Consoles-Fan
20/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Urusei Yatsura : Endless Summer
Bon, sur ce jeu, je ne vais pas faire de jeux de mots !
Je risque une

Aaaaah l’

Le jeu se présente donc comme un Tokimeki Memorial : il va falloir draguer, prendre des rendez-vous et bien remplir son agenda afin de ne pas les oublier. Si Lamu est de la partie, d’autres jeunes filles en fleur intéresseront bien entendu cet incorrigible Ataru.

La partie digital comics est d’assez bonne facture mais reste statique. Les dessins ont quand même bien été remis au goût du jour. Un système de carte vous permet un déplacement clair grâce aux deux écrans de la DS. L’écran du dessus représente une vue d’ensemble alors que les différents quartiers sont représentés sur l’écran du dessous.

Les déplacements sont rapides si l’on appuie sur un bouton et dans l’ensemble, le plan se veut graphiquement simple mais il met en évidence les différentes actions que vous pouvez faire en attirant votre attention via de petites surbrillances ou des personnages en SD qui se balladent dans le coin. Des flèches devant certains endroits indiquent les endroits que vous pouvez visiter et où vous risquez de rencontrer votre prochaine conquête.

Sans être le jeu DS de l’année, vu la rude concurrence sur cette console, Yurusei Yatsura tire son épingle du jeu en offrant au joueur des graphismes propres et agréables, bien colorés. Le fan de Rumiko Takahashi ne s’y trompera d’ailleurs pas et se le procurera sans hésiter pour le ranger au côté de Maison Ikkoku sur PC Engine.

Graphismes : 86%
Rumiko Takahashi à l’oeuvre.

Animation : —%
Sobre mais n’a que peu d’intérêt dans ce type de production.

Jouabilité : 65%
Des déplacements de base et un menu simple et rapide d’emploi.

Bande Son : 65%
Passe-partout.

Intérêt : 75%
Simulation de drague très agréable surtout lorsqu’il s’agit de faire enrager Lamu :)

Note Globale : 73%
Urusei Yatsura est un titre à collectionner mais aussi à jouer. Et puis la carte nostalgie, n’en parlons-même pas, z’allez me faire pleurer tiens.


NOTE : 07/10