Consoles-Fan
20/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2889 articles en ligne

 
Guilty Gear XX #Reload
L’Arcade
In ze pocket

Ca fait, mine de rien, la troisi

Je dis bien presque, car la première chose qu’il faut noter est que la finesse a quand même un peu disparu, on voit plus les « carrés » même si cela reste relativement fin. En fait, le paradoxe est que cette baisse de résolution entre guillemets est sans doute due à la qualité de l’écran de la PSP qui rend une image très nette. Les animations fort nombreuses de cet épisode ont été conservées et il n’y a pas à dire, c’est vraiment impressionnant à voir tourner. D’un point de vue de la technique, Guilty Gear est donc peu criticable. Les décors sont vraiment jolis et variés et les effets de transparence transcendent l’image.

C’est donc une fois de plus du côté de la croix directionnelle de la PSP que je me retournerai. Cette fois-ci, le désastre a pu être écarté, aussi s’il fallait aujourd’hui ne choisir qu’un seul jeu de baston 2D, je vous le dis carrément, ce serait plutôt celui-ci ! Au moins, il est possible d’y jouer ! Mais une fois de plus, on ressent la perfectibilité de la croix directionnelle et c’est vraiment dommage car j’ai le net sentiment que cette croix sera la maladie de la PSP tout comme l’a été l’aliasing de la PS2 : d’un jeu à l’autre, cela se ressentira plus ou moins fort mais contrairement à l’aliasing qui sanctionnait les genres de jeu alléatoirement, j’ai l’impression que cette croix directionnelle va pénaliser systématiquement les mêmes types de jeu, ceux qui demandent un gameplay précis, pointu et rapide à savoir les jeux de baston ou les shoot-them-up : ceux dont on ne peut apporter un correctif à temps, bien dosé, sans être sanctionné.

Il n’en reste pas moins que Guilty Gear XX #Reload a beau être l’adaptation d’un jeu existant sur d’autres supports (je vous renvoie d’ailleurs vers mes autres articles pour en savoir plus sur ce jeu), cela fait quand même plaisir d’y jouer en portable d’autant que le nomvre de personnages sélectionnables est bien rondouillard. 21 personnages charismatiques issus de l’imagination délurée d’Arc System Works se battent sur des rythmes endiablés, déjà connus, certes, comme tout le reste. C’est finalement là l’aspect décevant du jeu.

Pour le reste, Guilty Gear nous offre tout ce qu’il a de meilleur. Une superbe intro, une musique très hard-rock splendide, et un gameplay original qui mèle coups classiques aux mises-à-mort instantannées après déclenchement temporaire d’une jauge spécialement conçue à cet effet. Guilty Gear rime avec prise de risque pour le joueur et c’est sans doute pour cela qu’on y revient souvent, histoire de voir à quel point on peut flirter avec la mort.

Graphismes : 94%
Sur une console portable, ça fait bien plaisir mais cela reste un peu moins joli que sur un écran de télévision qui floute bien les petits défauts.

Animation : 95%
La 2D n’a pas dit son dernier mot !

Jouabilité : 80%
Moins simple d’accès qu’avec un paddle entre les mains.

Bande Son : 96%
Bande de sauvages !

Intérêt : 87%
Un jeu qui a toute sa raison d’être sur console portable, idéal pour les courts trajets et le plaisir reste intact.

Note Globale : 88%
Guilty Gear XX #Reload est clairement pour l’instant le jeu de combat à conseiller sur PSP !


NOTE : 08/10