Consoles-Fan
22/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2959 articles en ligne

 
Ibara
Celui qui a fait ce jeu :
Ibara pour attendre !

Ibara, c’est de la bonne grosse claque comme on l’aime, du shoot pour nerveux qui fait transpirer des doigts.

D’un point de vue graphique, Ibara est très plaisant et très intéressant, avec ses roses dispersées un peu partout dans les décors. Cave a fait un boulot monstrueux en créant un shoot qui ne rame presque pas malgré une pléthore de sprites à l’écran. L’ambiance est très différente des autres jeux Cave. Les couleurs flashis des tirs se mixent à des décors plus grisonnants. Pour ceux qui n’aiment pas ça, il y a moyen d’accéder à des tirs dont la couleur est plus classique.

Les effets spéciaux sont très bien insérés, je pense entre autres aux distorsions qui rappellent en son temps un certain Twin Bee malgré la différence des genres. Les rotations et autres effets de transparence sont aussi de la partie, et je ne vous énumèrerai pas les particules présentes simultanément à l’écran, c’est tout simplement dantesque.

Le design character est magnifique. D’habitude je préfère jouer avec des bandes noires sur les côtés mais là, je n’hésite pas à jongler entre les wallpapers proposés. L’action est ultrapêchue. Les musiques sont excellentes mais malheureusement, le bruit des tirs est fort présent. Mais encore une fois, tout cela peut se configurer dans les options.

Il est clair qu’avec ESPGaluda et Mushihimesama, Cave aligne réussite sur réussite sur PS2 et cette fois-ci, Cave nous propose même pas mal de nouveautés en terme de gameplay. Du moins, il est très différent de ce qu’ils nous servent habituellement. Tout d’abord, il n’y a pas la possibilité de choisir entre deux tirs, l’un puissant et l’autre plus faible. Cette fois-ci, il s’agit d’upgrader un maximum votre vaisseau avec l’aide de modules qui réagiront différemment si vous maintenez le bouton tir enfoncé ou si vous appuyez dessus like a crazy ! Dans cette optique, la fréquence de tir est plus lente mais si vous choisissez de laisser votre doigt appuyé sur le bouton de tir, votre vaisseau sera plus lent.

Les bombes auto-nettoyantes ne dépendent plus d’un seul item, cette fois-ci, elles explosent de plus belle au plus vous collectez de missiles. Il y a donc une part de stratégie assez intéressante.

Le jeu est constitué de 6 stages dont la difficulté est assez inégale, certes, et pas spécialement dans le bon ordre de difficulté que l’on pourrait attendre. J’ai trouvé par exemple le 5ème stage particulièrement facile par rapport au reste. Certes, le boss est là pour faire de la résistance, mais le reste de ce stage s’apparente à une promenade de santé, surtout après avoir parcouru les 2/3 du jeu.

Allez, j’avoue faire un peu mon bougon, car vous priver d’Ibara serait tout de même un bien mauvais choix, dommage pour le petit déséquilibre mais au vu du reste, je suis prêt à pardonner.

Graphismes : 86%
C’est vraiment très très beau et l’ambiance à la Lady Oscar à de quoi surprendre.

Animation : 85%
Allez, cette fois-ci je passe outre sur les quelques petits ralentissements !

Jouabilité : 80%
Les vaisseaux répondent au doigt et à l’oeil et le gameplay nous change un peu des productions précédentes.

Bande Son : 79%
Du hard rock bien pêchu ma bonne dame !

Intérêt : 90%
Ibara à de quoi susciter l’envie même s’il ne propose que 6 stages.

Note Globale : 88%
Ibara est un must buy, pour autant que vous aimiez les shoots suffisemment pour les recommencer plein de fois, sinon, sachez quand même que le jeu se boucle en 30 minutes.


NOTE : 08/10