Consoles-Fan
20/04/2018

Auteur
  

2926 articles en ligne

 
Joyeux No
Bonne ann
Tous mes voeux

25 d

La guerre doit pourtant reprendre absolument, mais il est difficile de tuer des personnes qui ne sont plus des inconnus, qui ont leur petite famille et avec qui on a partagé la veille une coupe de champagne !

L’histoire se déroule autour de quelques personnages clé. Dans le camp des écossais, il y a les deux frères excités par le fait d’aller à la guerre, suivis par le prêtre Palmer volontaire pour être brancardier. Dans le camps français, on retrouve un jeune lieutenant qui a du laisser sa femme enceinte pour aller combattre et puis, il y a un sympathique poilu qui ne lâche pas son réveille-matin. Chez les allemands, vous découvrirez une belle histoire d’amour entre un jeune ténor et une jeune soprane séparés par la guerre mais qui tentent de se retrouver à n’importe quel prix.

Si la situation paraît plutôt surréaliste, elle n’en est pas moins réelle. Le réalisateur a même du renoncer à présenter au public certains évènements comme la condamnation à mort d’un chat accusé d’espionnage. Il sera fusillé.

Quelques beaux traits humoristiques et quelques moments frémissants viennent parfaire Joyeux Noël qui n’entre pas dans le voyeurisme de la guerre et lui donne même un côté très humain mais parfois trop proche du jeu de rôle.

Et pourtant, malgré de grandes qualités, Joyeux Noël n’est pas aussi bon que j’aurais pu le croire. La faiblesse scénaristique est perceptible. On a presque tout vu dans la bande-annonce. Chaque détail n’est pas révélé au hasard. Il servent au scénario en suivant des lignes un peu trop directrices. En fait, on comprend très rapidement la manière dont le film fonctionne et le fait d’en savoir trop gâche un peu le plaisir. Mis à part ça, Joyeux Noël reste un film sympa qui mérite d’être découvert.


 R