Consoles-Fan
16/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
The Nightmare Before Christmas
Je fais des cauchemards
mais j’aime

Malgr

Si vous avez envie de voir à quoi ressemblerait un Devil May Cry si Dante venait de suivre un régime draconien, alors Nightmare Before Christmas est fait pour vous. Vous incarnez le filiforme Jack au visage blanc dont les traits sont effacés, un personnage nettement moins prétentieux et qui se la joue beaucoup moins que Dante, mais au final, on se retrouve un peu avec le même genre de jeu mais sans le côté frime. C’est peut-être ce qui m’a plus dans ce jeu. Si l’exemple de Devil May Cry m’a paru évident, c’est essentiellement parce qu’il s’agit de deux jeux Capcom. Mais s’il faut commencer à vous parler de références, alors Rygar ou God Of War me semblent plus appropriés. L’arme qu’emploie Jack est une sorte de fouet en slime vert capable d’attraper ces ennemis et de les projeter dans les éléments du décor après les avoir fait tournoyer. Les combos sont en nombre honnête et vous pouvez adapter facilement votre manière de jouer aux situations rencontrées. Par exemple, lorsqu’il y a trop d’ennemis, saisissez-en un et envoyez-le sur les autres.

L’univers timburtonien est parfaitement retranscrit en 3D. Les personnages du film sont bien tous présents. Les musiques du film ont été conservées, et ce n’est pas un mal. Les textures sont fines et agréables pour une PS2. Ca n’aliase même pas trop. Il faut dire que la réalisation peut être au top puisque les caméras ne sont elles par contre pas libres. Ces dernières sont cependant très dynamiques et presque toujours bien placées. La fluidité du jeu est exemplaire mais avec Capcom comme maître d’œuvre, on en attendait tout simplement pas moins.

Il y a pas mal de choses à débloquer tant au sein du gamplay qu’au niveau de goodies présents en grand nombre. Dans la maison de Jack, vous aurez accès à diverses statuettes, un sound test, un movie test...

Sur le plan du jeu en lui-même, Nightmare Before Christmas se retrouve quand même moins abouti qu’un Devil May Cry. Prenons déjà le gameplay : Dante est beaucoup plus souple que Jack et peut se permettre des cabrioles beaucoup plus racées. En fait, Nightmare Before Christmas doit être joué comme second choix sauf si tout comme moi, Dante vous irrite jusqu’à la moëlle épinière et qu’en plus de cela vous êtes fan de Tim Burton.

Graphismes : 84%
Bel effort pour une PS2 au niveau de l’affichage. Le jeu est joli mais arrive quand même derrière des God Of War et autres Rygar.

Animation : 93%
Rien à redire, la PS2 arrive à suivre sans faillir.

Jouabilité : 80%
Des coups intéressants qui permettent pas mal de variété.

Bande Son : 96%
Comment renier la bande-originale du film, je me le demande.

Intérêt : 75%
Avouons tout de même que c’est l’ambiance qui fait le jeu, je me demande ce que ça aurait donné sans cette belle licence. Attention cependant à ne pas mal interprêter mes propos. The Nightmare Before Christmas est un jeu en tous points parfaits, il y a juste qu’on nage en plein déjà-vu, l’univers est donc la seule originalité du soft. Donc, si vous aimez les beat-them-up, n’hésitez pas une minute.

Note Globale : 78%
The Nightmare Before Christmas est un magnifique jeu à offrir pour Halloween, pour Noël, pour une barmitzva, pendaison de crémaillère, soirée chicon au gratin...


NOTE : 07/10