Consoles-Fan
18/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Angel-A
Angela mwen k
pendan papaw pa la, Angela

Ce qu’on peut finalement reprocher

Angela est un ange. Elle vient aider André pour qui rien ne va plus. Il est au bord du suicide. La providence divine arrive enfin. Angela va s’occuper d’André, elle va tout faire pour faire surgir toute la bonté qu’il a en lui. Si ce scénario vous rappelle le manga Ah My Godess, eh bien vous avez tout compris. Pour un peu, on croirait que l’inspiration vient bien de là puisqu’une relation amoureuse va finir par s’installer entre André et Angela.

J’ai pour ma part trouvé ce film très mignon, simple, irrationnel, délicat. On y découvre un Jamel Debouze en contre-emploi et une longue jeune femme blonde avec un accent charmant. Ce n’est clairement pas le meilleur film de Besson mais c’est le plus tendre.

Il y a les bonnes et les mauvaises critiques

Le fait d’avoir tourné ce film en noir et blanc n’est à mon avis pas non plus un hasard. Il permet de mettre en évidence les différentes dualités de notre monde comme le bien et le mal, la richesse et la pauvreté, l’homme et la femme, la vie et la mort, la faiblesse et la force, le bonheur et le malheur, la chance et la malchance, le sexe et l’abstinence, la beauté et la laideur, l’amour et la haine... Indirectement, tous ces thèmes sont abordés. Et puis après tout, s’il y a un ange, il doit bien y avoir un démon.


 R