Consoles-Fan
16/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Kururin Squash
Apr
Apr

Kururin Squash ne veut toujours pas sortir en Europe, alors il faut bien que je me d

Ceux qui ont une GBA ne sont certainement pas passé à côté de Kuru Kuru Kururin, ce jeu où vous dirigez une sorte de vaisseau représenté par un bâtonnet tournant que vous devez diriger dans les méandres d’un labyrinthe au tracé de plus au plus accidenté au fil des stages.

Eh bien, Kururin Squash est tout simplement la version Gamecube de ce jeu. Mais à l’instar d’un Mr Driller ou encore d’un Made In Wario, l’intérêt de cette version est la possibilité de jouer à 4 sur un écran splitté. La lisibilité reste très bonne car les graphismes sont très simples. Bingo, Nintendo impose un jeu multijoueur réussi de plus sur sa console cubique. La sauce prend vraiment immédiatement et la course entre les différents joueurs ne se fait pas sans casse ou sans bousculade. Des check-points représentés par des portails vous permettent de reccommencer du dernier portail en cas de crash ! Vous ne pouvez pas toucher plus de 3 fois un élément du décor. Par contre, vous pouvez très bien pousser vos adversaires à la faute. Avouons quand même que les duels en cas de contact rapproché sont assez hasardeux même s’ils sont jouissifs. Lorsque vous devez repartir d’un check-point, il est évident que vous prenez du retard dans la course. Bien fait pour vous, vous êtes pénalisé, z’aviez qu’à pas foncer comme un dingue dans le tas ! Oui mais voilà, vous repatez avec un bâtonnet plus petit. Il est donc possible de progresser plus rapidement et donc tout de même revenir dans la course. Si vous morflez encore, vous repartirez encore avec un bâtonnet plus petit, jusqu’à une certaine limite. Attention quand même, à chaque check point franchi avec brio, le bâtonnet reprendra progressivement sa taille !

Si vous préférez les contacts directs, que diriez-vous d’un petit versus entre potes avec du bon bourrinage à l’ancienne grâce aux armes spécialement développées pour le bâtonnet tournant !

En mode un joueur, il est clair que le jeu est embelli, mais cela reste une réalisation très basique. La caméra nous présente un décor cubique en début de partie, avec même parfois des angles mal choisis qui montrent des textures en très basse résolution, très pixellisées. Je me demande pourquoi les programmeurs se sont amusés à mettre en évidence de tels défauts alors que pendant tout le jeu, le décor reste lointain et n’a pas besoin de cette finesse. Il est largement suffisant et propose en vue reculée pas mal d’animations et des effets de transparence très réussis. En bref, malgré sa réalisation un peu cheap, Kururin Squash offre un cachet très propre sur lui, avec des couleurs agréables. Pour ce type de jeu, la réalisation est même largement au-dessus de la moyenne. Mais c’est le gameplay qui est vraiment très intéressant. La trouvaille du bâtonnet qui tourne est siomple mais efficace, comme toujours aurait-on envie de dire. De plus, certains vaisseaux tournoyants possèdent diverses propriétés. S’il est possible à tout moment d’accélérer la rotation, certains engins vous permettent de frapper des ennemis à l’aide de coups de poings situés aux deux extrémités du bâtonnet. Un autre système basé sur un lance-flamme permets aussi pas mal de dégats alors que vous êtes guidé sur un rail et que vous ne dirigez plus que la vitesse de déplacement et le sens de rotation. Le modèle amphibie est tout simplement génial. Il vous faudra jouer sur deux plans : sur l’eau et sous l’eau. Il faut donc continuellement éviter de toucher les parois tout en évitant des obstacles situés au-dessus ou en-dessous de l’eau. Il faudra par exemple passer sous des rondins de bois tout en évitant des mines placées sous l’eau. Cela devient parfois de la haute-voltige mais c’est follement amusant. De plus, les boss sont très intéressants, dans la gamme "Treasure" comme on l’adore, avec des tactiques à acquérir et une difficulté graduelle très prononcée qui nous fait parfois lâcher prise juste à la fin. L’intensité peut augmenter fortement, mais heureusement, juste un court instant. On a souvent le sentiment d’avoir réussi de peu et c’est d’autant plus jouissif. Petite mension spéciale pour l’intro du jeu que je trouve vraiment géniale : il fallait y penser : réaliser une sorte de pièce de théâtre avec des sortes de petites marionettes dirigées par des tiges verticales, c’est plutôt original d’autant que tout est en 3D, on dirait presque de la 2D mais chaque personnage possède une petite épaisseur. Pour les faires bouger, les tiges sont animées, et pour les faire changer d’expression, ils se retournent d’un coup sec. Voilà une intro qui n’a pas du coûter très cher à faire mais qui est vraiment pleine de poésie.

Kururin Squash est ce qu’on appelle un petit bijou dans le jargon des jeux vidéo, un titre à posséder chez soi absolument, un incontournable, il comporte vraiment tout ce qui nourrit notre passion du jeu. Revenir sur de bonnes bases a parfois du bon !

Graphismes : 78%
Très agréables et colorés mais la résolution de certaines textures est très faible.

Animation : 82%
aucuns problèmes à signaler de ce point de vue.

Jouabilité : 86%
Un concept tout simple mais qui fait mouche immédiatement.

Bande Son : 84%
Très agréable, très douce, très travaillée.

Intérêt : 95%
Un excellent jeu seul et un excellent jeu multi-joueur, il est clair que Kururin Squash ne fait pas les choses à moitié et offre aux joueurs exigeants que nous sommes des heures de bonheur intense.

Note Globale : 90%
La Gamecube renforce une fois de plus sa gamme de jeu multijoueurs avec grand succès.


NOTE : 09/10