Consoles-Fan
19/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Ghost Recon 3 Advanced Warfighter
Qui croit
aux histoires de fant

Ghost Recon est une s

Dans le principe et dans le gameplay, Ghost Recon 3 devient de plus en plus complexe à manipuler. Tous les boutons servent mais leur rôle change en fonction des situations. La console prend donc en compte si vous êtes en situation de combat ou en simple reconnaissance. A côté de cela, vous pouvez changer d’arme, utiliser des grenades, sniper à divers niveau de zoom, arrêter même de respirer pour plus de précision tout en ayant droit à un zoom progressif ultime. Vous pouvez aussi vous accroupir, ou vous coucher à plat ventre pour avoir une meilleure visée et être moins vulnérable mais évidemment, en contrepartie, vous serez moins rapide. Un élément appréciable du gameplay, c’est si jamais vous vous faites surprendre par l’ennemi alors que vous avancez. Cliquez juste l’analogique de gauche et vous sauterez à plat ventre : on s’y croirait !

Mais ce n’est pas tout, vous devez lancer des ordres à vos frères d’arme. Vous pouvez leur demander de vous suivre simplement, de vous couvrir, de jouer les éclaireurs en rejoignant diverses positions ou encore de mener des assauts. Il faudra également penser à soigner vos hommes tombés à terre ou demander à d’autres de les soigner à votre place. Attention sur ce point ! Si vous arrivez trop tard et qu’un homme meure, il faudra continuer le jeu en nombre réduit ! La fin d’un stage ne signifie pas forcément le ravitaillement complet. Certes, vos blessures sont soignées mais il faut parfois arriver à des zones de regroupement pour recomposer votre équipe.

La présence de véhicules est très importante. Vous pouvez leur donner l’ordre d’attaquer ou vous servir d’eux comme couverture. Prenons le cas du drone, excellent éclaireur qui vous permet de repérer vos ennemis sans risque. Par contre, en combat, il vous sera peu utile. L’hélicoptère vous permettra par contre de nettoyer des zones de combat sans trop risquer votre peau. Les chars vous aident clairement à éliminer des ennemis mais ils permettent aussi de vous réfugier derrière leurs blindages.

Ce n’est qu’un rapide aperçu de ce qu’il y a moyen de faire, et vous vous rendez compte que c’est déjà pas mal du tout. Autrement dit, il va falloir se faire au gameplay, croyez-moi. Un tutorial n’est d’ailleurs pas là pour rien mais il est nettement insuffisant. Je me suis senti à l’aise dans le jeu à la fin du second stage.

Les stages sont découpés en point de sauvegarde mais ceux-ci conservent également vos données de santé. Il vaut donc mieux parfois renoncer et recommencer une mission plutôt que de s’obstiner à vouloir terminer le stage dans de mauvaises conditions.

Ghost Recon 3 reprend le principe du second opus et abandonné donc définitivement la possibilité d’évoluer tour à tour avec divers personnages vers des endroits différents de la carte afin de se partager le boulot. On évolue en groupe, on ne se sépare pas. Ce qui signifie aussi que si la perte de coéquipiers ne mets pas en péril votre mission directement, votre mort correspond par contre à l’échec de la mission, vu que vous jouez le rôle du commandant et que votre staff ne peut plus continuer seul. On se souvient que dans le premier épisode qu’en cas de mort, vous dirigiez un des soldats restant.

La force de ce Ghost Recon 3 est de proposer une tension extrêmement variable. C’est d’ailleurs dans la différence que l’on ressent d’autant plus l’anxiété. Les accélérations et les décélérations se ressentent nettement plus que la vitesse en elle-même n’est-ce pas ? Aussi, Ghost Recon 3 proposera tour à tour des attaques toute en finesse sur quelques barrages composés de quatre ou cinq soldats comme des attaques bien bourrines à la sulfateuse à partir d’un hélicoptère sur des quantités innombrables de soldat.

Techniquement, le jeu n’est pas si bluffant qu’on a bien voulu nous le faire croire. Certains crient au miracle en répétant à qui veut l’entendre : « Enfin un jeu next-gen ». J’aurais plutôt tendance à dire : « Encore un jeu next-gen » ! Déjà, le genre réaliste me parle moins qu’un Kameo, tellement plus créatif, mais nous sommes d’accord, il s’agit ici de mes propres goûts. En fait, ce qui impressionne, dans Ghost Recon 3, c’est surtout la modélisation des personnages. Mais pour ce qui est des décors, oui, il est clair que c’est joli, et qu’ils sont énormes bien que délimités par une zone de combat, mais il ne sont pas très interactifs. Les seuls éléments interactifs vous sont signalés. Vous pouvez alors les faire exploser mais tout est bel et bien scripté. Prenons par exemple un Full Auto qui se permet même des vitesses vertigineuses alors qu’un Ghost Recon est forcément plus posé : tous les décors y sont destructibles. En bref, je ne veux pas cracher dans la coupe, mais je ne veux pas non plus tomber en pamoison, ce serait un peu facile. D’autant plus que du côté de l’animation, le jeu se contente de 30 images par seconde avec de temps en temps des baisses de framerate en cas de rotation trop rapide de la caméra.

En vue nocturne, la console est d’ailleurs moins sollicitée et le jeu tourne alors en 60 images/seconde. C’est plutôt frappant. Malheureusement, cette vue n’a vraiment rien d’agréable et est finalement tout sauf pratique.

Mais il n’empêche que pas mal d’éléments ont été très réussis. Par exemple, la gestion des ombres est absolument splendide et dans l’ensemble, les effets d’éclairage sont très réalistes. Mais je retiendrai essentiellement l’intelligence artificielle des ennemis qui réagissent vraiment très bien en se mettant à l’abri ou en chargeant s’ils se sentent à leur avantage. Restez donc extrêmement prudent : les pièges sont extrêmement nombreux, ce qui rend le jeu très captivant car il faut user d’ingéniosité et utiliser les éléments du décor pour se mettre à l’abri, monter sur une bute pour sniper l’adversaire de loin ou encore vous planquer en cas de tir nourri.

A certains endroits du jeu, vous pourriez vous retrouver coincé, piégé comme un lapin, avec des ennemis qui vous canardent dès que vous osez montrer une oreille. Il faut alors balancer une grenade fumigène et utiliser ses lunettes thermiques afin de se positionner offensivement et de tuer les ennemis sans être vus. Les grenades peuvent aussi être utilisées pour repérer à votre aise des snipers cachés ou aller d’un point A vers un point B, protégé par l’écran de fumée. Je m’en suis déjà servi lorsque ma vie est dans le rouge, que je suis assailli de toute part et que la fin du stage n’est qu’à quelques mètres par exemple. C’est plutôt utile pour ne pas tout recommencer depuis le dernier check-points.

Certains stages sont tout bonnement mémorables : la notion de stratégie se ressent peut-être encore le plus lorsque vous êtes seul, même sans drone et qu’il faut alors imaginer où les ennemis pourraient-ils logiquement se cacher. On avance pas à pas, en jetant de rapides coups d’œil. C’est terriblement gratifiant, bien plus que d’envoyer son équipe ou les chars exterminer tout ce qui bouge alors que vous attendez tranquillement à l’abri. N’exagérons rien, vous devez la plupart du temps exécuter la majeure partie du travail et c’est tant mieux.

Si Ghost Recon 3 propose une réalisation honorable mais qui ne cloue pas sur place, l’intérêt du jeu est nettement rehaussé, créant chez le joueur une lourde responsabilité quant à la réussite ou l’échec de la mission. Il est clair que Ghost Recon 3 n’est pas un jeu pour les névrosés. Ghost Recon 3 inspire le respect à Ubi Soft qui arrive une fois de plus à se détacher du lot en proposant un synopsis de grande qualité.

Graphismes : 78%
Réalistes, dotés d’un jeu d’ombre excellent mais pixellisé. Les zones à exploter sont immenses. Les impacts sont superbes.

Animation : 78%
30 images/seconde, seulement, pour une console next-gen... Par contre, il y a plein de petits détails qui tuent comme les arbres qui perdent leurs feuilles, une à une, après une explosion. Le souffle de celles-ci influencent d’ailleurs aussi l’inclinaisons des troncs...

Jouabilité : 76%
Il faut s’y faire car il y a beaucoup de possibilités mais elle finit par se laisser dominer !

Bande Son : 77%
On s’y croirait !

Intérêt : 95%
Une durée de vie splendide pour un jeu hautement stratégique.

Note Globale : 90%
Sans être le jeu le plus attrayant de la console pour cause de réalisme et manque de fantaisie, Ghost Recon 3 se la joue incontournable sur XBox 360 tant l’intérêt est au rendez-vous. Passionnant !


NOTE : 09/10