Consoles-Fan
20/01/2018

Auteur
  

2889 articles en ligne

 
Party Girls
Salut Cindy, salut Cathy
Tu vas bien ? Bisou hein ma ch

Si vous aussi vous avez besoin de vous ressourcer avec des jeux existentiels fait avec amour, bikinis et bouncing breast, alors Party Girls est clairement fait pour vous. Avec son gameplay ultrabasique qui consiste

Ouie, les coups de maillet ça fait mal, hi, hi, hi !

La théma est aquatique, le jeu se présente comme une sorte d’Intervilles avec des nanas bien roulées qui s’affrontent. Ca nous changera des vachettes, tiens ! Les jeux sont d’une telle stupidité que c’est plutôt rigolo à découvrir entre potzos. Par exemple, il vous faudra appuyer le plus rapidement possible mais dans l’ordre sur les boutons croix, rond, triangle et carré de la manette afin de prendre un maximum d’élan dans l’eau et de continuer à avancer le plus loin possible sans impulsion supplémentaire pour se retrouver le nez presque coincé entre les fesses de votre adversaire qui vous attend à l’autre bout de la piscine. Il ne vous reste plus alors qu’à lui dire guiliguili (la console s’en charge pour vous). Vous ne rêvez pas : on nage en plein kitch.

Plouf, l’eau ça mouille, hi, hi, hi !

Rien de tel que le combat de baffes ou les combats de fessiers pour foutre l’autre dans la flotte. Le rond sert à frapper alors que la croix vous permet d’esquiver. Trompez votre adversaire en le prenant à contre-pied et le voilà déséquilibré. Frappez le une deuxième fois et c’est « plouf dans l’eau » ! Si vous êtes déséquilibré, vous avez une possibilité de vous rattraper avant que votre adversaire ne charge son second coup : appuyez like a crazy sur la croix !

Un autre stage vous propose carrément de faire du trapèze. Elancez-vous et lâchez au bon moment pour arriver le plus au centre d’une plate-forme. Voilà un mode de jeu qui n’est pas sans rappeler le sky target de Moneky Ball.

Fiouu, l’air ça chatouille, hi, hi, hi !

Il y a bien d’autres minigames à découvrir mais sachez que ceux-ci ne sont malheureusement pas tous très jouables. Pour se faire pardonner, chaque partie est présentée en mode replay avec des angles de caméra très suggestifs. Finalement, Party Girl est un pauvre clône (et pas un pauvre clown) de Super Galdelic Hour de Jaleco qui tourne sur cette même machine depuis pas mal d’années. Inutile de vous dire donc que Party Girl n’a rien à faire dans votre ludothèque sauf si pour une poignée d’euros, vous voulez vous moquer de ce titre avec vos amis.

Et je peux même compter jusqu’à 10, hi, hi, hi !

Graphismes : 42%
A part les fille, on a juste droit à des décors bien colorés mais dont les textures sont en très très basse résolution. !

Animation : 42%
Plutôt rigide !

Jouabilité : 55%
Une série de boutons à appuyer, rien de bien sorcier. Parfois, le but du jeu n’est pas très clair.

Bande Son : 56%
Ici non plus, ce n’est pas Bysance.

Intérêt : 03%
Bouclé en moins de 10 minutes.

Note Globale : 20%
Hi, hi, hi !


NOTE : 02/10