Consoles-Fan
23/10/2019

Auteur
A Lire Egalement

  

3124 articles en ligne

 
Darkwatch
L’anarchie au del
du monde des vivants.

Darkwatch ne fait pas partie de ces jeux dont les images sont pass

On met du temps pour se forger un avis sur Darkwatch. Le premier niveau est assez sympathique avec des détails qui mettent un peu de vie dans les décors et l’eau à la bouche du joueur. On observe l’addition de différentes possibilités qu’on souhaite souvent réunies dans un même jeu (exploser des objets du décor, avoir du sang lors des impactes, faire bouger les corps dans tous les sens comme des poupées de chiffon,... on retrouvera tout cela dans l’ensemble du jeu sous différentes formes). Pourtant niveau action, les premiers levels sont tellement faciles qu’on n’en trouve pas d’intérêts particuliers. De plus il faut se taper des cinématiques qui ponctuent trop fréquemment l’action au risque de casser le rythme du joueur. Bref on trouve le tout un peu moyen mais à priori la maniabilité n’est pas si mauvaise que ça en dépit de l’utilisation des sticks analogiques. Et puis en avançant on se fait quelques niveaux à dos de cheval. Ceux ci sont bien gérés mais l’action manque de piquant, tout se ressemble. En tirant vous verrez les ennemis et chevaux s’écraser majestueusement sur le sol ou exploser. L’effet de vitesse est agréable sans pour autant vous donner une coupe à la Dragon Ball, mais il y a de quoi s’amuser un peu. Saluons cette idée d’alterner le FPS avec quelques autres phases de jeu... malheureusement ça ne suffit pas pour rattraper de sévères lacunes. Lors de votre avancée vers les niveaux qui suivent vous allez passer par une phase de doute : et vous dire : mais finalement c’est un super jeu : il y a des pouvoirs à acquérir, un petit côté aventure, une pointe d’originalité pour un FPS,... C’est vrai qu’on sent que les développeurs ont réussi à réunir de bonnes idées et qu’ils ont mis beaucoup de bonne volonté pour tenter de nous faire un bon jeu. Malgré tout, on avance de niveaux en niveaux dans l’attente de trouver quelque chose à débloquer qui nous émerveille. On attend beaucoup des pouvoirs du héros... en vain. Les niveaux s’enchaînent et beaucoup d’entre eux se ressemblent. On passe de zones en zones. Dans chacune d’entre elles, il faut finir tous les ennemis la plupart du temps pour qu’un passage se débloque. Parfois il suffit d’avancer comme un bourrin en évitant les ennemis... On ressent un sentiment quasi constant de linéarité et de déjà vu par rapport aux niveaux précédents en parcourant le jeu. Il y a un moment qui était sympa : comme dans un Halo ou Unreal, vous conduirez une sorte de Jeep/buggy du futur armée de gros calibres. Ca surprend mais le maniement utilise les 2 sticks analogiques : c’est loin d’être un type de contrôle idyllique : on se prend les murs de plein fouet, on peut rester bloqué, etc... Du début à la fin, on a affaire à un nombre restreint d’ennemis. Par contre pour chaque niveau, il y a un nombre immense d’adversaires à tuer, alors c’est ennuyeux de voir les mêmes visages... euh, crânes, pardon !!! Je suis un amateur d’FPS en général, mais là, je me suis forcé pour avancer dans les niveaux (manque d’envie). Côté réalisation, c’est du pareil au même : on nage dans la médiocrité avec des graphismes ternes pour vous plonger dans l’ambiance, beaucoup de rochers et de planches en bois qui passent mal une fois en 16/9e à cause de la résolution. Pourtant on se sent presque obligé d’utiliser ce format car les cut-scènes possèdent de larges bandes noires et il y en a un paquet. En plus le 16/9e donne un léger avantage quant au maniement des armes pour limiter les problèmes de visée. Vous avez donc tout intérêt à utiliser ce format car les ennemis viennent souvent de face en courant mais également par l’arrière. C’est sauvage, parfois on ne sait pas ou donner de la tête. C’est un jeu assez bourrin et les parties de sniping sont assez médiocres alors qu’on pensait être enfin à la fête avec un sniper à la main : il faut marcher de côté avec toutes les armes et attendre de passer le viseur devant l’ennemi à chaque fois (presque pas le temps de se poser et de viser 1 seconde). Ah, là, là : la manette PS2 et ses sticks ne valent pas une bonne vieille souris !!! Mais alors que reste il de positif là dedans ? Et bien dans les premiers niveaux on a l’impression que la maniabilité est bonne. Cela n’est pourtant pas juste car les problèmes de collisions sont beaucoup trop fréquents : on distingue sur 2-3 centimètres une silhouette dépassant du côté d’un pilier et les balles semblent s’évaporer, ne parvenant pas à la cible... Rageant !!!
Bon, mis à part ça, il y a 4-5 bonnes choses à citer : le double saut très long (encore qu’on ne puisse pas l’orienter parfaitement), les armes au design agressif et rebel avec des coups de cross beaucoup plus efficaces que la moyenne et surtout il y a des pouvoirs qu’on récupère au fur et à mesure. Ces pouvoirs ne sont pas que de simples power ups : certains peuvent par exemple avoir des effets directs sur le comportement de vos ennemis... Autre bon point : on peut aussi faire des zooms dans une vue interne assez saignante, mais faites gaffe car les ennemis n’hésitent pas à contrer vos tirs. ;) Quatrième et dernier point : l’ambiance et l’univers western/horreur est une très bonne idée non exploitée à sa juste valeur. Le concept du jeu méritait mieux dans sa matérialisation ludique. J’aurai aimé voir de plus près l’aspect vampirique du héros ou alors sous d’autres formes à l’écran. Graphismes/Animation : 7 /10
Les vrais gothiques devraient apprécier le fait de rester toujours cloîtrés dans un univers ultra sombre.
Le design des personnages ne plaira pas à tous.

Environnement sonore : 6,5 /10
Ca explose de partout et tire à tout va : votre oreille a intérêt à être en bonne condition physique.
Les voix digites féminines sont assez monotones : dommage. Sinon je tiens à dire que le thème principal est de bon goût puisque reprenant une mélodie des plus connues.

Maniabilité : 6 /10
Vers la fin de l’aventure, il faut parvenir à supporter le stress occasionné par la difficulté de la visée... sinon vous ferez comme votre serviteur et mettrez le jeu sur pause pour aller calmer vos nerfs un moment.

Fun/Durée de Vie : 5 /10
C’est le type même de jeu qu’en général on dévore rapidement, qu’on dit aimer à la folie et puis qu’on met de côté. Cette fois docteur, c’est plus grave que ça.

Intérêt : 6 /10
La médiocrité à répétition de nombreux points du jeu vient gâcher un potentiel qui semblait prometteur.


Sortie le 6 Octobre 2005
Editeur/D
NOTE : 06/10