Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Resident Evil : Deadly Silence
Jamais un jeu
n’aura aussi bien port

On ne s’y attendait pas, mais Capcom l’a quand-m

Ce n’est en fait pas une, mais deux versions qui sont proposées au joueur, la version spécialement faite pour la DS bien-sûr, mais également le vieux RE de 1996. Comme la quasi totalité du monde civilisé doit connaitre cette version, je me contenterais donc de faire des liens entre les deux versions. Tout d’abord, le constat technique s’impose, on est en présence d’une version légèrement en deça de la version Playstation de 1996, moins détaillés, mais aussi plus pixelisé dans les cinématiques, sauf celles de l’intro, allez comprendre. Bon à la limite, je me fout pas mal de ce dernier point, mais la question des graphismes saute rapidement aux yeux, ce n’est pas laid, bien que ce point soit relatif bien-sûr, mais ce n’est pas non plus à la hauteur de la version de l’époque. De même, l’animation du perso contrôlé, est moins bien découpé qu’avant. Un point auquel je ne m’attendais pas avant de jouer, c’est que l’image est tellement petite, que certaines échauffouré en deviennent un peu compliqué à gérer, le problème, est que l’on ne voit pas trop bien l’action qui se déroule. Je ne parle évidement pas des combats avec les zombies, mais avec des créatures un poil plus vivaces. La dessus, je tient tout de suite à vous rassurer, JAMAIS, je n’ai trouvé un Resident Evil aussi facile ! Le souci, qui pour certains n’en sera je m’en doute bien, pas un, est que le jeu fourni des stocks de munitions en quantités, alors oui Capcom a bien augmenté le nombre de bêbêtes, mais on est tellement bien équipé, que ce n’est vraiment pas un problème. Ca n’empêche pas de mourir de temps en temps, mais je vous raconte pas comment l’ambiance en prend un coup. Sans faire de mauvais humour, on peux parler d’ambiance morte. Globalement, les musiques restent les mêmes, à certains endroit prêt ou elles ont été remplacées. Je ne comprend pas trop bien l’idée, mais c’est comme ça. Alors je précise tout de suite, pour ceux qui penseraient à un effort surhumain de la part de Capcom, que ce ne sont que des thèmes qui ont été copié coller ailleurs. En fait, le titre souffre d’un tout autre problème, d’un manque cruel d’ambiance, passe encore que la taille d’écran diminue l’immersion, mais les thèmes musicaux sont tellement à bas volume, que l’on a bien du mal à se laisser emporter. Même avec des écouteurs, c’est tout juste passable, mais c’est pas la solution la plus pratique. La solution ? Bah nan désolé j’en ai pas. Pour l’instant, on peux pas dire que le tableau soit très jolie, et ce n’est pas la suite de mon article qui va aller dans l’autre sens. Parlons un peu des spécificités du titre en rapport avec la console de Nintendo.. Je vais pas faire planer le mystère, Capcom se fout vraiment de la gueule des fans. Alors on passera sur l’inventaire utilisable au stylet, et l’intéraction tactile avec les parties intimes des deux persos jouables. Tout ce qu’a su trouver Capcom, c’est proposer quelques énigmes franchement à la c.. et des combats au stylet, aussi nazes qu’illogiques. Alors je ne vais pas toutes les citer, mais dans le lot, on a des cailloux à déposer sur une balance grâce au stylet, ou des aiguilles à déplacer, toujours avec le stylet. Le sommum, et je pése vraiment mon mot, du ridicule est atteint, avec une bougie à soufflé grâce au micro. J’ai eu une bonne crise de rire en voyant ça. Alors bon, je ne veut pas dire que ces utilisations n’auraient pas dû être faites, mais on nous vend un jeu vieux de 10 ans, en nous promettant une utilisation de la machine, et tout ce que l’on a, c’est des cailloux à mettre dans une balance, une aiguille à déplacer, et une bougie à souffler. Je voudrais pas paraitre trop exigeant, mais j’ésperais plus que ça pour justifier l’achat d’un si vieux jeu. L’autre utilisation du tactile, consiste tout bêtement à vous faire combattre des créatures en vue subjective. Alors à ceux qui pensent déjà à Metroid Prime Hunter, je vous le dit, calmez-vous, vous vous faites du mal, on est à des années lumières de la jouabilité de ce dernier. Déjà, votre personnage reste immobile, ce qui est déjà très bête, ensuite, et c’est là qu’on rigole, ce dernier ne peut se servir que du couteau, vous pouvez bien avoir un magnum ou un bazooka sur vous, vous ne lutterez qu’avec votre arme blanche. Ces phases de combats, si elles sont amusantes les premières fois, deviennent rapidement redondantes, surtout quand vous vous les tapez dans des endroits que vous venez tout juste de traverser. D’autant que pour rendre ça encore plus idiot, vous verrez dans ces moments là, toutes sorte de créatures, qui, il faut bien le dire, ont souvent la courtoisie d’attendre leur tour. Au final, il ne reste guere plus que le fait d’avoir Resident Evil en portable, pour justifier de repossèder ce titre. La jouabilité quand à elle, s’en sort correctement, mais c’est mi figue, mi raisin. Premier bon point, Capcom a pensé à inclure le volte-face, pour rappel, c’est quelque-chose qui n’est apparu dans la série, qu’avec le 3ème volet sur PS. Ensuite, Capcom à confié au bouton L l’utilisation du couteau, cet élément, au passage, ne prend plus de place dans votre inventaire. C’est un plus appréciable, dans la mesure ou vous pouvez économiser des munitions en lacérant un zombie qui serait à terre. Avant, le couteau prenait une place bien trop utile pour justifier de s’en encombrer, surtout avec Chris qui ne compte que 6 places, au lieu des 8 de Jill. Autre changement par rapport à la version de 96, c’est l’ajout, directement inspiré de la conversion NGC, d’une défense au corp à corp. Dans le cas ou un zombie viendrait à vous attrapper, vous pouvez soit vous exiter sur les boutons pour vous dégager, soit le faire directement sur le personnage via le tactile. Dans tout les cas vous subirez quand-même des dégâts, mais dans la seconde solution, votre riposte aura le mérite de vous débarrassez définitivement de votre assaillant. Là ou je trouve que Capcom n’a pas assuré, c’est au niveau des choix de configurations. Ou est passé la configuration B de la version NGC qui mettait tout le monde, ou presque, daccord ? C’était pourtant une vraie amélioration, qui apportait un niveau de direction bien plus précis que la de presser sur la croix. Ensuite, pour ceux qui n’aurait pas connu en Europe, la version Director’s Cut, la visée automatique apparu uniquement dans celui-ci, est également présent dans cette version portable, ça n’a l’air de rien, mais je vous raconte pas le stress à l’époque, avec la version normale, quand il s’agissait de viser une cible pas franchement évidente à aligner. A l’époque, les plans de caméra posaient un réel souci de jouabilité, d’autant que la visée automatique, permet de savoir si un danger menace au bout d’un couloir. Ensuite, et là c’est pas mal non plus, on n’est plus obligé d’aller dans l’inventaire pour recharger son arme, il suffira de presser le bouton de visée, et celui d’action pour recharger. Préferez quand-même l’ancien système en cas de méchante rencontre. ;) Je sais pas pour vous, mais j’ai jamais eu le reflexe de la carte, non seulement ma mémoire me suffisait (bon des fois je savais plus le chemin, j’avoue) mais ça me gonflait de rester sur place pendant que je consultais la carte dans les menus, et bien là maintenant, elle se trouve sur l’écran du haut. Mais l’écran supérieur affiche aussi d’autres informations, comme votre niveau de santé, l’arme en main, et les munitions restantes dans le chargeur. C’est pas génial, mais c’est toujours ça. Je me rend compte en rédigeant ce test, que je n’ai pas encore abordé le scénario. Alors pour ceux (est-ce que ça existe encore vraiment ?) qui ne le connaitrait pas encore, nous allons donc nous y intéresser un moment. L’histoire se situe donc en 1998, dans les environs de la ville de Raccoon City, là ou des meurtres horribles auraient été commis. Pour faire enfin avancer l’enquête qui piétine, le groupe des S.T.A.R.S. est demandé en renfort. Sur les deux équipes que comptent cet unité à Raccoon, c’est l’équipe Bravo qui est envoyé sur place pour mener son enquête. Brusquement sans nouvelles de leurs collègues, l’équipe Alpha décide de partir à la recherche de l’équipe Bravo, sur place il ne tarderont pas à découvrir la carcasse de l’hélicoptère. C’est là que des chiens à l’allure décharnée s’attaque aux menbres de l’équipe Alpha, qui n’a d’autres solutions que de se réfugier dans le manoir Spencer, non loin de là. A ce stade du jeu, en fonction de votre choix en début de partie, vous contrôlerez, ou Jill Valentine qui matrise l’utilisation des passes partout, ou Chris qui se débrouille mieux au combat au corp à corp. Mais il faut savoir aussi que la constitution de Jill est plus faible que celle de Chris, mais que d’un autre côté, elle peut transporter deux objets supplémentaires, de plus, elle sais se servir d’un passe-partout, ce qui rend l’exploration plus simple qu’avec Chris, qui devra se débrouiller pour ouvrir les portes à serrures simples. Contrairement au second volet, les scénarios de Jill et Chris, ne se dérouleront pas en parralèlles, mais chacun étant une alternative à l’autre. Ce qui fait que, bien que grosso modo, l’aventure reste la même, des différences seront notables, ça rend l’intérêt de jouer les deux persos, plus grand, que de jouer simplement leurs atouts propres. Procédons maintenant pour finir, à une petite présentation des personnages. Commencons par le chef de l’équipe Alpha, le très classieux Albert Wesker. Ce dernier est tout bonnement le chef des deux équipes S.T.A.R.S. et commande sur le terrain, la première des deux. Il fut recruté par un chasseur de tête, et depuis, il grimpa très vite dans la hiérarchie, c’est lui d’ailleurs qui est à l’origine de l’unité S.T.A.R.S. De Raccoon. Son second, Enrico Marini, est le chef de l’équipe Bravo, il est le plus ancien des S.T.A.R.S, et de ce fait, il a le respect et l’estime de l’ensemble des deux équipes. Malgré cela, Enrico craint l’arrivé de l’équipe Alpha, car il a peur que Chris ou Barry, ne finisse par prendre sa place en tant que bras droit de Wesker. Barry Burton, est ami avec Chris depuis plusieurs années, et fait équipe avec lui dans l’équipe Alpha, amoureux des armes, il affectionne plus particulièrement son Magnum 357. Ce dernier possède une longue expérience également.Vient ensuite Brad Vickers de l’équipe Bravo, c’est lui qui s’occupe d’empêcher les produits dangereux de se propager, et c’est encore lui qui pilote l’hélicoptère. Très doué en informatique, il est malheureusement plus connu pour sa lâcheté face au danger, ce qui lui vaut d’être surnommé la poule mouillée. Joseph Frost, était avant dans l’équipe Bravo, il est expert eb logistique. Forest Speyer, est lui aussi expert en logistique, mais dans l’équipe Bravo, c’est aussi un excellent tireur d’élite, le travail qu’il fournit lui vaut le grand respect de ses partenraires. Kenneth J. Sullivan est éclaireur dans l’équipe Bravo, et c’est aussi un expert en chimie. C’est Wesker qui s’est chargé de l’enrôlé chez les S.T.A.R.S. Richard Aiken, est chargé dans l’équipe Bravo des communications, c’est le seul lien avec le QG, lorsque les équipes sont sur le terrain, c’est aussi le seul, car l’équipe Alpha ne dispose pas d’un equivalent en son sein. Rebecca Chambers, est experte en medecine et en premier secours. Son manque d’experience, et son jeune âge (18 ans) fait qu’elle est très intimidée par ses collégues. Reste maintenant les deux héros du jeu, Chris Redfield, et Jill Valentine. Le 1er fut renvoyé de l’Air Force, et eu un long passage à vide, c’est Barry qui après l’avoir rencontré, qui l’intégra chez les S.T.A.R.S. Jill, possède à son actif plusieurs menbres de S.T.A.R.S. qu’elle a tiré d’un bien mauvais pas, elle est aussi très doué dans le domaine de la mécanique, comme dans le forçage de serrures.

Graphisme 6 1/2 : Pas vraiment laid, mais pas spécialement beau non plus, le jeu arrive tout de même à être moins beau que les versions salon.

Intérêt 5 : Les changements sont vraiment très minimes, trop pour justifier l’investissement. Reste la possibilité de pouvoir jouer à RE n’importe où, ce qui ne concernera que les gros fans, ou ceux qui ne connaissent pas encore le jeu.

Durée de vie 5 : Evidemment, quand on connaît déjà par coeur le jeu, on va vite, pour les autres, la durée de vie est dans les environs de 7/8 heures.

Animation 6 : Ca a vieilli tout ça, les animations ont même pour les personnages, été réduites.

Jouabilité 6 1/2 : Certaines améliorations comme le volte face sont appréciables, mais le tableau n’est pas parfait.

Bande-son 7 1/2 : C’est la même chose à un ou deux détails près, mais faut encore faut-t’il, bien les entendre.

Scénario 8 : Le scénario n’a pas pris une ride, mais le fait est qu’il ne surprend plus grand monde à présent.

Conclusion : Il y’avait tellement mieux à faire des atouts de la console, reste le plaisir à se faire un p’tit RE sur le canapé ou dans le lit, mais c’est quand-même bien maigre.


D
NOTE : 06/10