Consoles-Fan
20/05/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3094 articles en ligne

 
Mario Et Luigi : Les Fr
La DS.
Dernier bastion de la 2D ?

Horreur dans le royaume champignon ! Alors que la princesse Peach inaugurait la nouvelle invention du professeur Tastroff, une machine

A l’image de ce début de scénario, le reste de l’histoire n’est pas des plus recherché, mais après tout, ce n’est pas vraiment ce que l’on demande à un Mario n’est-ce pas ? Ce que l’on demande à un Mario, c’est une jouabilité amusante, une architecture des niveaux bien pensée, et pour ce qui est de de la jouabilité, c’est déjà un point du contrat qui est parfaitement remplis. Mais avant d’en parler, il est bon d’apporter quelques précisions sur l’histoire. Suite à l’apparition de cette vilaine bêbête, les deux frères vont au travers d’une faille temporelle se retrouver à l’époque où la princesse est allée, et vont rapidement découvrir que le royaume du passé subit une invasion extraterrestre. Nos héros réussiront, suivis de quelques rescapés dont leurs versions de cette époque, à revenir dans le présent, avant de repartir vers le passé pour sauver la princesse, mais cette fois accompagnées de leurs versions plus jeunes, bébé Mario et Luigi. Ca va faire mal. Abordons enfin les combats, qui bien plus qu’un moyen de faire de l’XP, sont à chaque fois un prétexte à des minis jeux tout aussi délirants les uns que les autres. Mais de quoi il parle celui la ? Il se croit dans Mario Party ? Eh bien pas loin ! Tout d’abord le principe ressemble à celui d’un Final Fantasy, d’un côté il y a vous, et de l’autre votre ou vos ennemis, le tout se déroulant là aussi au tour par tour. Les combats peuvent se présenter de 3 manières, la première étant celle ou Mario et Luigi porteront sur leurs épaules leurs vis-à-vis, et les deux autres où vous ne dirigerez que le groupe des adultes, ou celui des bébés, tout en notant que si vous gérez tout le monde à la fois, les bébés ne prendront part au combat que si leur équivalent est mis KO. En fonction de la formation que vous aurez au moment de livrer bataille, les possibilités d’attaques pourront varier. Par exemple, imaginons que vous ayez tout le monde sous la main, et que vous utilisiez l’attaque de base qui consiste à bondir sur la tête de l’adversaire, et bien vous pourrez en profiter pour faire coup double en faisant rebondir vos deux personnages. Mais là encore, il est temps d’apporter une petite précision. A chaque bouton de votre DS (hormis les boutons latéraux) un personnage est associé, et c’est là que les combats prennent tout leur intérêt. Revenons sur l’attaque de base un instant, au moment d’aterrir sur la tronche de votre adversaire, vous devrez presser sur le bouton qui correspond à celui qui lance l’attaque, sous peine de rater votre assaut, ce qui pour cette action ne relève pas d’un grand exploit, mais devient un peu plus compliqué avec d’autres. Hormis cette action de base, le joueur peut, à condition d’avoir deux persos disponibles, utiliser des armes spéciales qui mettront plus ou moins à l’épreuve les réflexes du joueur, ce sont les objets frères. Parmis les plus basiques se trouvent la carapace, le principe est de taper dedans en direction d’une cible, qui une fois touchée la fera rebondir vers votre second personnage, qui devra à son tour taper dedans. L’action ne prenant fin que si vous finissez par rater votre coup, ou que les points de vie de la cible tombent à zero. Alors si comme ça, le concept parait facile, il est bon de signaler que la caparace prend de la vitesse à mesure que vous tapez dedans. ;) L’utilisation de cette objet est très sympa, mais il en est d’autres qui le sont bien plus, mais aussi sensiblement plus difficiles. Parmis mes préférés se trouvent la fleur clonée et le mini chomp. Le 1er consiste tout simplement à cloner vos personnages à l’infinie, et à les faires sauter sur la tête de la cible. Tout comme pour la carapace, la vitesse augmente à mesure que vous réussissez vos attaques. Le second est tout aussi idiot, car il s’agit ici de lancer un chomp à ses trousses, celui-ci poursuivra un de vos personnages d’un côté à l’autre de l’écran, et tandis que vous essayerez de lui échapper, vous en profiterez pour effectuer un bon sur toutes les cibles présentes. Inutile de préciser que là encore, tout ira de plus en plus vite, il vous faudra donc être bien concentré pour ne pas appuyer sur le bouton d’un perso autre que celui qui est à l’écran. Il en existe encore bien d’autres, mais je vous laisse le soin de les découvrir par vous-mêmes. Techniquement vous l’aurez remarqué, le titre a conservé le style 2D, mais en dehors du fait que l’on l’imagine mal autrement, le résultat à l’écran est des plus agréable. Les couleurs sont vives et les décors très soignés. Alors évidement ce choix pourra en rebuter plus d’un, mais pour celui qui en fera abstraction, c’est un scénario bien débile qui l’attend. Car le titre multiplie les loufoqueries, du dialogue bien ridicule des personnages, aux situations dans lesquelles ils ne cessent de se retrouver. Impossible de s’ennuyer donc. Autre grande qualité du titre, les musiques qui sont en partie reprises des anciens jeux de Mario, toujours aussi agréables aux oreilles, ces dernières ont été légèrement remanié pour l’occasion. Pour le reste, mis à part le fait qu’elles sont toutes très bonnes, elles ont été créées par l’auteur de Kingdom Heart. Si Mario Et Luigi 2 est un JDR, il ne faut pas oublier qu’il est aussi un excellent jeu de plateforme dont toute la subtilité vient du fait que pour avancer, vos personnages auront à apprendre des techniques, celles-ci seront propres à chaqu’un, mais pourront leurs permettre d’intéragir entre-eux pour donner un autre résultat. Mais je vous rassure, elles sont très simples à apprendre. Dans les faits, voici comment ça se passe. Tout d’abord ces techniques ne sont valables que pour deux groupes, celui des bébés, et celui des adultes, pour activer la fonction spéciale des éléments du groupe, il vous faut presser le bouton R. Ce qui aura pour conséquence de changer la fonction du bouton, rien de plus simple vous voyez.

Graphisme 8 : Les arguments de la DS étant tout autres, on ne se choque plus d’un jeu 2D sur une console aussi puissante, et puis c’est tellement bien réalisé.

Intérêt 9 : Belle réalisation, jouabilité amusante, histoire de malade, on s’amuse bien en somme.

Durée de vie 7 1/2 : Comptez plus d’une vingtaine d’heures, moins pour ceux qui ont de très bons réflèxes.

Animation 8 : Les mimiques des personnages sont très amusantes, Nintendo a vraiment bien fait les choses pour les diverses animations.

Jouabilité 9 : Tiré de Mario et Luigi Superstar Saga, celle-ci s’en trouve enrichie par l’ajout de deux personnages. De plus le système de combat est vraiment très amusant.

Bande-son 8 : De très bonnes qualités, elles sont en partie reprises des anciens épisodes de Mario, les nostalgiques seront ravis.

Scénario 6 : Bon, c’est vraiment pas le point fort du jeu, mais est-ce que ça l’a été un jour  ?

Conclusion : Même si le tactile n’est pas utilisé (en fait si mais c’est très anecdotique) Le jeu exploite vraiment bien les deux écrans pour la progréssion des niveaux, de même les musiques et l’ambiance bien loufoque allié au très bien pensé système de combat font de ce titre un incontournable.

Cobra


D
NOTE : 08/10