Consoles-Fan
22/06/2018

Auteur
  

2959 articles en ligne

 
Jarinko Chie
Ki
Oh, le chat, tu veux des brochettes ?

Jarincho Chi

Kié vit donc avec son père qui préfère passer son temps à jouer dans les tripots tout en cherchant la bagarre que travailler. Son épouse qui en a eu vraisemblablement un peu marre, est partie, mais continue à voir Kié en cachette sans que son père, peu investigateur, s’en aperçoive. Bien entendu, le père s’attire des tas d’ennuis. Kié est donc obligé de l’aider à se tirer d’affaire. Mais ce que Kié espère surtout, c’est de voir se reformer le foyer brisé.

En attendant, elle s’occupe du restaurant familial et met de l’argent de côté afin que son père ne dilapide pas tout. Bien évidemment, ce sacrifice de taille pour une si petite fille l’empêche de faire ses devoirs à l’école et d’étudier convenablement ses leçons. Mais son père semble ne pas trop s’en rendre compte...

Difficile de cerner ce dessin animé au premier coup d’œil tant il y a de choses qui se passent dans tous les sens. Le dénouement de l’histoire plutôt longuette arrive à un moment innatendu. On dirait que le réalisateur a eu un malin plaisir à éviter pas mal de points de l’histoire qui auraient pu faire une excellente conclusion.

Le style est naïf mais le charme opère immédiatement. Les personnages peuvent pleurnicher comme monter sur leurs grands chevaux la seconde qui suit. « Jean qui rit et Jean qui pleure » semble être la première pierre de l’édifice.



- R