Consoles-Fan
18/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2958 articles en ligne

 
Dead Or Alive 4
Masterchief s’invite dans cet
Le bouncing breast passera-t-il aussi par lui ?

Apr

Objectivement, Tecmo a fait du bon boulot, mais il y a comme un goût de trop peu. Certains décors manquent en effet vraiment de fantaisie alors que sur d’autres, ils se sont clairement lâchés.

Par exemple, le décor du marché au bord de mer est absolument génial. On peut tout d’abord se retrouver dans le sable en train de se battre mais on peut aussi envoyer son adversaire dans les étalages. Les fruits tombent alors sur le sol et roulent en suivant logiquement la pente du trottoir. Dans d’autres décors, l’austérité règne en maître. Même les reflets sur certains sols manquent de conviction. Mais en règle général, il faudra noter une plus grande frilosité à gérer ces derniers d’une manière un peu intéressante. A part le stage avec le sable et les quelques points d’eau qui n’offrent finalement rien de bien nouveau, les sols se complaisent dans un classicisme navrant.

Au rayon des nouveautés, on notera un gameplay modifié qui oblige le joueur à revoir ses timings puisque certains coups ne s’exécutent plus de la même manière. Le nombre de personnages proposés est très honorable, bien plus que celui des décors, et permettent d’oublier l’épisode précédent qui avait eu quand même la fâcheuse idée d’écarter quelques personnages du troisième opus. Petite nouveauté aussi au niveau des décors puisque ceux-ci sont parsemés d’obstacles destinés à faire chuter vos adversaires. Par exemple, vous frapper un adversaire qui va tomber à la renverse par-dessus un tronc d’arbre. Pour le rejoindre et continuer à le corriger, appuyez deux fois vers l’avant rapidement afin d’enjamber l’obstacle gracieusement.

Enfin, il faut bien avouer qu’il y a des tonnes de trucs à débloquer dans ce Dead Or Alive 4, c’est plutôt habituel. Je regrette néanmoins que pour les tenues vestimentaires, Tecmo nous ressert un peu toujours les mêmes. Il est vrai qu’il n’y a pas non plus d’intro en images de synthèse mais c’est un moindre mal puisque chaque personnage possède une fin sublime, n’ayons pas peur des mots, qui lui est propre. Scénaristiquement, le jeu est d’ailleurs assez cohérent. On découvre différentes facettes de l’histoire en jouant avec chaques personnages même si le rôle de certains est parfois secondaire.

Dead Or Alive 4 reste malgré tout une claque qui fait très mal et j’imagine difficilement des fans de jeu de baston s’en passer. Enfin... Il y en a bien qui prônent l’abstinence...

Graphismes : 92%
On arrive même à voir les veines de certains personnages, c’est de toute beauté !

Animation : 92%
Rien à redire, c’est fluide et rapide. La gestion des vêtements face au vent est incroyable.

Jouabilité : 90%
Encore plus pêchu mais surtout désormais un peu plus dur, il va falloir apprendre à finauder car se la jouer bourrin n’est plus aussi efficace qu’avant.

Bande Son : 80%
Dans la verve d’un Dead Or Alive 4. Il est clair que les musiques soutiennent bien l’ambiance du décor ! Le générique de début et de fin sont signés Aerosmith.

Intérêt : 80%
Objectivement, ce Dead Or Alive 4 est parfait et représente un achat indispensable mais si vous avez Dead Or Alive 3 ou Dead Or Alive Ultimate, voire les deux, vous risquez fort d’être déçu. Je vous suggère donc, une fois que vous avez essayé le quatrième opus de rallumer votre Xbox, juste pour vous rendre compte de l’évolution technique. Par contre, il est vrai que reservir certains décors en améliorant juste le degré de détail n’est pas l’idée la plus excitante de l’année.

Note Globale : 85%
Dead Or Alive 4 n’aura pas son 9/10 car je ne lui trouve finalement pas assez de renouvellement mais il est clair qu’en soi, la XBOX 360 se dote d’un jeu incontournable de plus.


NOTE : 08/10