Consoles-Fan
11/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3056 articles en ligne

 
Trizeal
Faites le tri
entre les bons jeux et les daubes

Les auteurs de XII Stag ont cr

La Dreamcast aura été une console riche en shoot-them-up, il semble que ce genre convienne vraiment bien à son public fan de jeux d’Arcade. En fin de vie de la console, les éditeurs se sont donc plutôt bousculés pour offrir à la console spiralée quelques heures de plaisir shooteux supplémentaires même si tous ces titres n’ont pas le même prestige qu’un Ikaruga ou qu’un Border Down. Alors, qu’en est-il de Trizeal ?

Il est clair que Trizeal fait partie du groupe des petits shoot-them-up sympathiques mais certainement pas transcendants. Néanmoins, il mérite sa place dans votre collection. Tout d’abord, Trizeal offre un challenge intéressant et progressif tout en limitant le nombre de crédits, pour éviter de boucler le titre en 30 minutes. Peu à peu, on franchit les premiers stages sans peine, on connaît les dangers et on les contourne parfois de manière un peu simpliste en balançant une bombe qui nettoie tout et nous offre quelques secondes de répit. Ensuite, on s’attaque aux nouveaux stages qui nous posent de plus en plus de problèmes. Mais ici aussi, on apprend pas mal de choses et le jeu se laisse peu à peu maîtriser. Les inconditionnels des shoots peuvent essayer de le terminer avec un seul crédit, histoire de faire monter la pression.

Trizeal se décrit comme un shoot assez classique. On dispose de plusieurs armes switchables à volonté et capables d’évoluer grâce à des power up. Lorsqu’on meurt, un nouveau vaisseau revient avec un armement de base mais peut récupérer les Power Up abandonnés par le vaisseau précédent. Dans tous les cas de figure, on ne revient jamais au niveau que l’on avait juste avant de mourir. La sanction est donc double car lorsqu’on arrive au niveau maximum, on est habitué à prendre ses aises. Là, il va falloir gérer une situation de crise avec des attaques forcément plus oppressantes jusqu’aux prochains power up.

Attention, vos 3 armes (tirs classiques, lasers et missibles) doivent être boostés individuellement. Il y a 5 levels pour chaque arme. Autrement dit, cela prend du temps pour tout booster malgré la présence de nombreux power up. Lorsque vous absorbez un power up, c’est l’arme que vous utilisez qui sera upgradée. Lorsqu’une arme est upgradée à fond, il est donc nécessaire de changer d’arme pour ne pas absorber inutilement ces power up. Il est intéressant de noter que les armes évoluent en se mixant. Pour ma part, je préfère utiliser le tir classique, diffus, qui balaye plein l’écran et je me réserve le laser plus concentré pour exterminer les boss.

Trizeal a pris le parti de présenter des vaisseaux en 3D sur des décors assez vides. Mais ce choix garantit tout de même pas mal de mouvements à l’écran et contrecarre quand même assez bien cet aspect pauvre du jeu. Par contre, ce qui est quand même nettement moins sympathique, c’est qu’à l’image d’un Battle Garrega, on finit par confondre assez facilement nos tirs avec ceux des ennemis. Une réalisation simpliste n’empêchera cependant pas au jeu de ramer de temps en temps en cas d’affluence de boulettes à l’écran, cependant ceux-ci restent assez limités.

Un autre point qui m’encourrage à vous conseiller ce titre est la présence d’un mode deux joueurs. Il est vrai que les derniers shoots de la Dreamcast comme Chaos Field ou Border Down ne le proposaient pas forcément. Aussi, si vous aimez jouer à ce genre de titre avec un pote, Trizeal peut vraiment très bien convenir puisque je vous le répète, le challenge est appréciable.

Musiaclement, Trizeal fait dans la musique d’ambiance, assez douce et plutôt oldschool. Les sonorités sont très agréables et la présence d’un CD audio dans la version limitée (ainsi que d’un bandana) a toute sa raison d’être. Graphismes : 66%
Les ennemis sont bien fichus mais les décors restent trop basiques !

Animation : 69%
Quelques ralentissements à signaler mais dans l’ensemble ça va. Les vaisseaux ennemis n’hésitent pas à changer de plan, ce qui donne de jolis ballets stellaires.

Jouabilité : 75%
Le gameplay est certes basique mais le résultat est là et ça fonctionne bien.

Bande Son : 85%
J’ai vraiment apprécié la bande-son aux instruments électroniques assez doux en décallage avec le genre !

Intérêt : 77%
Un bon petit shoot-them-up avec une difficulté grandissante mais agréable, un jeu honnête jouable à deux, ça ne se refuse pas quand même !

Note Globale : 74%
Trizeal m’a finalement fait bon effet, sans être le meilleur titre du genre sur Dreamcast, il mérite quand même le détour si vous êtes fana du genre.


NOTE : 07/10