Consoles-Fan
28/07/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2819 articles en ligne

 
Far Cry Instinct Predator
Et j’ai pleur
Ubi, pour qu’ils reviennent

Far Cry Instinct Predator aura su susciter mon envie. Mais finalement, je suis d

Le premier constat se fait au niveau du visuel, amélioré de sa version PC et XBox, mais juste amélioré. Cela signifie par exemple que les effets d’eau sont next-gen, mais à côté de cela, des éléments restent peu polygonés et le feuillage des arbres est très réussi, mais pour de la génération précédente. Les personnages sont aussi très peu détaillés. En fait, Far Cry Instincts Predator n’arrive pas à cacher ses origines lointaines sur PC. Un vieux jeu même maquillé reste un vieux jeu. D’ailleurs, les bugs sont nombreux. On peut noter par exemple une gestion physique assez foireuse des objets qui une fois au sol deviennent parkinsoniens. Appelez le prêtre : il y a un poltergeist dans les parages !

Ensuite, l’intelligence artificielle est plus que lamentable. Vous tuez un ennemi sans que son voisin ne bronche. C’est pathétique ! Et c’est dommage car en terme de gameplay, Ubi Soft a bien bossé en offrant de nombreuses possibilités, tout en restant abordable. Par exemple, il est possible de ramper sur le dos, de s’infiltrer sous des habitations pour tuer leurs occupanrs. Vous pouvez aussi dressez des pièges dans les arbres ou jeter des cailloux pour attirer l’attention des gardes. Ceux-ci sont représentés par des points de couleur sur votre radar. La couleur illustre le degré de suspicion du garde quant à votre présence. Et puisqu’un snipe est aussi disponible dans votre arsenal, on peut dire que vous avez la possibilité de vous la jouez Sam Fisher.

Mais pas de bol, la manière bourrine fonctionne aussi bien. Il faut juste bien penser à récupérer les nombreuses trousses médicales, les munitions et autres armes que les ennemis abandonnent avant d’aller au paradis, ou en enfer, il paraît que ce sont des méchants, donc...

Pourquoi ne pas préférer la jouer sérieux ? Je sors d’un Ghost Recon 3 là, et j’ai envie de me changer les idées en me défoulant. J’ai le droit non ? Sauf que voilà, j’avance, je progresse, mais je ne m’amuse pas beaucoup. Et je suis bien trop occupé à gérer les problèmes de latence du gameplay qu’à profiter véritablement de toutes les possibilités qu’Ubi Soft a mis à ma disposition.

Où suis-je ?

Le jeu est parfois imprécis et on ne sait pas toujours très bien où aller. De nombreux véhicules sont disponibles et ils vous aideront à circuler plus rapidement sur la carte, mais la maniabilité laisse à désirer. Imaginez un peu : le même stick analogique sert pour avancer, reculer et tourner. Pendant ce temps, vous pouvez continuer à manipuler la visée de votre personnage. C’est là qu’on se rend compte que la maniabilité des véhicules d’Halo a beau être bizarre, elle est nettement plus réussie.

Alors qu’apporte ce Far Cry Instincts Predator par rapport à la version Xbox, eh bien une extension, mais attention, un Far Cry Instincts Evolution devrait sortir aussi sur la première XBox, reprenant cette fameuse extension. En bref, ce jeu m’a donné l’impression qu’Ubi Soft s’est dit que ce serait un moyen bien simple d’enrichir leur catalogue XBox 360 et peut-être même leur porte-feuilles par la même occasion. On rajouter quelques effets, de la finesse, et le tour est joué. Autant vous dire tout de suite que Far Cry Instincts, malgré une bonne fluidité, fait pâle figure pace à un Perfect Dark ou même un Call Of Duty, aussi, s’il vous manque encore un de ces deux titres, il serait préférable de s’y intéresser plutôt.

Pour ceux qui ignoreraient tout du contenu de Far Cry, sachez que l’histoire est basée sur la transformation progressive d’un homme en animal, devenant de plus en plus brutal, abandonnant peu à peu les actes réfléchis au profit d’interventions rapides et musclées. Jack pourra éliminer ses ennemis avec une demi-baffe dans le dos et bondir comme Tigrou, l’ami de Winnie. Ouh ouh ouh ouh ! Attention cependant, car vous deviendrez également plus sensibles à certains sons. Votre odorat va également se développer. C’est très pratique pour débusquer l’ennemi dans la jungle. Une fumée mets en évidence leur présence lorsque vous utilisez vos nouvelles fonctions olfactives.

Parti d’une bonne idée, Far Cry avoue ses faiblesses sur bien d’autres plans. L’univers luxuriant plein de végération et très ouvert est vite lassant et les passages dans des bunkers sont de vraies bulles d’oxygène, paradoxal non ?

Au final, j’aurai quand même tendance à vous dire de rester méfiant. Far Cry n’a pas de véritable défaut mais il n’a pas non plus de véritable qualité qui me poussent à vous conseiller ce titre sur Xbox 360.

Graphismes : 68%
Finalement assez faible pour une XBox 360 : les décors sont quelconques, la modélisation des personnages date, seuls les effets d’eau semblent tirer partie de l’aspect next-gen du jeu. Il y a même du clipping.

Animation : 72%
Fluide mais vu le niveau de réalisation, on aurait pu faire mieux. En même temps, il est vrai que certains décors sont lointains.

Jouabilité : 57%
Un gameplay latent...

Bande Son : 73%
Les ennemis aiment dialoguer entre eux mais la qualité de deux-ci est à revoir au niveau de l’écriture ! Par contre, lorsqu’une grenade explose un peu trop près de nos oreilles, on a vraiment l’impression d’avoir des acouphènes.

Intérêt : 50%
Finalement assez lassant par manque de challenge et grande répétitivité. Pas mal de passages sont scriptés et certaines situations sont totalement abjectes. J’ai réussi à détruire un hélicoptère à l’aide d’une sorte de missile, mais 20 d’entre eux n’ont pas suffi pour venir à bout de l’autre hélicoptère qui devait impérativement resortir entier de l’affrontement pour des raisons scénaristiques !

Note Globale : 58%
Après avoir joué à Perfect Dark, King Kong, Condemned ou Ghost Recon 3, il est vraiment difficile de se replonger dans un Far Cry déjà âgé.


NOTE : 05/10