Consoles-Fan
24/05/2018

Auteur
  

2943 articles en ligne

 
0 Story
On repart
dans une nouvelle vie

Et voil


Après un bref passage au paradis, l’ange de l’amour (Fujisaki Nanako) vous envoie donc sur Terre pour veiller sur Rina (Hirayama Aya) constamment traquée par une horde de mâles en chaleur. Profitant de la technologie DVD, 0 Story offre une qualité d’image bien supérieure aux fameux films interactifs disponibles sur 3DO et Mega CD. Le jeu, qui tient sur deux DVD, offre plusieurs angles de vue possibles ainsi qu’une fonction zoom dans certaines séquences afin que les "Kamera Kozou" et autres Idol otaku puissent reluquer à loisir leur idole favorite. Qui dit technologie DVD n’implique pas nécessairement une qualité d’image exceptionnelle. Si un grand pas a été franchi depuis Night Trap, la qualité d’image de 0 Story reste quand même relativement médiocre. La résolution se révèle plutôt faible et la compression vidéo entraine une pixelisation flagrante sur certaines séquences. Ce ne serait pas dramatique si les programmeurs n’avaient pas inclus un cauchemardesque remake de "Où est Charlie" le troisième jour. Dans le quartier chinois de Yokohama il vous faudra retrouver une amie d’enfance de Rina dissimulée dans une foule aux visages tous plus flous les uns que les autres.

Bien que le jeu troque des images fixes pour de la vidéo, le gameplay s’apparente très fortement à celui d’un digital comic. La majorité de l’interaction réside dans un choix de réponses multiples qui feront baisser ou monter votre popularité auprès de Rina. Parfois, le jeu vous demandera d’appuyer sur un bouton ou de réaliser une séquence d’actions. Le gameplay est également enrichi de séquences d’actions en QTE, qui vous demanderons d’appuyer sur un bouton au bon moment afin de déclencher une action spécifique. Enfin notons la présence des flèches de Cupidon, qui vous permettront de lire les pensées de Rina et d’éventuellement faire grimper votre popularité. Malgré la simplicité du concept, là encore on retrouve des défauts de programmation. Le délai pour choisir sa réponse est beaucoup trop serré et il faudra constamment mettre le jeu en pause pour s’accorder un moment de réflexion. Les QTE quant à eux souffrent d’un défaut évident de synchronisation qui laisse une impression désagreable d’à peu près.

L’histoire de 0 Story fortement inspirée du film Ghost s’inscrit dans la lignée des dorama à l’eau de rose dont les ménagères raffolent. On retrouve donc tout un parterre d’idoles, ma foi bien agréable à l’oeil mais qui n’ont visiblement pas grand chose d’autre à offrir, quant aux personnages masculins leur performance n’est pas plus brillante que celle d’un acteur de JAV. On pourra souligner le jeu du manager chauve qui atteint des sommets par ses mimiques et ses poses de sentai totalement surjouées. Au milieu de tout ca Hirayama Aya, donne un résultat légèrement plus convaincante en starlette capricieuse, mais rien ne nous dit qu’elle ait eu besoin de se forcer beaucoup pour interprèter ce rôle. La mise en scène et les dialogues sentent bon le petit budget avec des plans montés à la truelle et des dialogues totalement creux qui finissent d’achever le peu de crédibilité qui pouvait rester à l’histoire. Le scénario serait d’ailleurs lui aussi sujet à critique, néanmoins si vous avez acheté ce jeu vous saviez à quoi vous en tenir. Le titre qui porte la mention "Love Story" tout comme le résumé au dos sont suffisament explicites pour ne pas s’y tromper, ce ne serait donc pas très honnête d’attaquer le jeu d’Enix sur ce point.

Le bilan de 0 Story n’est pas ce qu’on pourrait qualifier de brillant. Ce jeu est-il à éviter pour autant ? Certes non. Si vous regrettez la bonne époque du studio Digital Pictures, 0 Story, tel la madeleine de Proust saura à coup sur réveiller quelques souvenirs agréables. Tout comme ses compères de la décennie précédente, 0 Story offrira aux amateurs de second degré un moment plaisant. Il est difficile de conseiller ce genre de jeu à tout le monde mais si vous avez l’esprit ouvert et que vous n’avez pas de problèmes avec les jeux en japonais, laissez vous tenter.
A noter également la présence de The Fear chez le même éditeur qui joue dans la catégorie horreur de série Z.


Editeur : Enix

Concepteur : General Entertainment

Genre : Dorama Interactif

Origine : Japon

Nombre de Joueurs : 1

Sortie : 27 Avril 2000 (Japon)

NOTE : 05/10