Consoles-Fan
24/01/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3070 articles en ligne

 
Naruto : Saikyou Ninja Daikesshuu 3
Un Naruto sauce aigre douce.
Arr

Naruto : Saikyou Ninja Daikesshuu, en voil


Petit cours d’histoire

Sans parler vraiment japonais on comprend tout de même quand se déroule l’histoire du jeu. En gros et pour faire court, vous allez vous battre contre les bonnes recrues d’Orochimaru, comme par exemple Kabuto ou encore Tayuya, au cours de 8 missions. Vu sous cette angle, cela n’a rien d’excitant et de passionnant, je vous l’accorde. Il faut quand même rappeler que nous avons affaire ici à un Beat’em all et que l’on ne va pas non plus se fouler à vous faire un scénario unique ou béton, on va juste légèrement copier / coller l’animé ou le manga, ça sera bien suffisant. C’est d’ailleurs un des mots qui pourrait caractériser le soft : la suffisance.

Loin de moi l’idée que le jeu soit mauvais mais il n’inspire pas non plus à l’achat obligatoire notamment pour sa courte durée. Un des bons aspects de ce Naruto est le nombre de personnages disponibles pour jouer. Vous devrez choisir un personnage principal à contrôler et deux supports character, qui ne seront là que pour balancer une magie. Niveau personnage, vous aurez le choix, pour ne citer que quelques exemples, entre Naruto, Sasuke, Sakura, Neji, Gaara, Temari et d’autres encore dont certains seront à débloquer au fur et à mesure de votre progression dans le jeu et d’autres en finissant le jeu ou en étant classé au rang S pour une mission par exemple. Bref, le nombre de personnages est un des points forts du jeu même si au final, certains ne resteront que des support character.

« Mais comment ça se joue ? »

Vu que l’on est sur la Nintendo DS, on peut s’attendre à une variante au niveau de la jouabilité par rapport aux différents portages sur Gameboy Advance. En fait, tout se jouera à la manette et aux boutons exceptés les attaques spéciales et les mini boss qui trouveront comme outil de choc le stylet. Pour simplifier la chose, sur l’écran supérieur se déroule l’action et sur l’inférieur vous pourrez cliquer sur l’un des supports characters pour déclencher sa magie (le personnage principal en ayant une s’amorçant à l’aide des triggers).

L’attaque magique aura 3 niveaux selon votre intensité à frotter votre écran tactile pour faire monter votre chakra. En d’autres termes, faites gaffe à votre écran qui pourrait souffrir car pour accéder à la 3ème attaque, il vous faudra l’astiquer avec frénésie. Une fois la magie amorcée à l’aide du stylet ou de votre doigt (ça raye moins l’écran quand même) il vous sera demandé une combinaison selon votre personnage. A titre d’exemple le “Rasengan” de Naruto sera déclenché en tapotant une série de signes japonais dans le bonne ordre, le “Katon” de Sasuke en soufflant dans le micro et les invocations en traçant un trait de sang sur l’écran tactile (non ne vous coupez pas, ça ne sert à rien).

Chaque niveau est composé de deux parties et à la moitié de celui-ci vous aurez toujours un affrontement avec un mini boss qui reste fidèle à la série. Durant cette phase, il vous sera demandé d’utiliser votre stylet pour affronter votre ennemi au cours d’un mini game ; si l’on peut appeler cela comme ça. Vous devrez, par exemple, contrôler le “Kage Mane no Jutsu” pour attraper Kabuto avec l’ombre de Shikamaru, effectuer des gauches droites avec Chouji pour casser la prison de pierre de Jirobou et ainsi de suite. Ces phases de jeu ne servent qu’à diminuer de moitié la barre de vie du boss principal mais permettront aussi un gameplay sympa par rapport à la quête de base.

Pour la partie non tactile, le jeu ne comporte aucune phase révolutionnaire. Votre personnage n’est pas des plus maniables et souffre d’un temps de réaction un peu long à mon goût. “Tout ça c’est plutôt raide pour un ninja”. Une touche vous permettra de courir, une de frapper, une autre de sauter et enfin une dernière de balancer les objets que vous trouverez dans le jeu (kunaï, shuriken et autres armes de ninja).

« Est-ce pour les fans de Naruto ? »

Vous avez donc compris que ce vulgaire beat’em all s’adresse avant tout au fan de . Les autres joueurs prendront largement plus leur pied avec des jeux comme Final fight à titre d’exemple. De plus, malgré des qualités indéniables citées précédemment, le jeu joue la carte de la simplicité et de la répétition. On est assez vite saoulé par le manque de diversité des ennemis ou encore le maniement parfois approximatif de votre personnage.

Le jeu ne m’a pas déplu car je suis fan de Naruto et c’est bien pour cela que je l’ai acheté. Si vous n’êtes pas de ce bord là, passez votre chemin ou attendez un beat’em all de grande valeur sur DS en espérant que cela arrive vite. Pour conclure, c’est un jeu à prendre d’occasion si l’envie vous en dit et que vous êtes en mal de baston pas trop mal fichue graphiquement et jouable en infime partie au stylet.


NOTE : 06/10