Consoles-Fan
13/12/2018

Auteur
  

3056 articles en ligne

 
Omohide Poroporo
Souvenirs goutte
La vie est belle, non ?

Alors que Taeko part pour les vacances se ressourcer

Son sens de l’observation et les évènements qui arrivent tout autour d’elle lui rappellent sa jeunesse et les petits détails qui font sourire les adultes devant des réactions d’enfant, qu’elles soient entêtées ou pleine de bon sens.

Omohide Poroporo est une sorte de version du bonheur du tombeau des lucioles, on y retrouve sa fraîcheur et des moments heureux mais pas de fin triste. Et puis, le sujet est très différent mais on ressent bien la patte de Takahata en maître d’oeuvre. Le film est brillant, sensible, doux et intelligent, vraiment un chef d’oeuvre de l’animation japonaise malgré le fait qu’il n’y a pas vraiment de scénario époustouflant ou ébouriffant : Takahata nous présente juste des scénettes plus géniales les unes que les autres pour leur ambiance reposante, envoûtante, tantôt hilarante, tantôt pleine de charme et de poésie.

Les décors sont absolument sublimes, digne des meilleurs Ghibli qui ont toujours l’art de mettre le doigt sur le détail qui tue en manière d’animation quand ce n’est pas les angles de caméra qui assouvissent notre soif d’inventivité.

Omohide Poroporo est un pur bijou qui date de 1991 et que l’on doit au père du Tombeau des Lucioles, de Mes Voisins les Yamada et de Pompoko. Si avec ça vous n’êtes toujours pas convaincu !



- R