Consoles-Fan
19/08/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2998 articles en ligne

 
Tokyo Bus Annai 2
Une simulation de bus...
et on ne peut m

Toujours sur la br


Tokyo Bus Annai 2 est comme son nom ne l’indique pas vraiment un simulateur de chauffeur de bus. J’en vois déjà qui partent au fond... Désole pour ceux qui révisaient les plus grands hits de Kitajima Saburou afin d’assurer l’ambiance au milieu du bus, le dernier soft de Succes ne vous transformera pas en gentil guide de voyages organisés mais en chauffeur aimable de la compagnie TOEI. Vous devrez amener vos passagers a bon port a travers trois trajets en aller et retour étalés sur trois plages horaires différentes :
- Gotanda Ekimae - Akabanebashi Ekimae
- Soudai Seimon - Shibuya Eki Higashiguchi
- Hirai Ekimae - Ueno Matsuzakaya Mae
La difficulté comme la longueur des trajets est variable, vous n’aurez accès a l’horaire suivant qu’une fois la première étape complétée.

Ce qui frappe en premier lieu dans cette nouvelle mouture c’est l’habillage général, la version Dreamcast tout comme la réédition PlayStation 2 n’avait pas grand chose a offrir esthétiquement parlant. Que ce soit dans l’habillage des menus ou dans la réalisation graphique générale Tokyo Bus Annai premier du nom faisait peine a voir. Visiblement, motivé par le partenariat réussi avec Yoshinoya, Succes s’est attaché pour l’occasion les services du Toukyou-to Koutsuu-kyoku (ou TOEI), la compagnie publique qui gère les lignes de bus de Tokyo ainsi que quatre lignes de métro. Les trajets qu’emprunteront le joueur sont donc des reproductions relativement fidèles de trajets réels. Bien que les environnements manquent de couleurs, et que l’aliasing soit encore très présent les décors ainsi que l’architecture générale de la ville sont relativement fidèles. Les abords de la gare de Shibuya, Gotanda ou encore Shinagawa sont plutôt détaillés, les ponts comme les rues sont identiques mais on regrettera que l’ensemble manque de vie, les couleurs sont ternes et les graphismes plutôt grossiers. Les passants continuent a marcher comme des robots et les véhicules semblent guidés par des rails invisibles.

Success a en revanche fait un très gros éffort du côté de la difficulté générale du soft et de l’intelligence artificielle. L’ordinateur est devenu beaucoup plus clément envers les conducteurs du dimanche, une jauge présente en bas de l’écran diminue a chaque fois que le joueur fait une erreur. Le nombre de points retranchés varie en fonction de la faute commise. Si vous changez de ligne sans clignoter, si vous oubliez d’annoncer la prochaine station ou bien si vous êtes en retard, la jauge vous retirera un certain nombre de points. Après chaque arrêt le jeu vous redonne des points qui pourront éventuellement être accompagné d’un bonus en cas de bonne conduite. Ce système très flexible permet d’éviter la frustration lors de passage difficile tout en empêchant également le joueur de se prendre pour Fangio dans une zone 30. Si par malheur votre jauge tombait a zéro, vous devrez recommencer le trajet a partir de l’arrêt précédent. Encore une initiative qui fait plaisir, surtout lorsqu’on perd juste avant le dernier arrêt d’un trajet particulièrement long. Tout au long du trajet, le joueur devra faire face a un flot continue de circulation, heureusement là encore le niveau intellectuel des Tokyoites a été revu a la hausse, que ce soit lors des changement de file ou bien au milieu des carrefours il faudrait vraiment ne pas être prudent pour emplafonner quelqu’un.

Cette amélioration de l’IA et la plus grande indulgence du jeu, se répercutent directement sur le gameplay. La configuration générale des touches n’a pas changée et il faudra toujours penser a bien respecter le code de la route, quoi qu’il en soit la conduite s’avère beaucoup plus agréable puisqu’une faute stupide ne signifie pas l’échec. Deux options de conduite sont disponibles au départ d’une course. Le mode Normal vous ouvre toutes les commandes tandis que dans le mode Simple le joueur contrôle l’accélération, le freinage et les clignotants. Par exemple si vous vous retrouvez à un rond point il suffira de mettre son clignotant pour que le bus tourne tout seul dans la direction indiquée. Comme dans le premier opus un certain nombre de vues sont disponibles ce qui facilite grandement la conduite, on pourra donc à loisir passer d’une vue à l’autre en fonction des passages a négocier. Si toutefois, vous choisissez de rester en vue intérieur des rétroviseurs sont a votre dispositions pour contrôler votre environnement. On pourra aussi noter la possibilité de tourner la tète par l’intermédiaire du stick droit afin de ne pas se prendre une voiture située dans un angle mort.

Pendant que vous conduisez vous pourrez entendre des bribes de conversation de vos passagers, ainsi que leurs réactions a votre conduite, cet ajout parfaitement inutile mais plutôt amusant permet de compenser la qualité médiocre des musiques et des bruits de circulation. On pourra retrouver les extraits des passagers dans le menus des options. La voix-off du bus est une voix standard, comme on en entend partout dans les transports, c’est dommage que les développeurs n’aient pas pensé a enregistrer des échantillons de voix différents car il arrive souvent que ce soit le chauffeur lui-même qui fasse les annonces. Pour renforcer le réalisme et pour pousser le joueur a toujours s’améliorer (du moins pour ceux qui prennent très au sérieux leur mission de chauffeur), un mode "feedback" a été ajouté dans lequel vos passagers envoient régulièrement des lettres de remerciements ou de reproches en fonction de vos "Manners Points".

Le Driver Mode est le mode principal c’est là que vous devrez mener à destination vos passagers tout en respectant les contraintes horaires, la circulation et le code de la route. Veillez également à être poli envers vos passagers, notamment en ouvrant la porte aux retardataires afin de gagner des points supplémentaires. Le mode Challenge vous permettra de travailler des techniques particulières(virages en épingle, croisement en T...) ou bien de faire un parcours complet en un temps limité sans avoir à vous soucier de vos passagers. Enfin, le mode deux joueurs permet comme dans Densha de Go ! Final de se partager le travail, le premier joueur conduit tandis que le second s’occupe de taches tels que les clignotants ou les annonces au micro. Une seconde option est disponible dans laquelle le premier joueur est le conducteur et le second le passager qui appuie sur le bouton "Arrêt demande" quand ça lui chante.

Au final, de nombreux défauts subsistent encore, néanmoins on sent que Success a fait de gros efforts pour améliorer son titre. Avec ce deuxième épisode Tokyo Bus Annai est devenu un jeu fréquentable, qui manque encore de contenu et de finesse technique. On attend donc Success au tournant pour un éventuel épisode 3 sur la prochaine génération.


NOTE : 06/10