Consoles-Fan
15/08/2018

Auteur
  

2997 articles en ligne

 
Soulfly : Dark Ages
Quand la col
plane enfin dans l’ombre du grand Sepult...

Soulfly fut un grand cri de col

Jusqu’à ce jour improbable où, trainant sur M6 Rocks à une heure indue, je tombai sur un clip du dernier album... Tout commençait très mal, ambiance orangée sur un fleuve que j’ai cru à tord être d’Amérique du sud. J’attendais une bonne intro au Djumbé, un bon souffle de Dijeridoo et des riffs jumpy néo métal déconseillés au plus de 10 ans... Et là... Et là... J’ai pris une putain de claquasse dans ma gueule de vieux métalleux blasé de la gratte.

RHHHHHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Riff incisif, batterie tranchante. Fini les notes rondes et rebondissantes, fini le trip Kris-Kros du métal : sans trop y croire j’assistais à la quasi résurrection d’un des plus grands groupe de l’histoire du métal : le spectre de Sepultura était là, devant mes yeux. Incrédule, j’écoutais : Max en colère hurle comme jamais, accompagné par un gratteux sorti du sac de Sport Billy (El Nino), les mélodies pleuvent. Carved inside commence avec une grosse basse, un roulement de batterie et la rythmique tombe, aller/retour tranchant, rapide, style trash de la grande époque, le rythme devient plus lourd, c’est carré plombant, et là ça part !!! Oh, putain c’est au moins aussi bon qu’Altar of Sacrifice de Slayer riff joué avec des notes aigues très rapides, le TRASH à l’état pur, le refrain est un tout petit peu plus mélodique ressemblant à s’y méprendre à du Chaos AD tout craché... Break basse/batterie... On avait presque oublié que ça pouvait se faire !!! Ca repart un tout petit peu plus rebondissant, mais un solo, que ne renierait pas Andreas Kisser, accompagne le riff et lui donne une carrure des plus sepulturienne...

Je suis soufflé, j’attendais ça depuis des années... Bien sûr, il y a cette petit fibre nostalgique qui transcende le tout, mais le morceau est honnêtement un énorme pavé de métal 100% brut dans ta gueule.

Dark Ages : le sang du métal

J’entreprends de me procurer l’album. Je suis tout de suite conforté par l’ambiance de la jaquette qui dégage une impression beaucoup plus métal old/school et méchante, que les délires précédents (ah le rouge, jaune, vert...).

L’intro Dark Ages est une plage d’ambiance, il manque les mécanismes et l’on se croirait presque dans Arise... Incontestablement le ton est donné, ce sera sombre : on n’est pas là pour faire du happy métal... Babylon se lance, petite déception, riff très rebondissant... Le même joué à toutes les sauces depuis Roots sur tous les albums néo métal du monde... Je prends mon mal en patience. Max gueule bien, une petite mélodie aigüe lancinante donne un certain cachet à l’ensemble, le refrain fait indéniablement penser à du très grand Roots. La petite mélodie agace dans le bon sens du terme, elle est étrange. Break : c’est lourd, puis cortège d’aller-retour, ça tranche bien, la caisse clair ponctue ces envolées :Babylon se finit plutôt bien ^^

Suit I And I, bon morceau malheureusement entaché par un break ambiance reggae qui tombe de nul part. Enfin c’est un passage qui essaye de faire du reggae planant donc ça passe pas trop mal... Sinon bien brutal, riche, avec une guitare plus tranchante, bon solo pour finir.

Arrive Carved Inside que j’ai décrite plus haut. S’enchaine alors deux morceaux rentrant directement au panthéon du trash métal. Arise again et Frontlines. Le clin d’oeil à Arise plaira aux amateurs... Le morceau commence d’ailleurs avec un cri sortant d’outre tombe... Le riff métalique tout droit tiré d’une tablature de Testament ou d’Exodus, rappelle des sensations vieilles de presque 15 ans... puis ça s’accélère. Frontlines explose littéralement les gencives avec un premier riff hallucinant. Une mélodie aigue ultra rapide très incisive, c’est monstrueux tellement c’est un concentré de violence à l’état pure : jouissif, cathartique ! Alors que la fin en son clair rappelle l’excellent Symptom of the Universe (reprise de Black Sabbath sur Roots)... Frontilnes rejoint ainsi Dead Embryonic Cell, Holy Wars, Master of Puppets ou Angel of Death au panthéon des chef d’oeuvre intemporel du Trash métal.

Mais le club Med est toujours ouvert...

Et oui, Dark ages aurait pu être l’album de la réconciliation, celui qui aurait pu mettre enfin d’accord des générations de métalleux... Qui aurait pu faire headbanguer ensemble jeunes profs et élèves rebelles de la vie. Mais non. La faute à un manque de cohérence globale. L’album est trop long, entaché par des titres ou machin vient faire du triangle, l’autre vient jouer de la basse (salut Dave !) ou le beau fils vient chanter... Le résultat donne un patchwork mal digéré qui fait perdre de la puissance à l’ensemble. Le chant clair sur Inner Spirit est insupportable, le chant de Cavalera junior dans Stay Strong fait presque peur à mon chat, tandis que celui de Nemanja à la Brujera sur le titre Molotov plaira à certain, mais sort trop de la thématique globale. Suivant Frontlines les morceaux Soulfly pur jus nouvelle époque sont éparses, perdus entre telle ou telle apparition d’une guest star. Pourtant Corroption Creeps est encore un très grand titre avec son refrain en choeur à la We Who Are not as Others, avec ces breaks ultra rapides et violents... Puis Riot Starter commence avec un remake d’un passage du premier Soulfly nous rappelant les origines tribalo-métal du genre, le morceau avec Ellefson à la basse s’en sort plutôt bien (en même temps le changement de bassiste pour l’entendre... ^^). Reste Bleak et Fuel the Hate qui sont aussi deux bons morceaux. Le (trop court) trip The March nous rappelle que Max a aussi versé dans l’indus (Nailbomb) avec une certaine réussite... Et finalement Soufly V ne présente quasiment aucun intérêt, long trip accoustique assez inconsistant qui n’était vraiment pas nécessaire.

Voilà si vous avez bien compté ça nous fait 11 bon titres (avec l’intro), 40 minutes et 12 secondes pour être précis et c’est tout à fait suffisant. Il y a 4 autres morceaux, ils ont tous de bons passages, mais le délire guest ne me parait vraiment plus justifié tant Max a su recréer un vrai style musical alliant le meilleur du trash oldschool et du néo rootsien. Alors faite comme moi achetez le Cd et gravez-vous votre album parfait. Dark Ages version "no guest" devient ainsi un album d’anthologie. Un album qui ne pourra que réjouir les anciens fans du très grand Sepultura tout en montrant aux néo métalleux ce que les papis peuvent encore faire.

Merci Max !

Pour vous faire une idée plus explicite voilà les clips de Carved Inside et Frontlines (avec censure malheureusement) :

Frontlines

Carved Inside

Rendez vous à Bordeaux le 21 Mars pour voir Soulfly en concert !

En hommage à Christophe : J’aurai tant aimé pouvoir en parler avec toi, j’espère qu’ils font des bons concerts là haut !


Dark ages