Consoles-Fan
18/01/2018

Auteur
  

2888 articles en ligne

 
Ast
La parodie de l’ann
des monuments du jeu vid

Alors que C

A première vue, proposer un test comme Asterix & Obélix XXL 2 aux lecteurs de Cfan, gamers dans leur âme, peut paraître étrange. L’épisode précédent n’était vraiment pas terrible et cette suite sentait la licence à plein nez à cause de son mauvais antécédent. Et pourtant, que vous le croyiez ou non, ce jeu s’adresse bien à un public averti, fan de oldies, de jeux classiques et de références en tous genre, comme si la licence s’effaçait pour laisser place à une vaste parodie, pour notre plus grand plaisir !

Et pourtant, même si notre intérêt se portera donc plus sur les nombreux clins d’œil qu’offre le titre, il faut avouer que le thème d’Astérix est finalement lui aussi très réussi. L’univers est décalé avec ces noms faits de jeux de mots, des effets de style façon « La cité de la Peur » ont été rajouté dans la mise en scène. Les doublages des comédiens, les mêmes que pour les dessins animés, sont divins. Bref, Astérix semble préparé avec de la crème et du beurre. La sauce est riche et ça glisse plutôt tout seul.

Derrière ce titre, se cache un jeu de plate-forme assez classique mais proposant un gameplay intéressant. Tour à tour, il faudra faire appel à Astérix plus maigre et plus rapide ou à Obélix plus gros (qui est gros ?) mais plus lent. Le choix peut s’avérer tactique ou obligatoire, par exemple pour s’immiscer dans d’étroits passages. Certes, Asterix & Obélix XXL 2 ne propose rien que nous n’ayons déjà pu observer auparavant dans un jeu vidéo : il y a des switchs à enclencher pour débloquer des portes. C’est clair, Asterix & Obélix XXL fleure bon la routine, mais il est amusant à jouer car le gameplay tient bien la route, avec de multiples coups et une gestion des sauts aboutie. Des défis vous seront parfois lancés en pleine bagarre avec à la clé des items salvateurs en récompense. Côté bagarre puisque j’aborde le sujet, le jeu respecte vraiment très bien la bande dessinée. Les romains s’envolent sous quelques pitchenettes tout en veillant bien d’abandonner leurs sandales aux sangles larges et spiralées. Les bagarres sont accompagnées de nombreuses distorsions de polygones très réussies qui renforcent l’aspect cartoon de ce titre.

Avant d’aborder le véritable intérêt de ce jeu, j’ai encore trois petites choses à vous signaler. Tout d’abord, la bonne idée de rendre les chargements quasiment inexistants. Ils interviennent en fait lorsque vous changer de monde. Mais entre les différentes salles, des salles que je qualifierai d’inutiles sont à parcourir, elles sont juste là pour vous retarder, le temps que la suite du jeu charge. On peut trouver ça lourd mais est-ce vraiment aussi lourd qu’un écran de loading, rien n’est moins sûr. Par contre, pour augmenter artificiellement la durée de vie, j’estime que les programmeurs ont multiplié un peu trop les combats à mon goût. Heureusement, Astérix peut récupérer une potion magique pour dilapider rapidement ces foutus romains. Obélix qui est tombé dedans quand il était petit n’en aura pas, na ! La réalisation d’Astérix & Obélix XXL2 est de bonne facture : graphiquement, le jeu tient tout à fait la route, il est fluide, cependant quelques freezes typiques des jeux PC sont à signaler : c’est bien dommage !

Il est temps de mettre fin au suspens et de vous expliquer enfin pourquoi Astérix & Obélix XXL 2 doit se retrouver dans votre ludothèque. Eh bien tout simplement pour votre bon plaisir ! Les références sont omniprésentes dans ce jeu et à la manière d’un animé comme Abenobashi, un des plaisirs est de retrouver toutes ses références. On s’esclaffe beaucoup et on se demande jusqu’à quel point Etranges Libellules qui a fait le jeu pour Atari ne joue pas avec le feu des licences !

Votre guide sera un romain menu de 3 loupiottes vertes sur la tête, plutôt cascadeur et toujours muni de sa corde pour apparaître dans le jeu un peu n’importe où. Son nom ? Sam Fishaur ! Ubi Soft est concerné une seconde fois avec les soldats romains sans jambes ni bras qui ressemblent à s’y méprendre à Rayman ! Un romain muni d’une coiffe bleue hirsute et de deux anneaux à la main en guise d’arme et tout le monde aura reconnu Sonic. D’ailleurs, ces ennemis meurent en émettant le bruit officiel de ramassage d’anneaux ! Quitte à mettre Sonic dans le soft, aurant y rajouter aussi Mario. Un plombier moustachu avec une casquette rouge déguisé en romain viendra vous asperger à l’aide de l’appareil qu’utilisait Mario dans Mario Sunshine ! Le clin d’œil à Street Fighter est un de mes préférés. Non seulement le soldat romain envoie des boules de feu, mais en plus, il assène des dragon punch lorsque vous vous approchez trop près de lui ! Le meilleur est sans doute lorsqu’il perd le combat en faisant un vol plané vers l’arrière, au ralenti, tout en laissant échapper un « Aah... Aah... Aah... » en écho !

Bon, je ne vais pas non plus tout vous raconter mais voici quelques autres clins d’œil que j’ai pu relever : Lemmings, Bomberman, Tetris, Tomb Raider, Pac-Man, Pikmin, Pong, Mortal Kombat, Donkey Kong...

Enfin, ceux parmi vous qui connaissent bien Las Vegas seront heureux de visiter Las Vegum, une sorte de ville d’attractions antique dont les hôtels sont ici aussi parodies. Le Paris ( pardon, Lutèce), le Venise, le Luxor, Le Caesar’s Palace... Voilà autant d’idées de thèmes réunis dans un seul jeu afin d’être souvent dépaysés. Les détails sont assez étonnants : on arrive très bien à imaginer quelques zones de l’hôtel comme par exemple l’intérieur de la pyramide du Luxor ou diverses galeries marchandes dont le plafond simule un ciel.

Astérix et Obélix XXL 2 est vraiment une excellente surprise. Il s’impose à la base comme un bon jeu en soi mais avec des légers défauts au niveau de la réalisation mais largement rattrapés par une grosse louche d’humour et toutes ces références que n’importe quel gamer parfaitement constitué s’amusera à déceler tout le long de son parcours.

Graphismes : 77%
Un peu aliasés mais dans l’ensemble cela fait honneur à la PS2.

Animation : 68%
Quelques freezes lorsqu’il y a trop de monde à l’écran...

Jouabilité : 70%
Le gameplay reste parfois un peu bordélique.

Bande Son : 83%
Des musiques trop peu nombreuses mais le doublage réalisé par les acteurs attitrés est exemplaire.

Intérêt : 90%
Déjà bon par défaut, ce titre devient un incontournable grâce à ses multiples références jubilatoires.

Note Globale : 82%
Voilà une bien bonne surprise qu’on attendait plus trop, surtout après le premier opus qu’il faut oublier de toute urgence !


NOTE : 08/10