le mode Fever qui déclenche de votre part des attaques plus fortes.

Si vous avez bien tout lu avec attention, vous devez certainement vous demander à quoi bon sortir une suite qui se présente exactement comme son prédécesseur ? Eh bien, pas à grand-chose effectivement si ce n’est qu’il y a de nouveaux personnages, que d’autres ont été redessinés et enfin que les décors nettement inspirés de l’opus précédent ont été conçu en 3D ultrabasique. Visuellement, on se croirait dans un Rainbow Cotton vu de haut. Il y a vraiment très peu de stages : seulement 6... Et le mode Story se termine avant même de s’en rendre compte. Vous débloquez alors deux personnages cachés disponible dans le mode character. Ce mode de jeu diffère du mode story par le fait qu’il faut cette fois-ci deux rounds pour battre votre adversaire au lieu d’un. Un des personnages cachés est simplement le boss du jeu, l’autre est l’ex-héroïne de la version Neo Geo, Load Ran, remplacée sur le volet par Till. Lorsque vous terminez le jeu avec Load Ran, vous débloquez dans la galerie la vidéo de la démo sur Saturne en plein écran ! Un troisième personnage caché, Really Till, apparaît dans le mode Story. Lorsque vous terminez le jeu avec tous les personnages cachés, vous débloquez le jeu original malheureusement affreusement buggé...

En conclusion, ma préférence se porte toujours actuellement vers la version Saturn, bourrée de personnages sélectionnables mais la version PS2 ne s’en sort pas si mal. D’abord, il y a les nouveaux stages en 3D qui sont sympathiques, ensuite l’intro de la version Saturn est présente et finalement l’aspect bonus à débloquer rajoute un plus. Si le jeu original avait été bien adapté, la version PS2 aurait vraiment valu son pesant de cacahuètes. Elle rate donc le coche de peu, vraiment peu. Ce qu’on regrettera plus amèrement, finalement, c’est de constater que le gameplay n’a pas évolué d’un pouce après bientôt 10 ans...

Graphismes : 72%
C’est franchement joli et coloré mais pourquoi se contenter de décors aussi basiques sous prétexte que c’est kawaii...

Animation : 65%
Quelques ralentissements sont tout de même présents, un comble...

Jouabilité : 87%
Aussi efficace que l’ancien opus mais elle n’innove point.

Bande Son : 63%
Pas inoubliables, d’ailleurs je ne m’en rappelle déjà plus.

Intérêt : 84%
A mon avis la meilleure version du jeu après la version Saturn.

Note Globale : 72%
Après l’annonce d’une nouvelle adaptation de ce titre, la moindre des choses était de contenter les fans en apportant un petit quelque chose qui pétille.


NOTE : 07/10