Consoles-Fan
21/05/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3094 articles en ligne

 
Naruto Uzumaki Ninden
Tu viens tester mon super jeu Naruto ?
Esp

Banda


Protestons contre la 3D

Je tiens à préciser que je ne parle pas un mot de japonais mais je ne pense pas louper le scénario ou l’histoire du siècle pour cette fois sachant qu’on parle quand même de Naruto et non pas d’un Tengai Makyo ou autres. Après une intro faites en images de synthèse, que je trouve particulièrement ratée (rendez-moi les introductions sous forme de dessins animés), on arrive à une magnifique page de présentation avec une belle voix digitalisée comme dans tous les Naruto. Déçu par l’intro, je me hâte de commencer l’aventure. Encore une fois je suis un peu déçu, tout est en 3D et je ne trouve pas le jeu particulièrement joli. On est quand même loin d’un jeu moche mais j’ai largement vu mieux et surtout la 3D retranscrit mal l’animé à mes yeux. Cavia ne nous a pas fait du caviar sur toast.

Je vois déjà les fans de Naruto me balancer des cailloux à la figure mais j’assume. A titre de comparaison, Berserk sur PS2 n’est pas le jeu le plus fin du monde mais retranscrit superbement bien l’univers de Berserk. Là, on peut quand même dire sans hésitation que Bandaï et Cavia ont foiré leur coup et aurait mieux fait de tout garder en cell shading. Bref, passons ce détail et attelons nous au reste du jeu.

Bienvenu dans le monde d’un Action/RPG fade

Avant de réellement se lancer dans l’aventure, on peut passer par un tutorial assez bien conçu et composé de différentes taches à effectuer afin de comprendre les mécanismes du soft et les mouvements du héros que vous allez diriger tout au long du jeu : Naruto. Là on se doute déjà que le jeu risque d’être un peu creux et que les mecs de chez Bandaï et Cavia ne se sont pas foulés. En gros on peut locker l’ennemi, le frapper avec un enchaînement des plus basiques, sauter, envoyer une arme (kunaï, shuriken...) et enfin sortir un des deux jutsus proposés : le “Harem no Jutsu” ou le “Rasengan”. Il faut quand même noter que les jutsus n’ont même pas les voix digitalisées appropriées donc pas de “Rasennnnnnnnnnngan !!!”. Décidément cette adaptation de l’animé m’inspire de moins en moins. Après cette phase de training construite pour se familiariser avec le jeu, on découvre la pseudo bombe Naruto, un mélange de jeu d’action et de RPG. Le système est simple. Vous avez un écran fixe avec un menu, et en gros 4 choix possibles : aller voir Tsunade pour faire une mission, faire un tour au magasin afin de faire des échanges, choisir votre support character ou sauvegarder. Bref, rien de novateur qui pourrait déclencher une révolution ou une émeute...

Le jeu tourne toujours au tour d’un axe fort simple. Vous allez voir Tsunade, elle vous envoye faire une mission d’un certain rang (entre D et S), vous complétez la mission, vous êtes payé en points d’expérience et rebelote. Et là vous me dites : “C’est tout !? Mais c’est nul”. Désolé de vous l’annoncez, mais en effet c’est à peu près comme cela que le jeu se déroule pendant un peu plus de 10 heures. Donc c’est court et c’est d’une platitude sans précédent. Certaines missions se ressemblent comme deux gouttes d’eau comme par exemple la protection d’une espèce de charrette de marchandises que l’on devra faire au moins 5 ou 6 fois ou encore tuer des ennemis afin de distribuer des flyers (au moins 3 fois dans le jeu). Ca fait déjà 8 à 9 missions pourries sur une vingtaine. Autant vous dire que les seules missions intéressantes sont celles où l’histoire avance lors desquelles on rencontre Kisame, Kabuto ou encore Orochimaru, et celles-ci se comptent sur les doigts d’une main. J’ai oublié de préciser que lorsque l’on accepte une mission, on se balade ensuite sur une carte pour déclencher des évènements. Ce n’est pas du tout affriolant et on croit plus à une blague ou à un pétard mouillé. Je me répète mais le jeu est hyper plat et l’on joue vraiment pour le finir au plus vite et en être débarrassé.

Concernant les phases d’actions en elles-mêmes, hormis les combats contre les boss, c’est comme tout le reste : rébarbatif et ça ne donne pas du tout envie de continuer. Les ennemis se ressemblent presque tous et la pauvreté des combats donne envie de pleurer notre investissement. Je ne parle même pas des quelques phases de plate-forme dans lesquelles la précision n’est pas au rendez-vous et sauter de plate-forme en plate-forme est un supplice.

Au loin, les rayons du soleil

Malgré tout ces défauts le soft à quand même quelques qualités. Le magasin permet par exemple d’échanger des objets inutiles contre des potions de vie avec bien sûr un ratio d’échange. Ensuite, l’idée des supports characters est sympa même si l’on aurait préféré diriger un personnage durant toute une mission. Par exemple, diriger Kakashi ou encore Gaara est beaucoup plus agréable que ce pauvre Naruto à la limite d’un grabataire. On peut juste utiliser les supports characters sur certaines missions grâce à nos MP (ou la barre de chakra si vous préférez) ce qui est quand même relativement de courte durée pour donner au titre un aspect ludique.

La grande force du titre reste probablement son système d’upgrade. En effet vos points d’expérience peuvent être dépensés pour augmenter votre quantité d’énergie ou de chakra ou encore acheter des éléments pour upgrader la défense, l’attaque ou les jutsus de Naruto. Ces éléments méritent une explication : au cours du jeu vous allez débloquer des surfaces d’optimisation dans lesquelles, ce qu’on pourrait appeler des customization blocks peuvent être placés. Libre à vous de choisir les customization qui vous conviennent le mieux sachant qu’enchevêtrer les blocks devient vite un casse tête chinois et qu’il est parfois difficile de faire des choix. Je ne sais pas si cette partie est très claire mais les images seront certainement plus parlantes qu’un long discours.

« Oui mon Kévin, tu t’es fait avoir »

En somme, mis à part un système d’upgrade bien pensé, le jeu est à éviter à mon humble avis. Maintenant, les fans de Naruto pourront peut être trouver un charme au jeu mais j’en doute. J’aime beaucoup ce shonen et pourtant je n’ai pris aucun plaisir à le faire. Même si on ne parle pas du tout du même genre de jeux, mieux vaut préférer la série des Narutimate Hero ou encore les épisodes sur Gamecube si vous possédez la machine. On est peut être pas au niveau d’un Bleach sur PS2 mais Naruto Uzumaki Ninden est presque à éviter comme la peste. Cette fois messieurs de chez Bandaï, la sauce ne prend pas et je ne tomberais pas dans votre guet-apen une seconde fois.

Poisoned


NOTE : 05/10