Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Where The Truth Lies
C’est bien de dire la v
mais parfois il faut savoir mentir

Le r

Ce film part sur des bases simples mais agencées de manière un peu compliquée et qui forcent le spectateur a bien garder toute son attention, à l’affut du moindre détail. Dommage que cette histoire sur fond d’ambiguité, d’intimité, de bisexualité, de sensibilité à fleur de peau soit d’ailleurs inutilement compliquée. Car il aurait été beaucoup plus intéressant de permettre à chacun de pénétrer dans le film en se relachant complètement.

Le film est lent, passionnel, et vous invite à ne faire qu’un avec votre fauteuil de cinéma. Atom Egoyan sait ce qu’il fait et il nous manipule vraiment bien pour nous emmener vers une sorte de relaxation voire une extase dans certaines scènes où l’on se sent parfois de trop mais dont les délices du voyeurisme nous rappellent à l’ordre.

A voir de préférence tard le soir quand votre cerveau est déjà embrûmé. Ce film l’achèvera à coup sûr avec une douceur absolument délicieuse et érotique. Dommage d’ailleurs que certains passages sulfureux et intenses soient si courts.


 R