Consoles-Fan
22/02/2018

Auteur
  

2900 articles en ligne

 
GunXsword
La classe ou le sc
Dessiner ou

C’est l’histoire d’un cr

Qu’à cela ne tienne, présentons-le : il a une allure longiligne, une démarche désinvolte, un chapeau tout droit sorti d’un western spaghetti avec une boucle dorée... Sous son imper marron et ses bottes mouillées, il a une personnalité séduisante, mélange d’indolence et de confiance en soi. Sûr de son charisme et de sa puissance, il avance nonchalemment, trainant sa carcasse avec peine, puis d’un coup d’un seul le voilà sortir son épée lassot qui rendrait folle de jalousie une certaine Ivy. Il pète, il a la classe, le bougre... Et en plus il a un super mecha de la mort qui tombe du ciel comme tout ce qu’il y a de plus normal... Il a faim, souvent, c’est assez drôle d’ailleurs. C’est l’occasion d’un running gag plutôt réussi. Affamé mais aux capacités gustatives apparemment fort limitées, il se régale de mets ultra épicés, pardon d’épices, de condiments variés et dépareillés accompagnés d’aliments noyés... A ce spectacle, un chef cuisinier ne manque d’ailleurs pas de s’évanouir : gag réussi !

Van avance, il est classe, sait se battre avec son épée, ses jambes et son mecha. Sa voix est elle aussi parfaitement doublée, elle marque son caractère blasé et ses moments de lucides puissances... J’aime Van ^^

Wendy est quant à elle plutôt jolie, avec ses deux pompons roux, ses grands yeux si "KAWAÏ DES...", c’est une femme enfant qui s’emmèle dans les grandes pattes de notre héros. Elle est amoureuse, son attachement pour lui, son dévoument est d’ailleurs parfois émouvant. Van est malade, elle traverse monts et forêts à la recherche de précieux médicaments, elle fait alors preuve d’un courage à toute épreuve, d’une détermination inébranlable. Elle aimerait être un peu plus grande (comme l’espionne / informatrice qui apparait dès le deuxième épisode) avoir une poitrine plus conséquente, afin de pouvoir séduire notre Van au regard de ruminant lobotomisé... Le méchant de service n’est pas en reste, cheveux longs blonds, coiffé en demie queue style Emmanuel Petit, il porte cape et pistolet laser avec un certain bonheur. Sans état d’âme, il poursuit le même but que Van mais il ne fait pas dans le détail. Double négatif plutôt réussi de notre héros, il porte très bien sur ses épaules la mission d’assurer le méchant classe qui fera se pamer de gentes demoiselles émoustillées par son regard ténébreux...

Enfin voilà du tout bon quoi... Ah mais j’oubliais la suite :

"X-or le shérif, shérif de l’espace !!"

"Allo ? Il est où le scénariste ? Oui... Ah... Il est parti chez Gibert... hmm, oui je vois... Ok, soo deska... Domo arigato... je vais le chercher, oui je suis sympa avec lui, ne vous inquiétez pas..." Alors voilà, le HIC c’est que le scénariste est fan de X-or... voilà il fallait que sa tombe sur nous, c’est fou quand même. On nous dessine de supers persos, on nous livre une bonne réalisation et voila tipas qu’on nous refourgue une structure narrative, euh... "baroque/bancale/pourrie/kitch/has-been-revendiqué-qui-fait-qu’en-fait-c’est-trop-in..." L’histoire est toujours bien lancée,et jusqu’à la pause pub, on est devant une production qui est toujours hyper intéressante... Le cadre est bien mis en place, les états d’âmes de notre couple incongru sont plausibles et attachant, "et puis patratas Inspecteur Gadget, voilà l’chef qu’est là hou hou"...hmm excusez-moi.

Mais encore...

Donc oui alors, ya un méchant qui a des griffes en guise de main. Il est très méchant, vil et mauvais car il a tué la promise de Van et il a enlevé le frère de Wendy... Voilà donc tous nos compagnons partis à sa recherche. Mais les problèmes commencent très vite. Les producteurs de la série ont fait le choix de séquencer l’histoire en épisodes autonomes. Dès lors, l’histoire globale s’étiole au milieu d’intrigues de circonstances à l’intérêt fort variable. On commence avec Lucky le méchant qui a de la chance, puis on rencontre un préfet qui se bat à grand coup de moustaches, en passant par un ancien groupe de Power Rangers qui se bat contre un vieux golgoth moisi. J’oublie la guerre des clones dans un bunker sous terre, ainsi que le couple de voleurs amoureux à bord d’un cabriolet tuné rose et vert fluo... Voilà, ça a le mérite d’être très déstabilisant, presque original. Mais cela risque de perdre un peu le public de la série. En voyant le premier épisode, je croyais tomber sur un propos ambitieux mettant en scène un nouvel héros ultra charismatique, mais cela n’est pas du tout le cas. Les histoires de chaque épisode sont au mieux burlesques, au pire ennuyeuses, la structure narrative est toujours la même avec le mecha qui arrive à la fin grâce à une transmutation qui se déroule en un milliardième de nano-seconde... J’ai adoré le premier épisode puis j’ai été très déçu par les deux suivants, séduit par le quatrième qui voit Wendy prendre le premier rôle, intrigué par la suite et finalement je ne sais plus trop quoi en penser. C’est parfois tellement débile/décalé que ça peut en devenir culte. En fait c’est un peu à vous de voir... C’est selon votre état d’esprit, si vous êtes prêt à faire le grand écart entre Excel Saga et Cowboy Bebop vous y trouverez peut-être votre compte... Au moins vous voilà prévenus de ce qu’il en retourne. Pour ma part je continue à regarder chaque nouvel épisode avec un plaisir grandissant et après tout c’est bien là le principal.



 Studio : AIC A.S.T.A., GUN SWORD Partners
 Diffuseur : TV Tokyo depuis le
 Directeur : Goro Taniguchi (s-CRY-ed et Planetes)
 Character-designers : Takahiro Kimura
 Musique : Kotaro Nakagawa
 Site officiel : http://www.jvcmusic.co.jp/m-serve/gunsword/news/index.html